Illumination

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Tristania
Nom de l'album Illumination
Type Album
Date de parution 22 Janvier 2007
Labels Steamhammer
SPV
Produit par
Enregistré à Woodhouse Studios
Style MusicalMetal Gothique
Membres possèdant cet album206

Tracklist

AMERICAN TRACKLIST
1. Mercyside 04:39
2. Sanguine Sky 03:50
3. Open Ground 04:40
4. The Ravens 05:06
5. Destination Departure 04:34
6. Down 04:32
7. Fate 04:59
8. Lotus 05:08
9. Sacrilege 04:15
10. In the Wake 04:08
11. Deadlands 06:39
EUROPEAN VERSION
1. Mercyside 04:39
2. Sanguine Sky 03:50
3. Open Ground 04:40
4. The Ravens 05:06
5. Destination Departure 04:34
6. Down 04:32
7. Fate 04:59
8. Lotus 05:08
9. Sacrilege 04:15
10. Ab Initio 05:44
11. Deadlands 06:39
Total playing time 52:30

Chronique @ AmonAbbath

13 Mars 2009
Tristania a toujours innové à chaque album, se présentant chaque fois jusqu'ici sous un nouveau jour (avec cet "Illumination" aussi) et cela a bien souvent porté ses fruits, même si World of Glass est encore une oeuvre qui déroute les fans. Après des débuts très sombres, que des titres comme Midwintertears ou Pale Enchanteress symbolisent à la perfection, quelques perturbations de line-up ont donné lieu à des réalisations se démarquant fortement les unes des autres, mais amenant une diversité bienvenue dans le répertoire du groupe. Des disques comme World of Glass, avec ses soli de violon (le titre Lost par exemple) que n'aurait pas renié Apocalyptica, ou encore le plus récent Ashes aux riffs conventionnels mais foisonnant de passages atmosphériques (Equilibrium, Shadowman) ou plus brutaux (The Wretched, Libre dans laquelle le chant death a une grande place) pour finalement nous proposer Illumination, un album bien plus linéaire.

Mais commençons par les points forts de celui-ci, car les ingrédients d'une bonne galette sont bien présents. Le chant death, bien que quasi absent, est assuré par l'excellent Vorph de Samael sur les titres Mercyside, The Ravens et le bonus track (digipack) In The Wake (je ne crois pas en oublier) ce qui apporte une certaine puissance.

La production est aux mains de Waldemar Sorychta, qui confère aux instruments un côté agressif s'opposant au perpétuel mid-tempo et aux ballades de l'album, sans pour autant être dérangeant à l'oreille.

Vibeke Stene n'a jamais montré autant de fougue dans son superbe chant tout en nuances. C'est véritablement elle qui porte les chansons car la voix claire masculine très présente, elle aussi, est banale (pas un chant faux loin de là, mais pas d'originalité).

Alors mis à part les quelques bémols pré-cités, où est le problème ?

Justement, le manque d'originalité se ressent à d'autres niveaux que dans le chant. Les riffs sont assez pauvres si l'on excepte Mercyside, Down ou Sacrilege. Les morceaux manquent aussi d'énergie. Pas moyen de se laisser emporter par les ambiances, par ailleurs bien plus chaleureuses que par le passé (d'où Illumination).

Ensuite, peu de risques sont pris au niveau composition, ce qui peut s'avérer très frustrant car le groupe a toujours écrit des morceaux oscillant entre 5 et 9 minutes, alors que l'on peine ici à dépasser les 5 minutes. De plus, où sont passées les chansons à tiroirs de Ashes (Endogenisis, Bird, The Wretched) surprenantes à souhait ?

Enfin, pratiquement tous les groupes de Gothique changent de style pour se diriger vers une musique moins brutale, plus grand public (Theatre Of Tragedy, Within Temptation,...) et voici que Tristania, jadis parmi les chefs de file d'un mouvement, décide de suivre la meute. Décevant.

Si cet album n'est pas mauvais, il est à mille lieues de ce que l'on pouvait attendre de Tristania après Ashes. Pas de risques, on rentre dans les rangs et pourtant on perd encore un membre clé du groupe : la chanteuse elle-même. Sans Vibeke, quels atouts reste-t-il à Tristania pour nous proposer quelque chose de nouveau la prochaine fois, si prochaine fois il y a ? Pour ma part je n'ai aucune envie d'enterrer ce groupe, et je continue d'espérer une autre Illumination, dans les esprits des musiciens cette fois...

8/20, franchement à contre-coeur.

1 Commentaire

5 J'aime

Partager
Vrael - 06 Septembre 2010: Tout à fait d'accord. Même si WoG et Ashes étaient loin du niveau de BtV et Widow's Weeds, ils restaient bons mais là... sérieusement, à part The Ravens et un peu Lotus, cet album ne m'inspire absolument rien. Et ce crétin de Veland n'a pas échappé à la malédiction des groupes gothiques -_-' franchement, c'est pas de la grosse daube ses deux dernières galettes ? Il est passé où, le génie des débuts de Tristania ?
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Lovecraft

04 Janvier 2008
Cet album a ouvert un nouveau chapitre dans la carrière de Tristania, qui aura duré peu de temps vu que Vibeke Stene vient de quitter le groupe et qu'alors ce dernier sera obligé de changer de style musical encore une fois. Mais un chapitre qui aura sûrement de grosses conséquences : déception de fans de la première heure, nouveau public, risques de déficit financier...

Depuis le départ de Morten Veland pour cause de la construction de Sirenia, les rois du metal norvégien (avec Dimmu Borgir et Mortiis) font des albums assez différents des précédents ainsi que les uns des autres : le très varié "World of Glass" et le moderne "Ashes". Sauf que ces deux disques étaient encore dans l'esprit gothique, tandis que "Illumination" casse presque toutes les habitudes du mouvement ! Finies l'ambiance froide et glauque, les orchestrations et les mélodies tristes de "Beyond the Veil" et "Widow's Weeds" ! Place à des compositions rigoureusement simples (Réponse des fans : "Quoi ???"), à un gothic-rock (on ne peut plus parler de metal) qui est enfin avec peu d'ajouts électroniques et symphoniques, donc plus naturel (Rdf : "Pouviez-vous répéter ? on a pas compris.") et une ambiance chaleureuse (Rdf : "Arghl !!! C'est impossible de la part de Tristania !!!"). Je trouve, même, que la meilleure ambiance pour profiter de ce CD est d'être le soir dans un salon peu éclairé avec une cheminée où un feu flambe à l'intérieur et une tasse de thé vert.

Mais que les fans de musique gothique et atmosphérique ne se plaignent pas : la voix d'Osten Bergoy est grave et possède un ton dramatique tandis que le chant de Miss Stene n'a jamais été aussi fantomatique.

2 Commentaires

3 J'aime

Partager
Noircissiste13 - 11 Fevrier 2008: Au moins les puristes savent apprécier le vrai Tristania, eux.
Lovecraft - 25 Fevrier 2008: Mais j'apprécie énormément aussi les premiers album de Tristania, surtout "Widow's Weed". Au fait, j'adore tout ce qu'a fait ce groupe, même "World of Glass" et "Ashes".
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Vinrock666

02 Septembre 2010
Le truc cool avec le EP "Illumination" de Tristania, c'est que c'est toujours lourd du côté gothique de la lune, le côté metal est toujours présent et mis en avant.

"Mercyside", la piste d'ouverture de l'album, est rapide, agressive, pêchue. A part sur les ballades, les guitares sont toujours au premier plan malgré le changement et c'est ça qui est bien, puisque c'est ce qui devrait être la caractéristique première de n'importe quel groupe de metal. Bien sûr, il y a une myriade de chansons gothiques qui sont la marque de fabrique de Tristania :
"Destination Departure" met les projecteurs sur la chanteuse Vibeke Stene en grande forme. "Ab Initio" (une reprise peut-être ?) est LA sombre ballade de l'album, et "Deadlands" est peut-être le meilleur exemple du pouvoir de contrôle de Stene sur son répertoire vocal (surtout quand elle utilise le style opéra). C'est pourtant les vocaux masculins d'Osten Bergoy qui valident le côté gothique, et qui mettent surtout Stene en valeur. Son chant presque gémi, expressif, qui nous traverse le coeur, est une alternative agréable aux grunts death metal qui épicent les quelques morceaux sur lesquels ils apparaissent.
"Fire" et "Lotus" fournissent un bon exemple, bien que cette dernière révèle une méchante vérité quant au talent d'écrire de Tristania : ils sont bons tant qu'ils jouent vite mais dès que ça part dans le mid tempo, le résultat est pour le moins... inintéressant. Ils sont trop bons pour être accusés d'être ennuyeux, il est donc préférable de dire que c'est lorsqu'ils atteignent leur vitesse de croisière qu'ils sont au top.

Qu'on se le dise, la grande claque de l'album est "Sacrilege".
La ligne vocale répétitive à cinq notes de Stene n'est pas seulement le réhaut de "Illumination", elle place "Sacrilege" au rang des meilleures chansons de metal de 2007. Tout est vraiment génial : l'ouverture qui ressemble à une chorale, le choeur qui explose et la composition qui forme une harmonie parfaite, les deux chanteurs et les riffs les plus agressifs de tout l'album. "Illumination" bénéficie d'un tout grâce à "Sacrilege" mais encore mieux, "Illumination" un album varié, efficace, moins puissant que ce que Tristania a l'habitude de faire mais qui reste véritablement un bon effort artistique.

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
AmonAbbath - 04 Septembre 2010: En désaccord total. Varié ? Il n'y a rien sur ce disque, claviers aux abonnés absents, voix Death pratiquement oubliée, chansons formatées au niveau de leur durée, pratiquement pas d'orchestrations... Ambiance ? Zéro.

Un vide sidéral sans rapport avec le reste de leur discographie, des riffs pour la plupart sans effet. 17/20 ? 8,5/10 pour ce truc quand on connaît le reste de la discographie du groupe ? La bonne blague...

En outre, la chanson "Ab Initio" n'est normalement pas présente sur le disque mais bien sur le single "Sanguine Sky", à moins qu'il ne s'agisse d'une version spéciale pour les USA (je vois sur ton profil que tu viens de là) auquel cas je n'ai rien dit.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire