Humanicide

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Death Angel
Nom de l'album Humanicide
Type Album
Date de parution 31 Mai 2019
Labels Nuclear Blast
Style MusicalThrash Bay Area
Membres possèdant cet album36

Tracklist

1.
 Humanicide
 05:42
2.
 Divine Defector
 03:24
3.
 Agressor
 05:11
4.
 I Came for Blood
 03:12
5.
 Immortal Behated
 06:08
6.
 Alive and Screaming
 03:36
7.
 The Pack
 03:33
8.
 Ghost of Me
 04:34
9.
 Revelation Song
 05:33
10.
 Of Rats and Men
 04:08

Bonus
11.
 The Day I Walked Away
 03:29

Durée totale : 48:30


Chronique @ LeMoustre

26 Mai 2019

Alive And Screaming

Réapparu en grande forme en 2004, après une trilogie studio marquante dans sa première incarnation sur la seconde moitié des 80's, les thrashers Californiens de Death Angel reviennent depuis nous présenter leur nouveau bébé, tous les 3/4 ans, au gré des tournées de ce groupe, devenu professionnel à la force du poignet. Toujours considérés comme de gros espoirs de la scène, et ce dès leur plus jeune âge (tout juste ados lors de la parution de leur premier et fantastique The Ultra-Violence, la famille Death Angel, alors tous cousins épatait par sa précocité), le groupe même remodelé dans sa section basse-batterie, paraît toujours actuel. Un élixir de jouvence que bien des formations peuvent lui envier. Chez eux, nul album réellement faible (allez, Killing Season paru en 2008 n'était pas fantastique, c'est vrai), et toujours cet art de pondre des riffs chaloupés invitant à headbanguer frénétiquement tout en appréciant la musicalité développée par les musiciens, toujours fidèles au thrashmetal sans y oublier d'ajouter leur propres ajouts personnels, rendant ainsi leurs albums reconnaissables entre mille sorties.

Toujours signés chez Nuclear Blast, produits par Jason Suecof et bouclant la trilogie d'albums à l'effigie de loups carnassiers, Death Angel attaque pied au plancher (à l'instar de The Art of Dying qui décoiffait par ses deux terribles premiers morceaux), avec une doublette meurtrière ("Humanicide" / "Divine Perfector") qui convaincra aisément les plus traditionnels de leurs fans. Rythmiques en béton, up-tempi, riffs thrash assassins, progression dans l'agressivité, voilà une parfaite mise en bouche qui pourra ouvrir les concerts avec la garantie d'une belle claque. Osegueda est comme d'habitude impérial, et Cavestany ne chôme pas sur son poignet, toujours aussi précis. Rassuré, le fan pourra ainsi se laisser guider par les saccades de "Aggressor" qui ne démérite aucunement et les Californiens s'essaient même à nous refaire le coup d'Overkill avec son terrible "Welcome to the Garden State" paru sur son dernier disque, avec un morceau punk à la Lemmy ("I Came For Blood", moins jouissif quand même que le titre des New-Jersey boys, n'est pas de la côte Est qui veut). Bref, ne serait-ce le moyen "Immortal Beheaded" qui développe un mid-tempo longuet, quelques notes de piano finales inattendues et un décalage avec le reste de l'album (Death Angel étant coutumier du fait - Act III en atteste, l'association avec Rodrigo & Gabriela aussi - difficile de les taxer d'opportunistes), la première partie de l'album est de haut niveau.

Sur la seconde face de la galette, comme il se doit sur un bon album de thrash, l'album ré-attaque avec virulence avec un "Alive and Screaming" bien nommé et très à propos, et si la seconde partie de l'album n'est pas tout à fait à la hauteur de son tonitruant début, elle reste de bonne tenue, notamment avec de beaux soli ("The Pack") et un savoir-faire qui n'est plus à démontrer depuis perpette. Notons le flow toujours aussi efficace de Mark Osegueda sur qui le temps ne semble pas avoir de prise, les chœurs made in Bay-Area pur jus toujours efficaces et une section rythmique impeccable. Pas forcément toujours pied au plancher ("Ghost of Me", avec son refrain guerrier et ses riffs plaqués renvoie aux sources du thrash), mais toujours agressif, le groupe prouve, si besoin était, qu'il est en forme (le final vindicatif "Of Rats And Men"). Sans doute que les multiples tournées bien accompagnées et festivals le maintiennent sur le pied de guerre et œuvrent à cette jouvence perpétuelle.

Malgré de petites fautes de goût (rajoutons un "Revelation's Song" anecdotique avec en sus un fade-out malvenu), Death Angel est bien vivant et le crie partout. On peut logiquement considérer cette neuvième livraison studio à la durée idéale (45 minutes sans prolongation, en dehors du bonus-track livré avec la version "limitée" de l'album - non écoutée pour le moment) comme un disque à hiérarchiser dans la première moitié qualitative de la discographie des thrashers, aux côtés d'un The Art of Dying, avec lequel il présente de nombreux points communs. Si les plus purs et durs des thrashers regretteront toujours The Ultra-Violence, force est de considérer que la seconde partie de carrière de la formation est indéniablement de haut niveau, et Humanicide ne décevra aucunement ceux qui avaient apprécié les disques précédents.




6 Commentaires

21 J'aime

Partager

mechant - 27 Mai 2019:

Je suis ravi de lire cette chronique....j aime beaucoup Death Angel et leur prestation live sur la Tournee avec Testament avait fini de me convaincre.

Là , Le moustre vient de succiter en moi  1 nouvel achat en vue...

d

Rude Annee 2019 pour le porte feuiles!angry

tormentor - 27 Mai 2019:

Ouais rude année pour le porte feuille entre Death Angel qui me votre vraiment, avec l'excellent Possessed, et le dernier Nocturnus AD.

Mais je vais me laisser tenter ça c'est sûr ! 

Goneo - 31 Mai 2019:

Belle chronique. Plutôt bon ce nouveau Death Angel, je ne sais pas pourquoi, j'étais partis avec un mauvaise a priori....

Je te rejoinds dans ton analyse, une premiére partie d'album bien thrash mélant plusieurs influences, nuancés et équilibrés.

Petit coup de coeur sur "The PAck" qui vient redonner de la force de frappe à l'album.  " Revelation Song " ennuyeuse qui plombe l'ambiance pour finir sur " Of Rats and Men " que je trouve pas franchement formidable.

samolice - 08 Juin 2019:

Merci pour la chro. 

C'est moi où le groupe est revenu avec ce disque à des compos souvent plus "concises"? Je préfère comme ça, les deux précédents albums ne m'ayant pas énormément emballé.

A voir avec les écoutes mais je le sens pas mal celui-ci, cool.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire