Holy Tears

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Isis
Nom de l'album Holy Tears
Type MCD
Date de parution 05 Fevrier 2008
Style MusicalPost Hardcore
Membres possèdant cet album10

Tracklist

1. Holy Tears (Album Version)
2. Not in Rivers, But in Drops (Melvins Remix)
3. Holy Tears (Live at the Continental Airlines)

Chronique @ Bobine

25 Juin 2008
Isis, c'est le nom de ce groupe de Los Angeles à la musique si particulière et qui n'a rien à envier à la déesse éponyme. Si je parle de musique particulière, c'est parce que je me suis retrouvée un peu perdue pour définir dans cette chronique un style qui résumerait la musique du groupe. Pas très simple tout ça.
Musique parfois dépressive que l'on pourrait "classer" dans le Doom, parfois plus atmosphérique, plus planante, qui pourrait être définie comme progressive, d'autres fois c'est intriguant au point de penser à de l'expérimental. Si je cherche conseil auprès de sites et d'articles, on me propose également le Sludge, Post-Hardcore et Psychédélique. Mais je garde finalement les termes Expérimental et Progressif, ce qui me permet de rejoindre un peu les univers de Tool (Justin Chancellor a d'ailleurs collaboré avec eux sur le titre "Altered Course") et Neurosis, qui me paraissent reliables de façon logique.

"Holy Tears" n'est pas un album, mais un single tiré de l'album "In the Absence of Truth", sorti en 2006. Ce dernier est le quatrième album d'Isis, sans compter les démos. Sur le single (d'un graphisme superbe signé Aaron Turner, chanteur du groupe, et tiré du clip "Holy Tears") nous avons donc une version originale de "Holy Tears", une autre en live, un remix de "Not in Rivers, But in Drops" de Melvins et Lustmord, ainsi que la vidéo du clip "Holy Tears", autant dire qu'on y a droit sous toutes les coutures.

"Holy Tears", un titre riche, en plusieurs étapes, qui méritait bien un single. Il démarre avec une puissance déjà acquise pour couler avec une grande fluidité vers des paroles plus ou moins dépressives au chant clair puis au chant entre le grunt et le torturé, sublime. La première étape de la chanson s'estompe rapidement, et laisse place à un passage instrumental très doux (mais gardant le rythme grâce à la batterie), puis la voix revient, étrange, comme dans "That Day" de Michael Pitt : impression de changement de décors et d'atmosphère, confusion et richesse se mêlent. Un retour plus brutal, la chute s'effectue (au double sens du terme, comme on peut le voir dans le clip). Un titre plein de puissance, de beauté et d'originalité, comme pour tout titre d'Isis.

Le live est très intéressant, rien qu'à la durée on peut voir qu'Isis est un groupe qui fait évoluer sa musique en live, à l'image des pères du Metal comme Deep Purple ou Led Zeppelin, dont la durée des morceaux live était facilement doublée. Le chant est bon, le son est propre, la présence du public rajoute une vie, une épaisseur d'émotion, une présence. La partie instrumentale dure et nous fait profiter de musiciens qui maîtrisent leur art, et ça fait du bien.

"Not in Rivers, But in Drops", à la différence du titre d'origine, l'introduction est faite principalement par la batterie, la guitare étant lion derrière, pour un rendu beaucoup plus sec. Le rythme général est accéléré. La version remixée est tout simplement plus rapide, agressive ainsi que plus prenante (mais j'aurai tendance à préférer la première version).

Pour ce qui est de la vidéo, les images complètent la musique, les derniers instants avant la mort résident dans les passages brutaux, la création de la vie dans la partie instrumentale, la chute dans la dernière partie du morceau, avant que le corps ne s'écrase, et ne s'étale d'ailleurs (point sur lequel la vidéo n'hésite pas à insister).

Ainsi ce petit disque réside dans un air de symbiose entre douceur et brutalité, entre vie et mort, entre création et destruction, ces opposés et antithèses qui ne peuvent exister les uns sans les autres.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire