Bleeding Through

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Bleeding Through
Nom de l'album Bleeding Through
Type Album
Date de parution 13 Avril 2010
Style MusicalMetalcore
Membres possèdant cet album60

Tracklist

1. A Resurrection 01:53
2. Anti-Hero 03:08
3. Your Abandonment 03:29
4. Fifteen Minutes 03:47
5. Salvation Never Found 04:48
6. Breathing in the Wrath 04:29
7. This Time Nothing is Sacred 03:16
8. Divide the Armies 04:49
9. Drag Me to the Ocean 03:50
10. Light My Eyes 02:41
11. Slow Your Roll 03:21
12. Distortion, Devotion 05:55
Total playing time 45:26

Chronique @ Arachnid

14 Avril 2010

Succéder à une tuerie n’est pas chose aisée, la preuve en est ici…

Déjà le sixième album pour les Bleeding Through, le premier chez Rise Records et le premier avec l’improbable Dave Nassie (Infectious Grooves, Suicidal Tendencies), remplaçant le guitariste Jona Weinhofen qui n’est pas resté longtemps au sein des bourrins d’Orange County au final. L’album étant produit par Chris Hess qui s’est déjà occupé de Lamb of God, Hatebreed ou encore Shadows Fall, on avait cette impression grandissante que l’album allait être beaucoup plus hardcore, plus groovy. Après le monstrueux et quasiment parfait Declaration sorti il y a déjà deux ans, tous les fans se sont donc posés une question : comment Bleeding Through vont-ils réussir à faire mieux ? Réponse deux ans plus tard : ils n’ont pas réussi…

Pas forcément mauvais en soi, bien foutu et au son impeccable (l’album est enregistré aux Planet Z Studios), il manque cependant un petit quelque chose indispensable qui devient vite un gros quelque chose : de la hargne véritable. Ne serait-ce qu’en se basant sur Declaration, l’écart est abyssal, ce nouvel opus n’arrivant tout simplement pas à égaler l’album précédent, sans saveur aucune, sans groove, sans pêche. Les titres s’enchainent mais peu font concrètement vibrer, les nappes de claviers sont là mais n’apportent aucun souffle, les riffs sont bien menés mais jamais acérés ni mémorables. Mémorable : un mot désormais en totale contradiction avec Bleeding Through (j’entends par là l’album éponyme).

Pourtant, tout laisser présager le meilleur et ce, dès l’intro du CD : entièrement composée au clavier, planante sans toutefois égaler la majesté de "Finnis Fatalis Spei", ce prélude est sympathique. S’enchaine le titre désormais connu des fans, le bien-nommé "Anti-Hero". Bourrin, glauque, puissant, écrasant, les mots manquent pour décrire une telle tuerie tout droit échappée de leur galette précédente. Le titre-phare de la galette, sans aucun doute. Les saccades glauquissimes, le clavier aérien, les breakdowns terrassant, ce solo ultra-rapide, cette atmosphère black metal. Ah si tout l’album était ainsi… S’en suit donc le titre "Your Abandoment", dans la même lignée, voire même un poil plus axé sur de bons vieux riffs hardcore entremêlés des désormais inévitable allers-retours typés black. Un morceau tout en brutalité. Bref, ça s’amoncelle toujours bien…

Arrivé au troisième ‘vrai’ titre, l’érection baisse d’un bon cran. Mention passable pour "Fifteen Minutes", le groupe proposant un titre aussi banal que possible, une structure très bof (mais qu’est-ce que c’est que cette pause interminable entre le dernier solo et le beatdown final ?), des riffs monotones et déjà vus, du Bleeding Through de base en somme. Et il en sera de même avec la quasi-totalité du reste du CD : le groove manquant, la pêche absente, on se retrouve face à un album presque bâclé, pas désagréable en soi mais largement en deçà de ce qu’on était en droit d’attendre. Succéder à une tuerie n’est pas chose aisée, la preuve en est ici…

Les quelques bons titres résident donc au début comme dit précédemment, puis avec les sympathiques "Breathing in the Wrath" et "Slow Your Roll" tous droit sortis de Declaration ou encore le sublime "Divide the Armies" où riffs black, hardcore et thrash se mélangent parfaitement et ce jusqu’au refrain en chant clair à tirer la larme de l’œil. Après, c’est le vide artistique, la monotonie, le déjà vu phagocytant l’originalité, voire l’aberration sonore avec le refrain de "Salvation Never Found", mielleux et insipide, chanté par Nick 13 de Tiger Army. D’autres morceaux sont agréables mais n’exaltent en rien, ne poussent pas à la frénésie, ils s’écoutent mais s’oublient pour la plupart très rapidement.

Cet album éponyme ressemble donc à une compilation de B-sides inutilisés pour Declaration, le genre de morceaux médiocres dont on ne veut pas, le genre de morceaux qu’on laisse aux autres, ceux qui n’aspirent qu’à composer du passable. Au final, je résumerais ce sixième album par un manque d’originalité flagrante, un manque de punch mais un tout petit côté hardcore revenu et une multitude de soli. Bref, une petite déception néanmoins prévisible et par conséquent pas si grave que ça. Bon allez, je vais me réécouter Declaration moi.

5 Commentaires

2 J'aime

Partager
kiriyama - 03 Juin 2010: moi j'ai vraiment pris une claque après avoir écouté cet album,il est tout simplement énorme et certainement l'un des meilleurs albums métalcore de ces 2 ou 3 dernières années ,des tas de groupes ont penché vers un style plutot mélodique cucul la praline mais Bleeding Through ne change pas de style,est limite plus sombre et agressif qu'avant.non franchement cet album est génial
kiki2000 - 27 Novembre 2010: La référence metalcore et du pur agressif. Loin d'être du pseudo metalcore comme plein de groupe à la con. Bleeding through sont straight age c'est fucké. Cet album est défoncé.
shadowsarepowerless95 - 18 Fevrier 2012: Un album beaucoup trop homogène! Ca reste tout de même de bonne facture, mais la déception est là!
Cris001 - 12 Mai 2018:

Habitué maintenant quand on dit sur SOM qu'un album d'un bon groupe est pas terrible, que c'est bon. Pê pas toujours, mais là, l'ennui ne m'a pas gagné...

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire