Become the Hunter

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Suicide Silence
Nom de l'album Become the Hunter
Type Album
Date de parution 14 Fevrier 2020
Labels Nuclear Blast
Style MusicalDeathcore
Membres possèdant cet album24

Tracklist

1.
 Meltdown
 02:13
2.
 Two Steps
 03:22
3.
 Feel Alive
 03:30
4.
 Love Me to Death
 04:15
5.
 In Hiding
 02:57
6.
 Death's Anxiety
 03:14
7.
 Skin Tight
 04:10
8.
 The Scythe
 04:43
9.
 Serene Obscene
 04:26
10.
 Disaster Valley
 03:55
11.
 Become the Hunter with Darius Tehrani
 03:09

Durée totale : 39:54


Chronique @ Groaw

07 Fevrier 2020

Un come-back renversant pour un album sanguinaire et malveillant

Un nom brûle les lèvres lorsque l’on parle de la scène Deathcore, un nom qui est devenu presque une insulte pour un groupe qui a fini, comme plein d’autres auparavant, de renier ses racines et de tomber dans l’ennui le plus profond et la musique la plus soporifique qui soit : Suicide Silence. Rappelez-vous d’il y a trois ans de cet album éponyme inerte, fade, sans aucune émotion, rempli de fausseté et de « Tee-Hee » en tout genre. Remémorez-vous de cette formation qui nous faisait respirer un néo puéril, sans le moindre aspect intriguant ou palpitant, où l’exaltation fut définitivement éteinte.

Difficile d’attendre dès lors un résultat convaincant lorsque l’on est tombé au plus bas de l’insuffisance et de l’indignité. Certains ont pensé aux rêves, à un retour triomphal, au revirement sous la couronne de lauriers. Malheureusement, la descente aux enfers aura définitivement enterrer un quelconque espoir d’une possible réintégration parmi les meilleurs. N’avons pourtant pas déjà entendu de croire en ses désirs les plus fous et de vivre intensément chaque instant de notre vie ? C’est ce que notre quintuor va tenter de réaliser avec leur sixième album : Become the Hunter.

Aux premiers abords, on demeure totalement dubitatif, étonnamment déboussolé mais tout de même très intrigué par ce que pourrait donner cette nouvelle galette. Toujours peu évident lorsque l’on débute par une introduction instrumentale. Meltdown démarre dans une ambiance sombre, sentant la mort et la désolation, remplie de tourments et de terreur. Arrive ensuite les percussions, les cordes, une sorte de symphonie accentuant cette atmosphère morose et suffocante, baignant dans la cruauté et la perversité.

Et là, la stupéfaction surgit : Two Steps arrive avec des grattes imposantes, suintant l’agressivité et rusticité, accompagné de la lourde voix d’Eddie qui semble plus monstrueuse que jamais et de cette batterie hâtive, écrasante et intimidante. La toile éponyme ne semble plus qu’un lointain souvenir : plus question de chant clair ici, Eddie n’hésite pas à user de ses screams suraiguës et perçants pour impressionner et nous faire trembler tout en la mêlant à un chant plus rauque, pénétrant et caverneux.

Il faut néanmoins remettre les points sur les i car les américains n’ont pas non plus totalement délaissé leur néo chéri. Tout comme The Black Crown, Suicide Silence affiche un Neo Deathcore aussi inhabituel que déconcertant. Même si le riffing peut paraître paresseux et négligé, il se trouve néanmoins plus tranchant et impactant que son prédécesseur. Forcément, il ne sera pas rare de temps à autres d’entendre une gratte plutôt similaire comme cela peut être le cas avec Feel Alive et Love Me To Death.

Pour aller encore plus loin, notre quintuor ne tergiverse absolument pas à emprunter quelques sonorités assez grossières, en témoigne Death’s Anxiety qui nous remémorera facilement le KoRn moderne de The Paradigm Shift ou encore Disaster Valley qui nous familiarisera à nouveau le bon vieux Slipknot et son éponyme. On garde au milieu de cette intimité une bonne vague old school avec ces breakdowns rappelant les touts débuts du deathcore, comme proposé sur le titre éponyme et son final ébouriffant mais aussi un peu plus de technicité avec des solos de guitare parfois éphémères, parfois solides.

Un come-back renversant pour un album sanguinaire et malveillant. Voilà comment nous pourrions résumer ce dernier opus de Suicide Silence qui revient de très loin pour proposer un album solide mais quelque peu redondant par moments. Become the Hunter reste néanmoins une pièce agréable à écouter et un beau retour aux sources pour un groupe qui semblait si perdu il y a encore trois ans. L’avenir semble rayonnant pour nos américains. Néanmoins, attention à ne pas se brûler les ailes trop vite et de retomber dans les erreurs du passé.

1 Commentaire

10 J'aime

Partager
tonny16 - 02 Avril 2020:

Merci, j'avais délaissé Suicide Silence depuis la mort regrettée de Mitch et surtout après que j'ai entendu des chants clairs ... Mais ta chronique m'a redonné envie de l'écouter :) Merci super chronique

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire