Ashes

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Tristania
Nom de l'album Ashes
Type Album
Date de parution 01 Fevrier 2005
Enregistré à Toproom Studio
Style MusicalMetal Gothique
Membres possèdant cet album203

Tracklist

ORIGINAL TRACKLIST
1. Libre 04:30
2. Equilibrium 05:49
3. The Wretched 07:00
4. Cure 05:59
5. Circus 05:09
6. Shadowman 06:31
7. Endogenesis 07:35
TRACKLIST (LIMITED EDITION)
1. Libre 04:30
2. Equilibrium 05:49
3. The Wretched 07:00
4. Cure 05:59
5. Circus 05:09
6. Shadowman 06:31
7. The Gate 06:45
8. Endogenesis 07:35
9. Bird 05:09
Total playing time 42:33

Chronique @ AmonAbbath

29 Septembre 2009
Figure désormais incontournable de la scène gothique, Tristania a toujours su se montrer imprévisible, bien souvent indépendamment de sa volonté d'ailleurs. Les bases solides construites sur Widow's Weeds et Beyond the Veil avaient volé en éclats sur World of Glass, disque souffrant du départ de Morten Veland, principal compositeur jusque là. Le jugement des fans de la première heure fut sans appel pour ce cd : NON! Plus symphonique, plus grandiloquent dans son approche, World of Glass n'a pas satisfait le peuple, et ce malgré de nombreuses qualités. La palette d'émotions n'était plus la même, il était grand temps de revenir aux sources afin de rassurer les aficionados. Ashes, ou comment revigorer un passé tombé en cendres...

Par son homogénéité, World of Glass pouvait empêcher l’auditeur d’être transporté. Ici au contraire, l’ambiance change d’un titre à l’autre et on ne se lasse pas de suivre le cheminement des chansons pour être à nouveau surpris. Les enchaînements sont fort bien sentis, Libre par exemple débute de manière assez brutale (pour du Tristania), nous plaçant d’entrée de jeu face à un morceau oscillant entre death mid-tempo et black (pour la voix), rehaussé de claviers psychédéliques et de passages atmosphériques sur lesquels la belle Vibeke se cantonne à un chant planant et ambiant du plus bel effet, le tout suivi d’Equilibrium, chanson plus classique et cette fois complètement atmosphérique dont la principale attraction est un duo de voix claires masculine et féminine. Bref, deux morceaux très différents qui ne pouvaient se côtoyer que sur Ashes, grâce à un effort de composition qui semble plus qu’évident.

Un fait qui marque également à l’écoute de The Wretched et Endogenisis, deux morceaux à tiroirs, l’un atteignant les sept minutes, l’autre les dépassant de moitié. Claviers, violons, guitares sèche/acoustique, passages death, planants, épiques, envoûtants, ... Une telle diversité fait plaisir à entendre, surtout quand rien ne sent la démonstration facile. Cohérents dans leur construction, ils passent tous deux comme une lettre à la poste.

Cure et Circus sont l’exemple parfait de cette alternance de calme et de tempête (gentille, la tempête). L’une est une ballade profonde et absolument berçante (une écoute nocturne peut facilement faire piquer du nez), ce qui n’enlève rien à sa beauté, loin de là, l’autre est plus sombre et une attention toute particulière semble avoir été portée à l’ambiance développée par les claviers. Nous retiendrons également quelques belles lignes de basse sur cette dernière.

Si l’on cherche à tout prix un bémol sur ce disque, c’est sans doute Shadowman qui emportera le titre. Reposant sur un refrain une nouvelle fois atmosphérique et envoûtant, le morceau s’étend peut-être quelque peu en longueur. Il reste sans conteste agréable à l’oreille (en partant tout de même du principe que l’on apprécie le style, bien sûr), mais il ne représente pas du tout une expérience inoubliable.

Bird en revanche conclura le brûlot de manière idéale, alternant un couplet atmosphérique et un autre plus agressif, suivis d’un refrain mélodieux dont Vibeke a le secret. À nouveau, les claviers ajouteront une touche emplie de feeling à un morceau qui déjà n'en manquait pas.

Tristania signe donc une œuvre inspirée, munie d’un artwork sobre mais bien pensé, sans parler des illustrations du livret, très agréables. Il est attristant de constater qu’après ce retour en force, les chemins de la facilité et du formatage aient été explorés avec le décidément fade « Illumination »...

15/20

5 Commentaires

4 J'aime

Partager

AmonAbbath - 04 Mars 2010: Merci pour ce commentaire. À propos du groupe, j'ai lu hier sur leur site que le prochain album est en préparation. Ca avance, espérons autre chose qu'un Illumination bis...
Vrael - 04 Mars 2010: Aaaah génial, merci pour cette news en or :D
Ca me réchauffe le coeur, je suis en dépression depuis que Theatre of Tragedy a annoncé son split :'(
Furia - 31 Août 2010: Ashes, mon petit préféré ! :D

Tout à fait d'accord avec ta chronique... Si ce n'est que, même si Ashes n'atteint pas le génie de composition de Beyond The Veil, il possède une atmosphère puissamment gothique, absolument fantastique. Tristania a compris qu'ils ne referaient plus de Beyond The Veil sans Mortem Veland, ils ont fait leur propre musique et putain, qu'est-ce que c'est bon.

Par contre je ne suis pas d'accord sur un point : Shadowman, c'est une des plus belles chansons de l'album. cette montée en puissance vers le milieu est absolument divine...

Enfin bref, même si leur chef-d'oeuvre reste Beyond The Veil, Ashes reste pourtant mon petit préféré. Parce que c'est un album absolument unique dans le monde de la musique.
AmonAbbath - 31 Août 2010: Shadowman je l'aimais bien avant, mais je la trouve trop longue maintenant. C'est pour ça que c'est d'après moi sur celle-là qu'on risque de mettre le doigt si vraiment on cherche un défaut à l'album... Parce qu'après tout, quand on aime Tristania, on s'attend de toute façon à quelques morceaux très lents, donc beaucoup apprécieront Shadowman et ne la verront pas de cette façon ;)

Merci pour ta lecture.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Vrael

04 Avril 2009
D’accord, le groupe a changé de style. C’est souvent synonyme de quelque chose de mauvais : soucis de se vendre à un public plus large, ce qui se traduit par une déception de la part des fans. Or, là je n’y vois rien d’autre qu’une volonté de s’exprimer différemment, ou tout simplement un caprice. Peut-être aussi le désir de se démarquer du groupe Sirenia, dont le style musical est plus que proche de celui de Tristania. Ce qui est sûr, c’est que ça reste du metal gothique, mais au lieu de s’orienter vers du symphonique, Ashes est inscrit dans quelque chose de plutôt acoustique. Ça change de Widow’s Weeds et de Beyond the Veil, c’est clair, mais je ne pense pas que ça fasse tâche avec la discographie, puisque c’est très bien fait.

Ce qui fait que c’est aussi beau et agréable, c’est le rendu impeccable de l’album : les accords sont souvent simples (anecdote : on n'a besoin que d’une corde pour jouer Shadowman) et l’ambiance sobre. On sent tout le travail fourni pour créer une ambiance. De plus, ce n’est jamais trop violent ou trop mélancolique, c’est toujours dosé comme il faut.

L’autre petit truc agréable de Ashes, c’est le jeu des contrastes : « Libre » est un morceau violent et glauque, et il succède à « Equilibrium », nettement plus doux et clair. Ensuite vient « The Wretched », violent et glauque, et vice versa. L’exemple de plus flagrant de ce que j’affirme réside dans « Endogenesis », un condensé de ces alternances. Ça nous donne une impression de chauds-froids surprenants, que je trouve bien agencés.

Mais la perfection n’existe malheureusement pas : il y a deux détails qui font tâche sur Ashes. Le premier est le refrain de « The Wretched », où les chants criés massacrent le chœur, et aussi le fait que le morceau est un peu longuet. Ensuite (plus personnel), je trouve « The Bird » en trop. En effet, si l’album s’arrêtait sur « Endogenesis » ça pourrait aussi bien le faire, même si « The Bird » s’accorde certes assez bien avec Ashes.


Mis à part ça, j’espère ne choquer personne en qualifiant Ashes d'excellent, même s’il est certes un peu dommage qu’il soit différent des albums précédents (on ne change pas une équipe qui gagne, comme dit l’adage).

L'avantage est qu'il permet d'effacer la mauvaise impression que World of Glass nous avait laissée sur la langue, et puis il nous offre la preuve que Tristania est un bon groupe : il peut jouer quelque chose de différent, tout en restant bon.

3 Commentaires

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Kivan

10 Janvier 2005

Une étape majeur pour Tristania

C’est pas moins de quatre ans qu’il aura fallu attendre aux fans de Tristania pour pouvoir à nouveau écouter un nouvel album de ce groupe phare de la scène metal gothic. Et après deux albums typiquement gothic, composés de main de maître par sir Morten Veland, puis un World of Glass plus symphonique et grandiose, nous étions en droit de nous demander dans quelle voie allaient encore évoluer les Norvégiens pour ce Ashes. Mais déjà la pochette annonçait la couleur : simple et pure, telle pourrait se décrire désormais la musique du groupe.
Ce Ashes n’est ni un World of Glass deux, ni un retour au début du groupe. C’est bel et bien une nouvelle évolution, vers une direction musicale plus orientée metal atmosphérique ; mélodique, simple et beau...

L’album débute très fort avec Libre, où le groupe signe leur compo la plus violente, avec la voix black de Kjetil Ingebrigtsen, qui y est prépondérante, des rythmiques rapides et des riffs de guitares à la fois mélodiques et incisifs. Quant à la belle Vibeke, elle est réduite sur ce titre à des brèves parties genre chorale assez en arrière-plan...
Heureusement, la belle se rattrape sur le titre suivant, Equilibrium qui renoue nettement plus avec ce qu’a l’habitude de faire le groupe, des parties plus mélodiques, un brin langoureuses et poétiques, voire même un peu tristes, tout dépend comment vous les percevez, bien entendu. Et bien entendu, on retrouve l’incontournable duo Vibeke/Orsten au chant clair masculin... du grand Tristania... sauf que les parties synthé sont remplacées par des parties de guitares acoustiques... pour un résultat très cristallin... La suite de l’album continue dans cette alternance de passages violents et de parties très mélodiques. Notons au passage la ballade « Cure », très réussie, très émouvante.

Nouvel album, nouveau style. Si vous attendiez une suite à World of Glass vous serez déçu... et vous passerez surtout à côté d’un très bon album !

0 Commentaire

6 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Morticia

21 Fevrier 2005
Un sourire radieux se dessina sur mes lèvres, dès la première écoute ; j'ai retrouvé dans toute sa splendeur le groupe que j'aimais tant, mais qui m'avait déçue avec World of Glass...
Tristania, après 3 ans d'absence, reconquiert mon cœur avec leur magnifique Ashes.
Une puissance qu'ils ont retrouvée en plus d'un nouveau membre, nous feraient presque oublier Morten...

C'est vrai, comme dirait Kivan, c'est ni (heureusement je dirais même) un deuxième World of Glass, ni un retour aux sources qu'ils nous livrent là, mais un style totalement différent encore, et aussi, pour répéter ses mots, bien plus direct.
Un grand changement fut pour moi la transformation des parties mélodiques pures, en partie que je nommerais, instrumentales, les guitares acoustiques et le piano se mélangeant volontiers aux riffs lourds et puissants. Ils s'enchainent différemment aussi.
Puis, la façon de chanter de Viebeke, plus affirmée qu'aux débuts, plus mature même. Bien sûr, il reste les fameux passages de Tristania, où on l'entend sa voix cristalline devant l'orchestre de violons, etc. Mais, c'est moins régulier que dans Widow's Weed ou Beyond the Veil.

Vraiment, ces trois années leur ont fait le plus grand bien je crois. On sent directement en écoutant Ashes une bonne évolution et c'est si agréable de pouvoir laisser ses pensées repartir comme avant, sur ce chef d'œuvre du gothic, puissance sombre.
Sublime album.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Corwin

19 Juin 2006
Aaah, Ashes... J'avais moi aussi été déçu par World of Glass, un album qui s'avérait un peu maladroit (ce qui était un comble vu le niveau des deux précédents, le départ de Morten s'était fait réellement sentir). Et de fait, en grand fan de Beyond the Veil, j'ai failli ne pas acheter celui-là.

C'est la pochette qui m'a finalement poussé à le faire : elle est extrêmement simple et pourtant très belle. Elle me tendait les bras, sur le présentoir, et je n'ai pas pu résister. Allez, tant pis, en espérant que les trois ans auront fait la différence...

Bonne inspiration que j'ai eue là. Car Tristania a mis de côté son passage claviers et chœurs mal placés et son chant mal assuré, pour une tentative de musique grandiose échouée. Dans Ashes, Tristania revient avec un style à l'image de la jaquette, simple, pur et pourtant tellement réussi. Moi qui suis habituellement demandeur de musique sophistiquée, j'ai craqué pour cette galette au style très direct (je sais, je répète...) alors que j'avais rejeté le World of Glass pourtant plus proche de mes attentes, mais mal foutu.

La formation sans Morten est donc revenue au niveau d'avant sans refaire la même musique à l'infini, et c'est une bonne chose. Je ne me lasse pas de ces passages acoustiques simplement géniaux ni du chant de Vibeke, décidément beaucoup plus mature qu'avant. Superbe.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire