Dark Space III

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Darkspace
Nom de l'album Dark Space III
Type Album
Date de parution 30 Mai 2008
Style MusicalBlack Ambient
Membres possèdant cet album142

Tracklist

1.
 Dark 3.11
Ecouter11:14
2.
 Dark 3.12
Ecouter10:40
3.
 Dark 3.13
Ecouter11:48
4.
 Dark 3.14
Ecouter11:01
5.
 Dark 3.15
Ecouter03:34
6.
 Dark 3.16
Ecouter14:09
7.
 Dark 3.17
Ecouter16:58

Durée totale : 01:19:24

Acheter cet album

Darkspace



Chronique @ Karl

31 Juillet 2008
S'il est un groupe qui porte bien son nom, entre tous, c'est Darkspace. Leur musique est obscure et glaciale comme doivent l'être les profondeurs cosmiques. Enfin, j'imagine. J'avais trouvé les deux premiers opus fantastiques, et somme toute plus accessibles que ce que fait Winther en solitaire, à savoir les démos de Paysage d'Hiver. Il est vrai que quand on écoute Darkspace, on sent bien le lien de parenté entre les deux projets : même inspiration, même souffle, même voyage au travers d'étendues aussi belles que dévastées par le froid et la mort.

S'il fallait résumer "Dark Space III" en quelques mots, je dirais que cet album relève purement et simplement du génie. En 79 minutes réellement inspirées, il réalise à tous les niveaux la synthèse parfaite de "Dark Space I" et "Dark Space II". S'il est musicalement plus proche du premier, déjà par la longueur des titres, il est, dans l'esprit, tout à fait dans la continuité du second. Voilà bien longtemps que je n'avais pas pris une claque aussi violente.

On retrouve donc, dans "Dark Space III", tous les éléments si caractéristiques du trio helvète. Des guitares reconnaissables entre mille, sur-saturées, avec un son monstrueux de lourdeur et de puissance. De véritables rouleaux compresseurs. Lentes et pesantes sur les intros et les breaks, et se déchainant au fil des morceaux en créant des sortes de nappes continues en parfaite osmose avec celles que produisent les claviers. Ces derniers sont quant à eux davantage mis en relief par rapport à Dark Space I, mais on n'a pas en revanche de parties purement ambient, comme sur Dark Space II (à part peut-être Dark 3.15). Leur présence est accentuée par une production plus "propre" que sur les précédentes galettes. La rythmique et les vocaux, en retrait, sont toujours aussi inhumains. On doit monter sur la plupart des titres à quelque chose comme 180 ou 190 bpm.

L'ambiance lourde devient, au fil de l'album, véritablement oppressante. Il est difficile de privilégier un titre plutôt qu'un autre tant l'ensemble est cohérent, à la fois simple et complexe. De "Dark 3.11" à "Dark 3.17", tout est parfait, magique. Il s'en dégage une atmosphère à la fois mystique, obsédante et hystérique. L'album s'apprécie en boucle, plusieurs fois de suite, sans aucune lassitude. Il devient même au fil des écoutes de plus en plus addictif et hypnotique. L'écoute au casque, à pleine puissance et dans le noir, se révèle particulièrement jouissive. Quelque chose comme un trip totalement planant à l'intérieur d'une chape de plomb. Je me comprends.

Pour conclure, je dirais que ce que pose Darkspace, album après album (et sur celui-ci encore plus que sur les autres), c'est un jalon définitif dans l'histoire du black-dark ambient. Ce qu'on fait de mieux et de plus abouti dans le genre. Et à ceux qui me trouveraient étrangement et excessivement élogieux, je n'ai qu'une réponse à donner : écoutez-le, vous comprendrez. Du génie, vous dis-je.

A noter que sur "Dark 3.16", on retrouve une séquence de dialogue du "Prince des ténèbres" de John Carpenter :
"Suppose what your faith has said is essentially correct. Suppose there is a universal mind controlling everything, a god willing the behaviour of every subatomic particle. Well, every particle has an anti-particle, its mirror image, its negative side. Maybe this universal mind resides in the mirror image instead of in our universe as we wanted to believe. Maybe he's anti-god, bringing darkness instead of light."

Tout est dit. Un 20/20, sans hésitation.

8 Commentaires

11 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Paindepice - 04 Mars 2009: Magnifique album.
necromentor - 05 Mars 2009: Il y peut de groupes qui savent suspendre mon ame dans le néant avec une atmosphère aussi dark, aussi déroutante,à part peut etre Léviathan sur certains morceaux et encore on n'est pas réellement dans le meme registre.
Un superbe album qui mérite d'etre écouté dans une foret avec les étoiles et la pleine lune en paysage de font...
Un voyage sombre dans l'univers...
vince666 - 15 Fevrier 2010: Je préfère Paysage D'Hiver :p
Mehdi_el - 01 Janvier 2012: La chronique retranscrit bien ce qui peut être ressenti durant l'écoute, on plonge littéralement dans un univers froid et cosmique, c'est sombre mais il y a une certaine beauté qui s'échappe de la musique !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ enthwane

01 Mars 2009
Que dire qui n'a pas déjà été dit ? Pas grand chose, car les critiques parlent d'elle-mêmes. Pourtant, en tant qu'énorme fan de Darkspace, je me devais de laisser ma trace sur cet album qui n'est pas de la musique, mais un voyage astral à part entière.

Darkspace avance depuis 1999 dans l'espace. Cette espace méconnu de tous, vaste étendue opaque, sombre et froide, ou la vie y est totalement absente. L'espace est infini, tout comme la créativité du trio helvète. Le groupe avance mais ne se répète jamais. Il ne stagne pas, est en perpétuelle évolution, en mouvement continu, comme la lune gravite autour de la terre.

La véritable question est: comment, avec de vulgaires instruments distordus, Darkspace arrive-t-il à nous faire ressentir autant d'émotions, à nous plonger dans un coma profond, à nous faire dialoguer avec les étoiles ? Comment ces trois âmes, fragments de cosmos, peuvent-ils autant attirer l'attention autour de leur musique, relativement difficile d'accés ? Le talent, bien entendu, chose que peu de groupes ont actuellement.

Avec les précédents opus, Darkspace marquait les différentes étapes de sa navigation dans le cosmos. Ce Dark Space III, qui a mis trois longues années a s'enregistrer et à être diffusé (enfin) au public, ne fait que confirmer que le trio est un groupe à part, auquel il est impossible de coller un étiquette bien définie, tellement leur musique est riche. Ce disque n'est pas fait pour être écouté comme musique d'ambiance, il requiert toute notre attention. L'écouter d'une oreille distraite serait une véritable insulte à la musique du groupe.

L'album s'ouvre sur "Dark 3.11", suite logique et inexorable aux trois précédents albums. Où commence une intro atmosphérique de toute beauté. Impossible de s'y méprendre, on est bien dans l'univers spatial de ces métalleux cosmonautes. L'intro se termine brusquement sur un hurlement déchirant et un mur de guitare soudain, puissant et malsain. Les autres chansons sont du même niveau. Il m'est d'ailleurs impossible de les décrire, les mots étant trop faibles pour décrire ces véritables étapes de notre voyage spatial. Certains passages se font violents, plombés, puis tantôt atmosphériques, et les nappes de claviers inhérentes a Darkspace sont tellement belles qu'elles nous arrachent des larmes, nous font frissonner...

Mélopée cosmique incroyable, ode au néant que ce monolithe, que tout amateur de Black Metal se doit d'écouter au moins une fois dans sa vie, ne serait-ce que pour prendre conscience de l'étendue du talent de Darkspace, sans égal, sans équivalence, sans rivaux. Ce n'est pas pour rien que ce groupe reste et restera le groupe que je porte le plus dans mon âme et dans mon être, le groupe qui m'aura ouvert les portes de l'incroyable monde du Black Metal, le groupe pour lequel j'ai le plus d'admiration, pour lequel je donnerais un rein pour assister à un de leur concerts.

Ce disque est cependant dangereux. Dangereux, car vous prenez le risque de vous aventurer dans le monde de Darkspace, et de ne plus en ressortir. Comme disait Laurent Michelland : "Darkspace, c'est la construction d'un monde sans parois, d'où paradoxalement on ne s'évade pas." Darkspace, en dix-sept chansons et quatres réalisations seulement, se place directement au dessus de tous les autres groupes, de par leur créativité et leur génie. Car on n'écoute pas Dark Space III.

On le vit.

7 Commentaires

7 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

vince666 - 27 Fevrier 2010: Ha ok merci
Doomouton - 24 Octobre 2011: a vos oreilles, quel est le meilleur darkspace ?
=XGV= - 16 Septembre 2013: Belle ode au groupe que cette chronique.

Je suis en train d'écouter l'album pour découvrir un peu ce groupe dont j'ai tant entendu parler jusqu'ici et jusqu'à présent, je suis assez convaincu.
oyo_doom_occulta - 11 Décembre 2013: Doomouton : Il n'y a pas de meilleur dans Darkspace tout est absolument grandiose... L'ambiance est sublime un gros 21/20 pour moi mon groupe favori et de loin...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire