Holographic Universe

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Scar Symmetry
Nom de l'album Holographic Universe
Type Album
Date de parution 20 Juin 2008
Produit par Jonas Kjellgren
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album193

Tracklist

1. Morphogenesis 03:54
2. Timewave Zero 05:13
3. Quantumleaper 04:09
4. Artificial Sun Projection 04:00
5. The Missing Coordinates 04:37
6. Ghost Prototype I (Measurement of Thought) 04:35
7. Fear Catalyst 05:03
8. Trapezoid 04:17
9. Prism and Gate 03:46
10. Holographic Universe 09:05
11. The Three-Dimensional Shadow 03:57
12. Ghost Prototype II (Deus Ex Machina) 06:03
Total playing time 58:35

Chronique @ Eternalis

17 Novembre 2009

"Holographic Universe" agit comme un électron libre, ouvrant une porte vers les cieux...

Bien souvent plongé dans les méandres d’une banalité devenue affligeante avec le temps, le death métal mélodique est, s’il reste un genre majeur actuel, malgré tout le lieu où un nombre assez grand de clichés inhérents se rencontrent depuis les avènements d’In Flames, Soilwork, At the Gates et autres Dark Tranquility des grands jours.
Les groupes se sont multipliés avec le temps, de Norther à Detonation en passant par Blood Stain Child, Kalmah ou Sonic Syndicate, dans des formes différentes, ont exploités un fond relativement commun. Les albums asphyxiant une scène au bord de la rupture, provoquant toujours du plaisir chez l’auditeur mais une certaine lassitude chez les autres, avides d’un sentiment de nouveauté absent.

Dans ce contexte de surenchère musicale, Scar Symmetry est parfaitement rentré dans le moule avec un "Pitch Black Progress" intéressant, mais encore impersonnel. Le chant death de Christian Älvestam, au growl abyssal, se mariant de manière imparfaite à des vocaux clairs parfois faux, jouant sur la variété avec son homologue extrême (on se souvient de l’énorme "Slaves to the Subliminal").
Un groupe comme tant d’autres finalement, sans autre prétention que de faire plaisir à un public fermant facilement les yeux sur les écarts stylistiques. Dans ce cadre très conventionnel, qui pouvait donc s’attendre à ce qui allait débouler deux ans plus tard avec "Holographic Universe", réinventant presque à lui seul la charnière d’un genre, apportant une fraicheur, une puissance et une inventivité de tous les instants à un death mélodique prenant des couleurs progressives absolument jouissives.

Que ce soit sur des rythmes rapides ou plus moyen, la qualité de composition des suédois parvient toujours à toucher l’auditeur, à sortir le riff qui tue, l’accélération de double pédale au bon moment, le grunt qui glacera le dos où le passage de lead guitare magnifique pour nous envoyer en orbite.
Inspirés par les astres, les textes évoquent des horizons lointains, d’où émanent parfois une mélancolie se retrouvant dans le chant clair de Christian, responsable en partie de la magnificence de ce troisième opus. "Timewave Zero", aux claviers presque indus, dévoilent un univers à fleur de peau, ponctué par des chœurs splendides et une mélodie vocale splendide de sensibilité, au trois quart clair. Suite à un refrain planant, s’échappe un break monstrueux de puissance, écrasant et musical, sur le chant bestial du suédois.

Mais loin de proposer des auto-copies de ses propres morceaux, Scar Symmetry impressionne au fur et à mesure de l’album par sa variété et son audace musicale, même si elle reste profondément ancrée dans le genre. C’est d’ailleurs la grande force de l’album, savoir innover sans être foncièrement expérimental. "Quantumleaper" (jouissif) ou le très technique "The Missing Coordinates" (comparable à un Scarve sur l’introduction) par exemple, en entremêlant des chœurs extravagants, voir excentriques, au growl ultra puissant, apporte une fraicheur vraiment nouvelle, tout en étant propulsée par une touche progressive se retrouvant dans les claviers très présents (sans jamais être envahissants) et les soli des fines gâchettes que sont Jonas Kjellgren et Per Nilsson.
Une puissance impressionnante se dégage de chaque titre, apportant tous leur pierre à l’édifice. Du très progressif "Artificial Sun Projection" au riff simple mais au solo magnifique de beauté, au très « Soilworkien » "Ghost Prototype I - Measurement Of Thought" (le feeling en plus) en passant par les plus brutaux et lourd "Fear Catalyst" (au double chant extrême, profond et criard) et "Prism and Gate", plus moribond mais aux parties claires les plus aigues de l’album, "Holographic Universe" éberlue pendant presque une heure.

Puis il y aura l’extase, sur deux morceaux. Tout d’abord le titre éponyme, monumentale pièce de neuf minutes, s’ouvrant sur une ligne spatiale de claviers (à la Jean Michel Jarre et sa harpe laser), pour rapidement être aplati par un riff colossal, lourd au possible, et une double pédale chirurgicale. La trame mélodique se met en place, doucement, puis Christian entre en scène, et la magie opère. Les lignes de claviers, planantes, se posent sur des coulis de soli progressifs, tandis que les hurlements death traduisent un rythme de montée en puissance, presque d’absolu, notamment sur le pré-refrain, où l’arrivée du chant clair tient de l’aboutissement, tel un messie. Ponctué par de multiples breaks et riff tous plus puissants les uns que les autres, la partie solo se veut hallucinante de précision, bonheur sans nom d’un groupe touchant de très près la perfection de son style pratiqué.
Et le final ""Ghost Prototype II - Deus Ex Machina, à l’ouverture digne d’un guitar hero en lead mélodique, puis le chant angélique de Christian, avant une nouvelle partie de double pédale qui, si elle reste caractéristique, ne vient en aucun cas gacher un plaisir déjà immense. Car là, il y a ce chant death plaqué sur une mélodie limpide, presque trop diront certains, mais que le chant vraiment animal parvient à contrebalancer.

Doté d’un chanteur proprement exceptionnel, de guitaristes inspirés et d’une production en béton armé, Scar Symmetry livre un album moins linéaire que les derniers In Flames, plus technique que Soilwork, plus varié que Dark Tranquillity, moins cliché que Norther ou plus inspiré que Detonation ou le Children of Bodom actuel. Beaucoup plus progressif que les autres groupes du genre, "Holographic Universe" agit comme un électron libre, ouvrant une porte vers les cieux à un groupe qui se séparera malheureusement dans l’année suivante de son formidable vocaliste. Il restera en tout cas, comme consolation, ce chef d’œuvre de death prog mélodique, qui probablement, marquera l’histoire et les esprits.

6 Commentaires

9 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Eternalis - 14 Décembre 2010: Je n'arrive pas à retrouver le même plaisir dans Solution 45. C'est bizarre parce que tout est presque pareil, mais ça n'a pas la même saveur...

Quand à Dark Matter Dimensions, il est excellent musicalement...c'est vraiment vocalement et surtout dans le clair (le nouveau growl est impérial) que ça pêche dangereusement...
clek - 14 Décembre 2010: Exact, Solution 45 ressemble à Holographic Universe mais sans la magie qui en découlait, ce n'est pas la même ambiance.
Et pour Dark Matter Dimension, je l'ai pas trouvé mauvais du tout mais je n'ai pas été très emballé, enfin ma dernière écoute remonte à loin, donc peut-être que si je m'y replonge je pourrais le voir différemment. D'ailleurs c'est ça qui est marrant, des albums que tu trouves bof, tu les réécoutes ensuite le lendemain et t'as l'impression de tenir la bombe du siècle. C'est fou comme l'être humain est complexe.
Eternalis - 15 Décembre 2010: L'humeur, les émotions, le ressenti...tout est tellement variable...tout dépend du moment et de ce que tu vis et penses à l'instant où tu l'écoutes.
Ça peut parfois tout changer...
Molick - 04 Avril 2011: Plus varié que Dark Tranquillity ??? Mon dieu mes yeux fondent ^^
Sinon le seul albums que j'apprécie vraiment c'est Symmetric In Design, les autres sont pas mal mais sans plus, j'ai un peu l'impression d'écouter la même recette à chaque fois, chose extrêmement rare chez Dark Tranquillity (à part 2 ou 3 tous leurs albums sont différents)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Julien

17 Juin 2008
Scar Symmetry est dans le genre le renouveau du death à la suédoise. Mais qui dit renouveau dit chemin mainte et mainte fois emprunté et surtout un manque de nouveauté flagrant. Reste qu’avec une intro aussi dure on pourrait s’attendre a une descente en flamme de ce nouvel opus des suédois et bien pas du tout. Je le conçois il faut faire abstraction des comparaisons faciles que je ne manquerais pas de faire pour se concentrer sur la qualité intrinsèque de ce Holographic Universe.

Si vous êtes client de Soilwork et autres In Flames période passée, ce disque est pour vous. Et si vous n’aviez pas déjà découvert ce groupe c’est le moment ou jamais. Le gros riff death mélodique a guitares harmonisées vous branche. Le gros refrain en chant clair popisant vous branche. Le clavier omniprésent vous branche, Holographic Universe est clairement fait pour ramoner les oreilles.
Le pire c’est que les groupes dont je viens de vous citer les noms sont vraiment présent sur certains titres comme « Fear Catalyst ». Mais fort heureusement le groupe a sur faire face ca ses propres démons pour nous offrir des titres plus « personnel ». Je mets des guillemets car l’on y retrouvera quand même le duel chant death / chant clair et du clavier mais les riffs n’y paraissent pas éclusés. Résultat du neuf qui fait du old scool avec une bonne dose d’audace. « The Missing Coordinates » par exemple, n’a rien d’un titre faire valoir et aurait en son temps déchaîné des passions. Le problème c’est que ça arrive 10 ans trop tard. Enfin trop tard pour certain car je trouve ça toujours agréable de retrouvé ce genre de titre en dehors d’un vieux disque de Soilwork. Car lorsque le groupe se met a tabasser, ça tabasse sévère. Un titre comme « Prism and Gate » ne fait pale figure bien au contraire, il enfonce des portes pas si ouvertes que ça.
Forcement j’aurais préféré avoir un chant clair plus couillu mais bon le choix est très popisant donc laissons faire car au final l’alchimie marche toujours aussi bien. La production est bien grasse a souhait avec un son qui ne trompe pas sur l’origine. Made In Sweden my friend.

Au final un disque pas forcement en phase avec son temps mais qui n’en est pas pour autant mauvais. A conseiller a toutes personnes en manque de nouveauté dans un style éclusé et surexploité dans la fin des années 90. Au final c’est quand même que du bon ce petit Holographic Universe


10 Commentaires

8 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Little_Scarab - 15 Octobre 2008: Excelent album a mon sens, j'ai aussi eu un peu de mal a rentrer completement dedans mais maintenant c'est que du bon =).
Ce disque me rend plutôt nostalgique des bon vieux groupes a la IF et Soilwork, ca fait pas de mal :)
Ruthruin - 17 Novembre 2008: Enfin !! Depuis le temps qu'on attendait ce genre d'album, ca fait du bien ! Du bon vieux metal old-school qui parvient à se hisser au niveau des plus grands.
Et franchement, le thème de l'album déchire ^^
Kovalsky51 - 04 Mars 2009: une belle calotte :) je viens de découvrir l'album et c'est vraiment une pure tuerie ^^ mélodique comme il faut je suis fan!
MetalOursonne - 08 Décembre 2009: Le seul album que j'ai de ce groupe .. j'ai beaucoup aimé lorsque je l'ai acquis et j'aime toujours .. Si Père Noël est gentil, j'en aurai peut-être un autre (le précédent ou le tout dernier) dans mes petits souliers :-).. Va savoir! Bonne chro (et celle de l'album précédent aussi!!) .. Ah ben, je vais l'écouter ce soir ce "Holographic Universe" .. y'a rien à la télé, comme d'hab, et c'est pas plus mal!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ EternalTearsOfSorrow

28 Juillet 2010
Scar Symmetry est un groupe de death mélodique suédois parmi tant d'autres, mais surtout un groupe magistral. Formé en 2004 à Avesta, SS n'a pas tardé à nous montrer beaucoup de potentiel, Symmetric in Design m'ayant légèrement moins convaincu que les autres... Cela fait bientôt un an qu'ils ont sorti Dark Matter Dimensions, un album avec pas un mais deux nouveaux chanteurs, et qui, à part le chant clair qui doit encore être amélioré, est tout de même resté un sacré bon groupe ! Mais aujourd'hui, je propose de revenir encore un an plus tôt pour faire de la parlotte à propos du disque qui avait conclu la coopération de Christian Alvestam au micro avec ce combo. Donc dans l'ensemble, ce Holographic Universe est un très bon album, bien développé, beaucoup de punch, de terreur dans la voix plutôt diabolique du chanteur. Il n'y a pas franchement de grands défauts.. Si ce n'est pour certaines personnes le ressenti de trop longue durée de death voice consécutive. Je vais tout de même débuter une description de cet opus.

Cet album débute avec Morphogenesis, qui commence avec un son magnifique de guitare, de plus en plus forte, de plus en plus furieuse pour définitivement mettre la pièce dans laquelle se trouve la chaîne stéréo qui lit ce CD dans une ambiance totalement dans les circonstances que peut nous emmener ce groupe. Le chant débute ensuite à son tour dans un couplet avec un chant sombre, qui laisse durer les mots qu'il sort pendant deux ou trois secondes à la fin de chaque phrase, pour laisser place à un refrain à voix claire accompagnée de guitares plus que motivées et tranchantes et d'une batterie possédant une caisse claire au son sec. Si vous comparez la voix de Alvestam à celle de Palmqvist, vous remarquerez une grosse différence... Ce disque débute en fanfare, c'est sans nul doute le moins que l'on puisse dire !!

Timewave Zero, le deuxième morceau est très bon lui aussi, aux couplets plutôt calmes, avec du chant clair, de la batterie assez tranquille, il y a clairement plus de chant clair que death, dans ce morceau. Le refrain est aussi assez calme, comparé aux autres refrains des chansons de ce groupe mais bien sur, cela reste assez réussi !! C'est à la suite de ce dernier que l'on entend enfin l'autre voix pointer le bout de son nez, dans un passage assez impulsif, une ambiance bien contrastée à celle du début du morceau...

Ensuite, Quantumleaper (un titre qui me plaît bien) se met en marche tout de suite avec un commencement assez bourrin, auquel la guitare est totalement dominante. La suite du morceau est assez basique, des passages simples, on peut entendre des mélodies très aiguës données par la chant clair de Alvestam, avec les "QUAN-TUM-LEA-PER !" qu'il grogne ensuite, cela donne une atmosphère assez brutale.

Avec ces trois premiers morceaux, jusqu'à maintenant, cet album est tout simplement magnifique, le reste des titres est un peu plus mitigé (je veux dire que la plupart son bons, mais certains se laissent mieux écouter que les autres, par exemple Trapezoid est un très bon morceau, bien mélodique, mais assez lassant, à force, comparé à Prism And Gate qui a toujours ce riff plutôt heavy thrash au début, qui laisse écouter la suite sans s'ennuyer). Je tiens également à parler de la chanson de l'album : Holographic Universe. Un morceau aux multiples parties, un courte intro avec des riffs auxquels la guitare et la grosse caisse sont les plus audibles, pour démarrer au bout d'une ou deux minutes avec le premier couplet, ou la voix death est totalement déchirante, suivi d'un refrain, et qui permet au premier solo du morceau de débuter, avec une courte interlude... Je ne vais pas non plus décrire chaque seconde de ce si bon morceau... Tout ce que je peux dire c'est qu'il y a plus d'inspiration, d'imagination et plus de voyage dans cet univers holographique.

En conclusion, cet album est certes l'un des meilleurs. J'ai ressenti, à la première écoute, beaucoup de hargne, d'imagination, de travail et de potentiel, le tout dans un très bon résultat. Cet oeuvre contient également pas mal de différences comparé à son prédécesseur. C'est bien dommage que Alvestam soit parti, bien qu'il fait à présent parti du groupe : The Few Against Many. Mais même avec les deux nouveaux chanteurs, étant donné qu'ils aient beaucoup de talent au micro, cela fera un grand vide, c'est surtout la voix claire qui aura changée, mais elle est bien entendu loin d'être mauvaise. Je vais donc attribuer un 16/20 à cet album, que je conseille à tous ceux qui aiment In Flames, Soilwork, et à tous les amateurs de ce style.

3 Commentaires

1 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
Matai - 19 Octobre 2010: Une note peut-être ?
EternalTearsOfSorrow - 19 Octobre 2010: Je viens de l'ajouter. ;-)
revan - 20 Octobre 2010: Bonne chronique qui résume bien l'album.
En tout cas, je suis plus que d'accord avec toi pour dire que Holographic Universe est l'une des meilleures song de cet album.

sinon je te corrige pour le fait que Alvestram est en ce moment avec The Few Against Many, puisqu'il est en ce moment sur son projet de Solution .45 ( qui est du même niveau que l'ancien Scar Symmetry)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire