A Perfect Absolution

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Gorod
Nom de l'album A Perfect Absolution
Type Album
Date de parution 12 Mars 2012
Produit par Elmobo
Style MusicalDeath Technique
Membres possèdant cet album149

Tracklist

1. Birds of Sulphur 05:10
2. Sailing into the Earth 04:57
3. Elements and Spirits 05:09
4. The Axe of God 03:48
5. 5000 at the Funeral 05:55
6. Carved in the Wind 06:21
7. Varangian Paradise 04:35
8. Tribute of Blood 04:03
Total playing time 39:58

Chronique @ HeadCrush

10 Mars 2012

Un conseil: si vous tuez un Roi Russe, pensez à dézinguer sa femme sinon...

Presque trois ans se sont écoulés depuis Process of a New Decline qui parachevait une trilogie sur des thèmes futuristes entamée avec Neurotripsicks, nos Bordelais s’étant avec ces trois albums forgés une identité musicale très forte, leur Death technique évoluant au gré de compositions percutantes et d’un son qui va de mon point de vue, atteindre son apogée avec Process.

Nous sommes donc en 2009 et le groupe alors sollicité pour des premières parties prestigieuses qui vont les emmener jusqu’en 2010 année où ils sortiront Transcendence, un EP où ils revisitent certains de leur titres, incluant une reprise de Cynic puis, les départs successifs d’un des guitaristes, Arnaud et du chanteur, Guillaume vont ralentir la dynamique entamée.

A Perfect Absolution marque le retour de Gorod et bien sûr, lorsque deux membres aussi importants partent, il est légitime de se demander quelle répercussion cela va avoir sur le groupe, la réponse est un album marquant une évolution forte, des compositions différentes et une production impitoyable. Gorod franchit un cap avec cet album et si certains de leurs choix déconcerteront quelques fans ils vont surtout en rameuter d’autres.

Nous sommes au 9ème siècle, le Roi Russe Igor se fait assassiner par des villageois alors qu’il faisait une tournée visant à récolter un nouvel impôt. Sa femme Olga va alors imaginer une vengeance impitoyable.
Huit titres pour nous emmener au tréfonds de cette vengeance, la lecture des textes est fortement recommandée pour s’imprégner de la force de cet album.

Bien que restant dans la mouvance Death technique, le groupe enrichit des compositions de gros niveau d’arrangements sonores tels que les cordes et percussions entamant Birds of sulphur avant que la phrase « Redemption always comes from the sky » suivi de guitares et de la batterie poussées par la voix de Julien, le nouveau chanteur mettent tout le mode d’accord.

Les arrangements sont une part importante dans ce disque, il faudra plusieurs écoutes pour en prendre complètement possession, un travail énorme au niveau du chant et des chœurs a été effectué, les Fans de la première heure devraient s’y retrouver même si cet album sonne moins... compact qu’un Process et ce malgré des titres comme Sailing into the Earth porté par guitares flamboyantes ou encore A tribute of Blood à tomber.

Certains seront déstabilisés par les éléments presque Jazz / Math Metal inclus dans un titre comme Elements and spirits ou bien encore l’intro purement Grind de The axe of God même si passée cette intro, on a là un des titres les plus brutaux de cet album. Gorod a voulu élargir ses compositions, élargir sans doute ce qui peut être entendu par Death Technique le pont purement mélodique de ce titre restitue bien cet état d’esprit.

Le groupe s’est largement exprimé dans une interview accordée à SoM sur ces ouvertures voulues et surtout, sur les raisons qui les ont poussé à le faire.

Le résultat au final atteint des sommets, l’intro là encore de 5000 at the funeral, ce vent que l’on entend, ces notes de piano peu à peu balayées par une batterie qui enfle, enfle jusqu’à être supplantée par des guitares d’une puissance hallucinante, et que dire du chant ? Putain ce titre est une tuerie.

Une écoute avec les potards à 12 ou avec un casque explosera tout ce qui se trouve entre vos deux oreilles, Carved in the wind possède cette puissance et puis s’il restait encore un peu de matière grise et qu’à l’écoute des notes d’intro jouées à la pédale Wha-wha sur Varangian Paradise elle pensait survivre cette matière grise, dès la 26ème seconde de ce titre s’en sera fini de ses espoirs.

A Perfect Absolution est un album fort, exigeant car voulu et pensé comme tel par le groupe, dans la mesure où il raconte une histoire il faudra en plus, suivre les titres dans l’ordre mais dites vous bien qu’avec cet album, on tient un truc rare, la production et le mix assurés par Elmobo confèrent une puissance un son sur ce disque rarement entendue car là où la plupart des groupes « Brutaux » compressent leur son à mort, les choix faits ici sont tout autres, des guitares en son clair, une saturation maitrisée, de la Wha-wha...

Même si tous ne s’y retrouveront pas, cet album n’est pas une cassure dans la discographie du groupe ni même un changement radical c’est juste, une évolution, et quelle évolution...

32 Commentaires

22 J'aime

Partager

severedship - 25 Avril 2012: Il défonce cet album, il y a beaucoup de techniques avec la guitare!!! Le chant est très bien aussi, il entraîne vachement (c'est énorme)! Très bon album et bonne chronique.
Metalder - 07 Janvier 2013: ffffuuucckkinnng ! gorod!
ShubNiggurath - 07 Janvier 2013: C'est tout simplement l'album que j'ai écouté le + en 2012!... et il est pas prêt de déserter ma platine!
Des musiciens vraiment exceptionnels, un réel talent de composition et d'exécution.
Encore!!!
Eligos - 23 Novembre 2014: Tuerie pour ma part, je ne m'en lasse pas. Il y a tout dedans : brutalité, groove, mélodies et solos de folie ! Bonne chronique au passage si ce n'est que l'histoire se déroule au 10ème siècle (et non pas au 9ème) ;)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire