Actual Fantasy

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Ayreon
Nom de l'album Actual Fantasy
Type Album
Date de parution 23 Octobre 1996
Style MusicalMetal Progressif
Membres possèdant cet album95

Tracklist

Re-Issue in 1998 by Transmission with 2 bonustracks.
1.
 Actual Fantasy
 01:33
2.
 Abbey of Synn
 09:34
3.
 The Stranger from Within
 07:40
4.
 Computer Eyes
 07:28
5.
 Beyond the Last Horizons
 07:35
6.
 Farside of the World
 06:21
7.
 Back on the Planet Earth
 07:04
8.
 Forevermore
 07:15

Bonus
9.
 The Dawn of Man
 07:30
10.
 The Stranger from Within (Single Version)
 03:40

Durée totale : 01:05:40


Commentaire @ Exhera

01 Mars 2008
Pour ma première chronique, j'ai décidé de m'attaquer à un groupe que j'ai découvert il n'y a pas si longtemps que ça, mais qui m'a conquise dès les premières écoutes.
Pourquoi Actual Fantasy ? Peut-être parce que c'est le premier album sous le nom d'Ayreon que j'ai écouté. Ce n'est pas une mince affaire, mais allons-y !

Tout d'abord, je me baserai sur la version "Revisited", car je n'ai pu écouter la première version. La différence est que la batterie sur 'Actual Fantasy: Revisited' n'est pas faite par ordinateur.

Le thème de cet album est simple : L'imagination.
Les chansons sont indépendantes les unes des autres, tout en s'articulant autour de ce tronc commun.
Quelques unes sont basées sur des films ('Le nom de la rose' pour Abbey of Synn, 'The Navigator' pour Farside of the World, 'L'Histoire sans fin' pour Forevermore), tandis que les autres sortent droit de l'imagination fertile d'Arjen Lucassen.

'Computer Eyes' parle d'un jeune garçon qui, au bout de plusieurs heures de jeu, ne distingue plus la réalité du virtuel ; 'Beyond the Last Horizon' se passe au temps des croisades, où un chevalier se fait tuer, s'ouvre devant lui un grand tunnel de lumière dans lequel il s'empresse d'aller, pour passer de l'autre côté. Il découvre alors qu'il n'y a rien de l'autre côté, pas de paradis, pas de lumière aveuglante, simplement l'obscurité, où il disparait.

Côté musical, on sent l'empreinte indéniable de Lucassen, qui nous plonge dans un autre monde. On a bien là du prog, mêlé à des claviers synthétiques et des soli de guitare enchanteurs. Je précise synthétique car cela ne fait que souligner davantage le thème donné. Les chœurs sont simples mais font leur effet (Forevermore). L'ambiance générale de L'album est assez onirique, et on ne s'en lasse pas.

C'est un album honnête, qui traite bien l'imagination le temps de ces quelques histoires.

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire