Cut Carve Rip Serve

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Deranged (SWE)
Nom de l'album Cut Carve Rip Serve
Type Album
Date de parution 02 Juin 2011
Enregistré à Berno Studio
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album40

Tracklist

1. Depraved and Zombified 03:47
2. Limbless Slave 03:37
3. Razorsharp Decapitation 03:02
4. Slay and Grind 03:42
5. Workshed Slaughter 03:14
6. Savage Hacksaw Castration 03:14
7. Military Death Complete 03:42
8. Incise the Flesh 03:04
9. Blood on Pale Hands 03:48
10. Flesh Rebel 2011 04:58
Total playing time 36:08

Chronique @ Fabien

23 Juin 2011

Un petit Rikard pour la route.

Formé autour de Johan Axelsson et Rikard Wermen dès 1991, Deranged reste l’un des principaux géniteurs du brutaldeath suédois, enchainant les réalisations avec une régularité exemplaire jusqu’à la sortie du redoutable Plainfield Cemetary en 2002. Le groupe s’accorde ensuite un long break salvateur qui durera quatre années, lui permettant de rebondir avec deux nouveaux disques dont le dernier en date The Redlight Murder Case paru chez Regain Records. Alors que la machine impitoyable semblait de nouveau lancée, Rikard quitte pourtant la bande au printemps 2008, rapidement suivi du départ Johan, mettant fin au groupe et à cette longue aventure entre les deux collègues.

Ayant le sang de Deranged dans les veines et cette passion intarissable pour le deathmetal, notre batteur Rikard remet enfin le groupe sur les rails durant l’été 2009, entouré du nouveau bassiste Andreas Johansson et du growler Martin Schonherr qui sévissait déjà sur The Redlight Murder Case. Seul son acolyte de longue date manque à l’appel, remplacé au pied levé par Thomas Ahlgren qui glisse non seulement de la basse aux guitares, mais compose aussi tous les nouveaux morceaux en compagnie du batteur.

C’est finalement l’écurie nord américaine montante Sevared Records, ayant récupéré les suédois d’Insision et très récemment les norvégiens de Blood Red Throne, qui collabore désormais avec Deranged, pièce de choix dans son catalogue. Le label travaillant régulièrement avec le fameux Jon Zig lui commande alors un dessin particulièrement macabre, déformation de l'illustration "Freedom from Want" du célèbre Norman Rockwell, en totale adéquation avec ce tout dernier effort sagement intitulé Cut Carve Rip Serve. Enfin, Inutile de préciser où l’album a été enregistré durant ce mois de février 2011, tant Deranged est un habitué des Berno Studios depuis 1994, lieu idéal pour la mise en boite d’une nouvelle boucherie sonore.

Bénéficiant des mêmes interprètes à l’exception de Johan, Cut Carve Rip Serve ne déroge donc guère de son prédécesseur, ni d’ailleurs du reste de la discographie de Deranged. On retrouve ainsi ces rythmes hachés, ces guitares lourdes & tranchantes, et ce chant guttural toujours aussi effroyable. Globalement, le groupe a pourtant lâché un peu de lest afin de rendre son brutaldeath un peu plus digeste, mais toujours à l’antithèse de toute forme mélodique.

Si Cut Carve Rip Serve martèle ainsi imperturbablement le système nerveux avec la même brutalité manifeste que ses ainés, bénéficiant du même climat gore et dément, Deranged apporte en effet plus de variations à son style, aérant plusieurs passages grâce à la batterie de Rikard moins tapageuse dans ces moments-là et aux soli de Thomas très bien sentis, pour citer l’introduction très entrainante de Bloom on Pale Hands sur un riffing pas piqué des vers, ou encore le terrible morceau Military Death Complete qui ralentit régulièrement la cadence pour un résultat dévastateur. Les plus perspicaces reconnaitront enfin une nouvelle version du morceau Flesh Rebel tiré de l’album éponyme de 2001, sans grande surprise mais démontrant une qualité d’interprétation intacte dix années plus tard.

Sans représenter le summum de la discographie de Deranged, toujours tirée vers le haut avec les redoutables High on Blood et Plainfield Cemetary, Cut Carve Rip Serve est un bon cru de la part du groupe de Rikard Wermen, toujours aussi inimitable dans son matraquage brutaldeath et visiblement toujours aussi inspiré. Un peu moins étouffant et un peu plus direct, peut-être aussi un peu moins nerveux, ce nouvel album du quatuor rassure ainsi après une période de trouble suivie du départ de Johan Axelsson. Allez, on se retape un dernier Rikard pour la route.

Fabien.

12 Commentaires

16 J'aime

Partager

Soulofnorth - 24 Juin 2011: Merci pour ta chronique Fabien, ne connaisant pas le groupe, et le découvrant depuis ta chronique, je vais m'empresser de jeter une oreille à ce nouvel album.

Joli coup d'oeil XGV !

Toujours un plaisir de lire tes chroniques en tout cas, et qui ont étés souvents un facteur détérminant de certains achats.
BEERGRINDER - 26 Juin 2011: Oui, Deranged fait du Deranged...



Les "nouveaux fans" de Morbid Angel jugerait sûrement que ce nouvel effort des suédois tourne en rond et s'enfonce dans les affres d'un Death stéréotypé.



Grand bien leur en fasse, tout comme Fabien j'apprécie cette brutish touch si caractéristique du combo, l'inébranlable foi de Rikard (même si le Ricard c'est pas bon pour le foie), et leur capacité à continuer de composer du bon Death Metal sans baisser le pied.



Un disque qui revient souvent dans mes écoutes.
Soulofnorth - 26 Juin 2011: Après quelques écoutes de certains morceaux, c'est effectivement du bon vieux death à l'ancienne, j'aime beaucoup.

Comme quoi, la Suède reste encore l'une des grandes nations du death aujourd'hui.
albundy57 - 28 Juin 2011: Quel bonheur de voir que DERANGED n'a pas encore pris sa carte vermeil...

Et surtout, quel bonheur d'entendre que DERANGED continue de faire du DERANGED!!

Un death lourd, gras , puissant et brutal à souhait.

J'avais trouvé leur précédent un peu brouillon et pas trop inspiré, "Cut carve rip serve" s'avère mieux foutu et cette touche d'aération sur les compos est du meilleure effet.

DERANGED nous revient avec un line-up rafraichi et un album plus nuancé mais toujours aussi dévastateur et chirurgical.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire