High on Blood

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Deranged (SWE)
Nom de l'album High on Blood
Type Album
Date de parution 14 Mai 1998
Enregistré à Berno Studio
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album64

Tracklist

1. Razor Divine 03:20
2. Humanity Feeds on Filth 03:20
3. (Eroti)kill 03:57
4. Raised on Human Sin 02:38
5. High on Blood 03:20
6. Robber of Life 03:23
7. Nailed Ejaculation 03:56
8. By Knife... 04:23
9. Haunted by Natural Danger 03:48
10. With the Silence Came Horror 04:18
11. Experience the Flesh 03:51
Total playing time 40:14

Chronique @ Fabien

21 Mai 2008
Décidés à enfoncer le clou après leur premier album, et désormais abonnés au Berno Studio depuis le bon mini-album Sculpture of the Dead, Rikard Wermen & Johan Axelsson rejoignent l’ingénieur Berno Paulsson en juillet 1997 pour les sessions de l’impitoyable High on Blood. Commercialisé en tout début d’année suivante par l’écurie Regain Records, l’album marque l’arrivée du bassiste Dan Bengtsson, ainsi que du growleur Fredrick Sandberg, capable de passer d’un chant guttural gras & profond à des vocaux beaucoup plus rageurs.

Loin de tout assagissement avec le temps, Deranged accélère encore la cadence sur ce nouvel effort, gagnant parallèlement en technique et en précision. Les morceaux Razor Divine & Humanity Feeds plantent ainsi le décor, dominé par le martelage rythmique de Rikard & Dan, les riffs & soli hermétiques de Johan, et le guttural effroyable de Fredrick.

Assommant quasiment de bout en bout avec un plaisir manifeste, Deranged injecte cependant suffisamment d’espace entre ses martelages rythmiques pour éviter l’overdose auditive, à l’image de Robber Of Hell ou By Knife, qui calment judicieusement le jeu avec leurs breaks fracassants, sur un middle tempo parfaitement calé, terrain propice à une salve de riffs particulièrement acérés. A ce titre, Erotikill s’inscrit parmi les titres les plus puissants & percutants de la longue discographie des suédois, notamment sur son riff d’introduction, frappant avec une précision redoutable.

Plus compact, puissant & millimétré que son prédécesseur, addiction pour le fan de brutaldeath, High on Blood est une véritable machine à tuer, se hissant parmi les missiles les plus meurtriers du combo suédois. En ce début d’année 1998, alors que le deathmetal sort à peine d'une crise identitaire, Deranged ne se pose quant à lui aucune question, dégommant tout sur son passage sans effectuer la moindre concession.

Fabien

4 Commentaires

6 J'aime

Partager
albundy57 - 30 Juillet 2009: Avec cet album, les barbares de DERANGED s'affirment comme étant un pilier inamovible du style brutal-death. L avenir se fera sans concession, et ils resteront une référence ultime en la matière, sans virer d'un poil de leur style de prédilection. Perso, je n ai jamais été déçu par ces Suédois!
BEERGRINDER - 26 Mai 2012: Rien à faire, Rated-X est sympa, mais High on Blood l'enfonce, que dis-je, l'explose littérallement. Pour moi c'est d'assez loin la meilleure réalisation des suédois, By Knife, Razor Divine, (Erotic)Kill sont des hymnes au tabassage et au scalpel, car c'est aussi lourd et bourrin que précis ! Et puis comme tu le dis ce putain de growl de Sandberg arrache tout.

Et puis à cette époque le Death Metal était encore moribond et comptait peu de sorties de grands qualités, je trouve donc un peu radin sur la note du coup.

Tu parles à juste titre d'une crise identitaire pour le Death Metal, et justement Deranged fait ressortir ici en plus d'un sens de la composition redoutable, une identité bien marquée dans leur brutal Death.
Fabien - 28 Mai 2012: Oui effectivement, 15 est un peu sévère en replaçant d'une part Deranged dans le contexte d'époque, et d'autre par en considérant la puissance et la qualité intrinsèque de High on Blood. A titre personnel, ce second full-lenght compte parmi mes missiles favoris de la part d'Axelsson et Wermen, bien que je lui préfère toujours d'une tête Plainfield Cemetery, tout aussi fracassant, mais avec une ambiance mortuaire en plus. Si Erotikill et son début laminant remporte mes faveurs sur High on Blood, Deathgasm est le titre que je préfère sur Plainfield Cemetary, avec son outro qui me glace le sang à chaque écoute. Fabien.
17blunt - 11 Mars 2013: Album sans concession, martelant pratiquement du début à la fin, déployant une puissance fénoménale sans pour autant générer la moindre lassitude après des disaines d'écoutes. C'est comme ça qu'on différencie un très bon album d'un bon album de Brutal Death.

Juste pour chipoter j'aurais aimé entendre un peu plus les doubles grosses caisses au niveau de la prod. Mais sinon jetez vous dans ce disque de malade, c'est de la très très haute qualité.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire