Dark Space II

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Darkspace
Nom de l'album Dark Space II
Type Album
Date de parution 19 Novembre 2005
Style MusicalBlack Ambient
Membres possèdant cet album152

Tracklist

Re-Issue in 2006 by Avantgarde Music.
1.
 Dark 2.8
Ecouter23:41
2.
 Dark 2.9
Ecouter10:23
3.
 Dark 2.10
Ecouter20:10

Durée totale : 54:14

Acheter cet album

Darkspace



Chronique @ Nattskog

27 Novembre 2005
L’album que j’attendais le plus cette année : « Dark Space II ». Enfin le voilà… depuis que je l’ai, je n’arrête pas de l’écouter, sans aucune exagération de ma part : ce disque est en permanence en platine, comme je m’y attendais, comme je l’espérais. Le génie de Darkspace a encore frappé, haut et fort, ridiculisant presque la majeure partie des sorties Black de toute l’année. Allez, sans doute est-ce l’émotion qui parle : je n’ai pas TOUT écouté de ce qui est sorti…

Les initiés n’auront pas besoin d’introduction pour connaître le style de ce groupe. Ayant déjà porté à leur oreilles (et plus si affinités) le monumental « Dark Space I », et peut être même « Dark Space –I », ils n’ont pas besoin que l’on leur présente le groupe. Pour ceux qui ne connaissent pas encore, Darkspace est un groupe Suisse qui existe déjà depuis un petit moment, officiant dans un style propre à eux dont ils sont les seuls à pouvoir prétendre porter l’étiquette : le Psychedelic Black Darkmetal : sorte de Black très sombre, très violent mais planant et franchement glaçant.
L’album, à ma grande surprise, ne contient que trois titres. N’allez pas croire qu’ils sont bâclés ou qu’il s’agit d’un "mini album" : la durée dépasse les 54 minutes, et la qualité est incroyable ! Si vous avez aimé « Dark Space I », vous serez adeptes du « II ».
Sur cet opus, l’accent est mis sur les ambiances profondes, des sons très glauques introduisent et concluent l’album (le même sample dans une veine d’Ambiant Apocalyptique). On peut comparer sans aucun problème ces sonorités au Dark Ambiant bruitiste de Trist : très sombre, très réverbéré, d’une profondeur sans pareil… d’ailleurs le second titre est entièrement ambiant, vraiment dans la veine de cette école New Risen Throne/Trist. Le résultat est impressionnant : plus qu’un disque de Psychedelic Black Darkmetal, « Dark Space II » rend le style du groupe plus éclectique, ouvrant des horizons qu’à l’heure actuelle seul Paysage d’Hiver explorait avec un réel succès.
Pour ce qui est de la musique en elle-même, la recette ne change pas : gros son de guitares, limite mur de bruit, claviers éthérés qui vous transportent à des millions d’années lumière, batterie carrée, inhumaine et chants criés tellement malsains que n’importe quel extra terrestre qui entendrait ça renoncerait sûrement à envahir notre (belle) planète.
Les titres sont très longs pour des titres de Black : 24 minutes et quelques pour le premier, 10 pour le second et 20 pour le troisième… les voir joués sur scène a été un véritable sacre car l’effort de concentration qu’ils réclament, tant de la part des artistes que du public est énorme ! Tout en formant une unité compacte, il n’y a rien de répétitif dans ces riffs complexes, dans les nappes éthérées de claviers ambiants, ou dans cette batterie tantôt frénétique, tantôt mid-tempo.
Vous me direz sans doute que d’autres groupes ont déjà utilisé ces éléments pour sortir des albums. Oui, mais Darkspace ne se contente pas de sortir un album. Ils ont le génie qui vous transporte loin, très loin dans votre inconscient, qui vous fait toucher l’infini… cette inspiration magique qui fait que quand vous écoutez ces titres, vous n’êtes plus assis dans votre canapé, mais en quête d’émotions refoulées, cachées au plus profond de vous et qui attendent le révélateur pour s’exprimer. Le simple fait de faire faire ce voyage intérieur montre la détermination du groupe à aller plus loin que seulement donner du plaisir : quelque chose donne à réfléchir dans cet amas de sons au premier abord un peu chaotique. Quelque chose qui donne envie d’en savoir plus sur le processus émotionnel humain peut être, sur la traduction de nos émotions en autre chose, voire éventuellement leur transmission… Les possibilités d’interprétation dans cette optique sont illimitées, tout dépendant de l’état d’esprit de la personne, de l’environnement… donc même si l’album restait limité à 500 copies, ce sont des milliards d’interprétations différentes qui jaillissent de ces trois morceaux.
Je m’emballe désolé… mais pour moi, chaque écoute est différente, pour chacune la notion de temps sera plus ou moins étendue, pour chacune les images seront nouvelles. C’est là que l’on peut crier au génie. Un groupe capable de transmettre autant est nécessairement investi de quelque pouvoir quasi mystique : fi de paroles, de textes et de messages à tout va, ici c’est votre propre histoire que vous écrivez en commun avec Darkspace, votre propre message qui sera retenu, et celui-ci différent à chaque écoute.

A l’instar de « Dark Space I », je me permets de recommander le « II » à toute personne qui n’a pas peur de se perdre dans les méandres de ses idées. « Dark Space II » est peut être plus court, plus dense aussi que le « I », mais il est aussi plus audacieux en ce sens qu’il me paraît beaucoup plus profond, beaucoup plus abouti et personnel que son prédécesseur (qui était déjà fantastique !)
Que cela vous fasse méditer sur ce qu’on doit attendre du « III »… j’ai eu la chance d’en avoir un aperçu. Laissez moi vous dire que Darkspace est un groupe en constante évolution. Tout comme l’espace se dilate inexorablement, Darkspace augmente de façon continue sa capacité à générer des émotions extrêmes au fil de ses créations. L’album demande plusieurs écoutes attentives pour être à peu près maîtrisé, mais sachez dès lors qu’on ne contrôle jamais tout : ils sont les maîtres du jeu.

4 Commentaires

7 J'aime

Partager
Scabiei - 18 Mai 2008: Alors alors, impressions très mitigées pour ma part sur cet album ... Les compos sont excellentes mais desservies par un son des plus atroces ... Et qu'on ne vienne pas me dire que mon oreille n'est pas habituée à ce genre de sonorités black. Je suis musicien, j'ai écouté cet album aux écouteurs baladeurs, chaîne hi-fi et même casque de monitoring. Même à ce dernier on sent bien trop de gain sur les guitares, comme si c'était rajouté en post prod. Bref un très bon album avec un vrai mix de sourd, réellement dommage.
Krypt - 25 Mai 2008: Je trouve justement que ce son "torturé" contribue à donner à cet album une noirceur sans pareille.
Il n'y a que trois titres mais je n'ai jamais eu l'impression d'écouter deux fois la même chanson.
Ces deux albums sont de purs chef-d'œuvres et j'attends avec la plus grande impatience la sortie de Dark Space III. Par la même occasion je profite d'annoncer que le vendredi 30 mai (date de sortie de Dark Space III)le groupe fait un concert à Berne. (J'y serai)
Krypt - 31 Mai 2008: Hier soir il y avait le concert de Darkspace à Berne pour la sortie de Dark Space III (sept titres, pure merveille) et je ne m'étendrais pas sur le sujet mais ce fût incontestablement le meilleur concert auquel j'ai assisté, ce concert relevait de l'expérience mystique.
Frankie_Snow - 17 Juin 2009: seulement 500 copies ?!

Propablement impossible d'avoir un original aujourd'huis, mais non de dieu qu'est-ce que c'est bon !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire