Humanity

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Bleed From Within
Nom de l'album Humanity
Type Album
Date de parution 25 Juillet 2009
Style MusicalDeathcore
Membres possèdant cet album53

Tracklist

1.
 The Awakening
 
2.
 Damnation
 
3.
 Messiah
 
4.
 The Fall of Man (Infection)
 
5.
 A Killer Born
 
6.
 Servants of Divinity
 
7.
 Monster
 
8.
 Everlasting
 
9.
 Save Your Prayers
 
10.
 The Final Chapter
 
11.
 This Absence
 

Acheter cet album

Bleed From Within


Chronique @ Arachnid

14 Mai 2010

Un disque d’ores et déjà épuré.

Deux EPs (dont le second est pour moi une véritable tuerie), une belle petite renommée Outre-manche et des dates par centaines : il n’aura fallu que quelques petites années pour que nos Gallois de Bleed From Within fassent parler d’eux. Rien d’innovant en soi, certes, mais terriblement bien foutu, leur son a réussi à clairement s’imposer dans un milieu où dix groupes de la même trempe se créent en l’espace d’un mois… C’est donc avec une aisance naturelle que la jeune formation signe chez Rising Records (Trigger The Bloodshed, The Argent Dawn, Nightshade…) pour enregistrer leur tout premier album intitulé Humanity.

Premier constat : le son est étonnamment propre, clair et précis ; un régal pour les oreilles, la production est tout simplement énorme. Enregistré aux Risings Studios et mixé par le célèbre guitariste de Threshold Karl Groom, Humanity a vraiment un son qui dépote. Deuxième constat : le changement quasi-radical de style. En effet, alors que le premier EP comprenait cinq titres sympathiquement metalcoriens sur les bords et que le second proposait du deathcore moulu pas très original mais bien prenant, ce premier full-lenght tombe dans le death mélo suédois à la ricaine grandement influencé par The Black Dahlia Murder. Ce n’est pas un mal en soi mais hélas, la composition des morceaux ne suit pas vraiment la cadence…

Tout commence donc par une intro classique quoiqu’un peu longuette : des saccades sous fond d’extraits de reportages TV. Ces samples sont d’ailleurs un poil trop en avant comparé à la musique je trouve ; peut-être est-ce pour justement laisser présager le meilleur pour la suite ? Bingo ! L’introduction terminée que l’on attaque direct par un riff mélo bien bourrin, bien sympathique, suivi avec vélocité par un blast-beat soutenu et un scream criard. Ainsi démarre "Damnation", un titre résolument accrocheur ; mélange de death mélo suédois et d’influences metalcore américaines. Plutôt glauque, le morceau se laisse agréablement écouter, sans toutefois casser trois pattes à un canard. Dans tous les cas, on sent que les Gallois ont quelque peu évolué et désirent changer de registre.

D’une moyenne de 3mn/3mn30, les chansons sont beaucoup mieux structurées que les anciennes compos. Premier bon point à ne pas négliger. Les guitaristes sont précis, inspirés, enchainant allers-retours mélodiques, saccades semi-pesantes et tous petits sweeps, variant constamment leur jeu pour proposer un son au final beaucoup plus posé, moins ‘désordonné’ si je puis dire ainsi. Mais alors, c’est bien tout ça : nos jeunes gaillards ont progressé, l’album est une tuerie dans ce cas. Et non, perdu !

Les morceaux se ressemblent quasiment tous et je dois même dire que c’est assez ennuyeux sur les bords. Pas de vrai riff assassin, pas de tuerie sonore, pas de mélodie mémorable, pas grand-chose quoi… Durant ces 45 minutes, on écoute avec une certaine lassitude onze titres pas franchement monstrueux, voire même basiques, sans réelle pêche. Les quelques bons passages sont (je les nomme) un refrain metalcore assez sympa sur "The Fall of Man", une bonne petite influence black metal à peine glauque sur la sympatoche "Everlasting" et quelques saccades ultra-rapides bien torchées sur les deux derniers morceaux. Rien d’autre hélas… Les breakdowns sont trop vite expédiés pour concrètement satisfaire l’amateur de lourdeur (excepté pour le début de "This Absence") ; les soli sont courts et peu inspirés ; le chant ne propose rien de neuf, rien de palpitant malgré sa puissance et sa hargne indéniables.

Pour finir, je dirais que ce premier album est une assez grosse déception, un disque d’ores et déjà épuré qui ne brille que par son professionnalisme mais en oublie l’essentiel : de bons morceaux. Je pourrais dire ‘dommage pour le groupe’, mais il n’en est rien : Bleed From Within continue de bien fonctionner un peu partout. Pour ma part, ils ont perdu un fan.

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
Spirit_Of_Deathiny - 29 Novembre 2010: Dommage que la musique soit moins bonne que l'artwork...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire