Into Eternity

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Desultory
Nom de l'album Into Eternity
Type Album
Date de parution 04 Fevrier 1993
Enregistré à Sunlight Studio
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album58

Tracklist

Re-Issue in 2011 by Pulverised Records.
1.
 Into Eternity
 05:59
2.
 Depression
 04:11
3.
 Tears
 04:19
4.
 The Chill Within
 03:37
5.
 Visions
 04:10
6.
 Twisted Emotions
 04:37
7.
 Forever Gone
 03:34
8.
 Passed Away
 03:33
9.
 Asleep
 05:25

Durée totale : 39:25


Chronique @ Fabien

13 Décembre 2007
Desultory se forme à Södertälje en 1989 autour des frères Morberg, figurant parmi les pionniers du death mélodique suédois, aux côtés de Dark Tranquillity, Edge Of Sanity & At The Gates. Sa troisième démo, Visions, atteint le nombre historique de 2500 exemplaires écoulés, attirant inévitablement l’attention des labels. C’est finalement Metal Blade qui lui offre un contrat, l’envoyant illico aux Sunlight Studios en août 1992, pour les sessions d’Into Eternity, son premier album, qui sort en début d’année suivante.

Desultory joue un deathmetal nerveux, renforcé par le couple rythmique agressif de Thomas Johnson & Hakan Morberg, et par les vocaux arrachés de Klas Morberg, En revanche, Into Eternity fait toute la différence grâce à son contraste saisissant entre riffs death thrash et mélodies planantes, magnifiées par les multiples soli de Stephan Pöge, qui apportent une mélancolie toute particulière.

Débutant sur un rythme tapageur, le superbe titre éponyme Into Eternity calme rapidement le jeu, introduisant ses harmonies enivrantes, pour se clore sur deux superbes soli de Stephan, parmi les plus marquants de toute l’histoire du deathmetal. Desultory enchaîne alors les somptueux Depression, Tears ou Forever Gone, qui laissent le champ libre aux nombreuses mélodies, judicieusement mises en valeur par la production claire de Tomas Skogsberg.

Faute à une promotion très décevante de Metal Blade, Into Eternity ne parvient malheureusement pas à s’imposer, restant durement dans l’ombre des Unorthodox, Red In the Sky, Skydancer, Karelian Isthmus ou North From Here (Edge of Sanity, ATGates, DTranquillity, Amorphis, Sentenced), parus durant cette même période. Grâce à un mariage parfait entre son deathmetal agressif et ses mélodies envoûtantes, Desultory signe pourtant une oeuvre mélancolique déterminante des débuts de la scène death mélodique scandinave.

Fabien.

7 Commentaires

12 J'aime

Partager

tonio - 13 Décembre 2007: Merde, ça a l'air bon ! Je connais pas du tout ce groupe. Fabien est très strict côté notation, alors s'il colle un 15/20 à cet album c'est que du bon... Je garde le nom du groupe en tête !
Reigoth - 15 Fevrier 2012: Groupe que j'ai vu grandir puisque j'avais reçu à l'époque une de leurs premières démos. J'aime bcp le morceau forever gone. D'ailleurs, cet album reprend quasiment les morceaux des EP et démos.
Miskatonic - 31 Mars 2014: Et dire que je l'ai vu d'occas à Gibert il y a quelques années mais que je l'ai reposé en rayon. Quelle tache ! Excellent album que l'on cite un peu moins qu' At The Gates, Edge of Sanity, Amorphis ou DT quand on évoque la genèse du death mélo mais qui pourtant se posait là dès 93, fabuleuse année également pour le black death mélo suédois.

J'apprécie particulièrement Fabien que tu mettes en lumière le contraste entre les rythmiques plutôt nerveuses (bien qu'encore "posées" par rapport aux standards d'aujourd'hui) et les remarquables leads qui sont sur cet album de toute beauté. Des solis pur et doux, très entrainants, dont je trouve le grain assez unique dans la production scandinave de l'époque et que je n'ai personnellement pas retrouvé ailleurs. Ceux du morceau éponyme, sans doute le meilleur de l'album, mais aussi de Visions ou Asleep sont renversants de musicalité.
Goneo - 12 Octobre 2020:

Chopé sur season of mist en cassette cette été, d'ailleurs le stock est épuisé aujourd'hui. L'album est vraiment bon, c'est variés, c'est un bon mix de death suédois de ce qui est sortis les années précédentes.Mais pas que, sur "passed away" l'influence me rappelle du vieux Morgoth, Massacre et autre.

Asleep qui termine l'album est assez folle comme compos, les riffs sont monstrueux, on pense à Death, Atheist et Carcass en passant par Dismember , à la fois technique, groovy et mélodique.

Il y a un gros côté death thrash aussi je trouve dans cette album, "Tears" en est une belle démonstration, toujours associé à ces mélodies "suédoise" superbement trouvés.

Merci pour la chro

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire