Dark Space I

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Darkspace
Nom de l'album Dark Space I
Type Album
Date de parution 13 Octobre 2003
Style MusicalBlack Ambient
Membres possèdant cet album156

Tracklist

Re-Issue in 2006 by Avantgarde Music.
1.
 Dark 1.1
Ecouter07:51
2.
 Dark 1.2
Ecouter11:47
3.
 Dark 1.3
Ecouter11:40
4.
 Dark 1.4
Ecouter10:07
5.
 Dark 1.5
Ecouter13:33
6.
 Dark 1.6
Ecouter10:21
7.
 Dark 1.7
Ecouter12:19

Durée totale : 01:17:38

Acheter cet album

Darkspace



Chronique @ Nattskog

24 Octobre 2004
Darkspace est un groupe suisse formé en 1999, et qui, en guise de première apparition, nous sort une pure bombe de black metal ambiant psychédélique du tonnerre ! On peut dire qu’ils commencent bien leur carrière… un disque comme ça, ça marque son auditeur ! A la fois obscur comme le fond du ciel et violent comme mille panzers fonçant en même temps, l’alliage est impressionnant. Peut être un peu bordélique parfois, mais une bonne écoute chasse toute impression désordonnée : c’est carré, c’est brut, c’est malsain.

Au premier abord, la pochette ne paie pas de mine, quoique la simplicité du concept a de quoi laisser perplexe : soit c’est un signe du génie de ce que ça contient, soit c’est minimaliste et nul… de plus, les noms des titres renforcent l’impression de foutage de gueule. Une écoute s’impose donc pour capter la grandeur de Darkspace. Là on peut dire que ça ramasse bien.
Une intro ambiant bien sombre, et ensuite… un black sans concession, brutal, compact, sombre et malsain,… du Paysage d’Hiver en plus violent.
Voilà. Un bon résumé c’est ça : la froideur de Paysage d’Hiver, la violence quasi-indus de Mysticum, et une bonne dose de génie personnel.
Il est bon de dire dès le commencement que le rendu est assez prenant, voire aliénant pour les amateurs de bon black… Une fois le côté "brouillon" passé, le son un oppressant vous envahit pour un voyage dans l’espace de Darkspace, un espace sombre, mystique et complètement hallucinant de violence.
Les voix truquées, les sons ambiants qui viennent conclure les morceaux, les beats techno, les riffs glaçants, les grosses guitares death qui sont données d’entendre parfois aussi, les voix black (presque cachées par le reste de la musique)… tout est là pour faire dire que ces gens là viennent d’une autre galaxie…
Après avoir écouté, on peut dire que la pochette, et le digipack en général prennent une dimension beaucoup plus… profonde, voire mystique.

Ce disque, je l’adule, je le vénère. Enfin une galette qui se démarque des autres ! Mon album de l’année 2003 est là, en ce modeste CD de 76 minutes de boucherie intersidérale. Les suisses, j’en connais peu, mais là ça fait deux claques que je me prends venant de ce petit pays froid et montagneux… et au niveau des ambiances, ces deux là ont tout pulvérisé ce en quoi je croyais (Burzum, Xasthur, etc). C’est pas un 20/20 que mérite cet album, mais carrément 30 ! Jamais black n’a mêlé aussi bien folie et rigueur quasi scientifique… si le style peut s’apparenter à du black indus pour sa violence, la profondeur apportée par les claviers le place du côté du black ambiant, voire, un nouveau genre (ou très peu exploité) : le black psychédélique.
Pour tous les cinglés de la planète, ce disque est une révélation. A tester de toute urgence !

5 Commentaires

8 J'aime

Partager

dying - 01 Mars 2009: bien que je ne posséde pas cette merveille je l'ai écouté peut-être avec des morceaux en moins c'est vrai je le trouve particulièrement réussi comme la chronique d'ailleurs
vedder - 23 Septembre 2011: Impossible à décrire, cet album est une merveille pure qui ravale 75% de la scène ambiante. En plus avec un concept pareil il fallait oser, et c'est réussi. Ce disque ne présente aucun défaut, je lui attribue moi aussi 20/20.
Darkspace à changé ma vie...
jocemcmxcix - 18 Juin 2012: Grosse découverte en live au Hellfest, un vrai trip Black ! Et le CD ramené a commencé à me contaminer...
AdamSalamander - 19 Novembre 2012: Plus je l'écoute,plus j'adhère totalement à cet album et à ce groupe. Musicalement, le pari était osé, mais réussi à 100%, longue vie à Darkspace !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Alakihel

29 Novembre 2007
Bon ça fait trois fois que je recommence cette chronique et j'ai toujours autant de mal à trouver les mots justes et exacts pour qualifier ce que je ressent au travers d'une simple écoute de cette clé pour entrer dans un univers totalement parallèle, dénué de sens, ou tout se confond et se mélange.
DarkSpace est un groupe venu tout droit de Suisse à l'image de nos amis de HellHammer/Celtic Frost et Paysage D'Hiver [dont il paraîtrai que Winterr jouerai aussi dans DarkSpace]. Et bien il faut croire que la suisse n'est pas encore prête à nous pondre un groupe de mer**, ou peut être ne les ai-je simplement pas encore découverts.

Bref je ne vais pas parler ici de l'étendue de la scène Suisse mais bien du premier album de DarkSpace.
DarkSpace donc, un nom bien simple qui toutefois manifeste un certain côté étrange, ça peut sonner cliché genre: "ouai dépression, Satan m'habite,..." ou d'autres conneries dans ce genre mais pas du tout, derrière ce nom se cache une musique froide, semi-ambiante et semi-Black Métal, des riffs parfois agressifs mais tantôt mélodieux, vous savez le genre de riffs qui vous restent dans la tête à la première écoute et qui font qu'on devient de suite drogué à un groupe, des riffs qui je pensent n'ont pas été trouvés avant, et qui ont le mérite d'avoir été innovés par ce groupe.
Concernant la pochette, et bien elle est très simple, le logo du groupe avec une sorte d'image représentant je pense des planètes qui se suivent bizarrement comme si elles formaient un chemin.
Concernant les noms des chansons, quelque chose de bête comme chou...Darkspace 1.1, DarkSpace 1.2 etc etc jusqu'a DarkSpace 1.7. Comme quoi, pour certains groupes il n'y a que la musique qui compte. Et je pense qu'ils ont raison, après tout dépend du groupe, mais DarkSpace est un groupe qui se veut Black Ambiant, et ce qu'ils font colle tout à fait au style, ils touchent les gens avec leurs musique, pour e qui est des paroles je n'ai pas les chance de les avoir lues ne les ayant pas trouvées. Peut être modifierai-je ma chronique une fois trouvées.

Un album magique qui vous fera faire un voyage dans l'espace, mais attention...Ne vous perdez pas en route.

Alakihel.

6 Commentaires

4 J'aime

Partager

Corwin - 05 Décembre 2007: Ca m'aurait étonné que tu aimes, en même temps.

Ce disque est énorme, quoique je lui préfère encore darkspace II que je trouve finalement plus fort émotionnellement. Toujours est-il que darkspace I est une très très bonne galette d'un style de black ambiant que ces suisses doivent décidément être les seuls à pratiquer. Comme le disait Nattskog faut savoir regader au delà de l'aspect brouillon.
sargeist - 06 Décembre 2007: Désolé je me dois de répondre. J'adore le Black Metal brouillon, mais brouillon ne veut pas dire plat ou inaudible! La il n'y a rien à se mettre sous la dent, en riffs, structures... en même temps c'est de l'ambiant, ca doit être le but. Berk
Apophis2036 - 14 Avril 2008: J'ai retrouvé, à son écoute, la même sensation que j'ai éprouvé en écoutant mon premier achat de Xasthur.

Autre style = avis divergents une fois de plus...
EternalTearsOfSorrow - 24 Fevrier 2010: Darkspace est un groupe étrange, vraiment très étrange, mais étrangement magnifique ! Surtout cet album. Avec les claviers, les guitares qui ont un son que l'on pourrait considérer.. Cosmique (?), des cris de haine et de torture déchirants de Zhaaral et Wroth, de temps en temps Zorgh, la bassiste, les coups interminables de caisse claire et de toms de la boîte à rythmes, le tout dans un son trouble, Darkspace nous montre un potentiel énorme. C'est un des groupes que je suivrai pendant encore un long, très long moment !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Paganwinter

14 Décembre 2009
Oui, je sais, cette page web consacrée au sacré premier album détonnant de mes compatriotes de Darkspace comporte déja deux chroniques, de deux chroniqueurs méritants par ailleurs, mais ce que je sais aussi, c'est quand tant que fan assidu de Darkspace I, comme de leurs autres albums, je ne pouvais m'empêcher de venir commenter à ma façon cette galette intergalactique hors du commun. A vrai dire je connais Darkspace, car je suis depuis bien longtemps un admirateur de Paysage d'hiver, qui bien sûr, sévit dans le même et unique genre musicale, certainement due à la participation de Wintherr sur Darkspace.

Oui, je suis Suisse, mais pourtant n'y voyez pas de chauvinisme ou un quelquonce nationnalisme dans mon entêtement à mettre Darkspace au sommet de la pyramide. Pour cause, Darkspace, là encore au même titre que Paysage d'hiver, produit la musique la plus indéfinissable qui soit. Une véritable descente aux enfers, ou plutôt, au vu du thème aborder, une véritable montée vers des cieux mystèrieux et terrifiants. Voyages aux travers des galaxies hostiles, voyage vers un inconnu inquiétant. Ce groupe me rappel immédiatement l'ambiance innitiée par le film Alien, le huitième passager et la phrase d'accorche du film, ''Dans l'espace, nul ne vous entend crier''. Le vocaliste, dans ses vociférées glaçantes et lointaines appelle t-il à l'aide ou essaie t-il de faire peur à ses propres démons? Le mur de son composé par les guitares est-il là pour nous oppresser, nous terrifié ou nous innitié au mal inconnu? Les percussions ne sont-elles pas les martèlements des âmes perdues aux confins de lointaines planète endiablée. L'enfer est t-il vraiment sous nos pieds? N'est-il pas plutôt haut dans le ciel, derrière ce ciel bleu si rassurant accompagné de son inséparable compagnon, le soleil. Derrière cela, y à t-il le vide infini, qui aspire les membres de ce groupe vers la démence?
Science-fiction malsaine, esprit extra-terrestre nauséabond, que dire de l'inspiration de mes amis Bernois? Des plages ambiantes pour soulager l'auditeur avant la déchéance, la tempête de violence innhumaine qui va suivre?
Que de questions, mais si peu de réponses. Sans doute cachée derrière telle ou telle étoile.

A vrai dire, peu importe que Darkspace nous fasse perdre, durant quelques longues minites, 77 au total, nos notions de citoyens consommateur de ce monde rassurant, l'expérience en vaut la peine. Jamais ''musique'' n'aura été si ravageuse d'âme. Oppression et décomposition de la mélodie au profit de la destruction culturelle de toutes nos références musicale. Qui peut se venter d'égaler les indomptables curiosité de mes compatriotes suisses? Drautran, Striborg ou peut-être Xasthur? Non, bien que ceux-ci soit, du moins Xasthur, excellent dans leur domaine, aucun n'arrive à détroner le roi des fous, se dédoublant en Paysage d'hiver et Darkspace. Voici donc pour moi l'une des rares fierté d'être Suisse, là ou la tempète se lève. Vous ne croyez pas possible qu'une musique vous oppresse? Alors c'est que vous lisez cette chronique par hasarde et que vous n'avez jamais mis l'oreille sur la musique du mal, la musique du malin, guêttant, caché derrière une étoile rassurante, en attandant une proie facile. 19/20

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire