A Maze of Recycled Creeds

Liste des groupes Death Technique Gorod A Maze of Recycled Creeds
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Gorod
Nom de l'album A Maze of Recycled Creeds
Type Album
Date de parution 16 Octobre 2015
Style MusicalDeath Technique
Membres possèdant cet album89

Tracklist

1.
 Air de l'Ordre
 00:58
2.
 Temple to the Art-God
 04:19
3.
 Celestial Nature
 04:26
4.
 Inner Alchemy
 06:13
5.
 The Mystic Triad of Artistry
 05:08
6.
 An Order to Reclaim
 04:31
7.
 From Passion to Holiness
 05:46
8.
 Dig into Yourself
 03:20
9.
 Rejoice Your Soul
 04:50
10.
 Syncretic Delirium
 05:07
11.
 An Order to Reclaim
 04:15

Durée totale : 48:53


Chronique @ growler

19 Octobre 2015

« A Maze Of Recycled Creeds » sera certainement l’album de la consécration pour Gorod, tant ce dernier frôle la perfecti

Plus réputée pour être une terre de vignobles d’excellence qu’un berceau métallique, la région Aquitaine a pourtant enfanté le plus gros monstre du metal hexagonal avec Gojira et, d’autres rejetons très turbulents mais aussi très doués comme Demented et...Gorod. Ce dernier, pouvant se targuer de posséder une discographie ne souffrant d’aucune faiblesse, trouvait son apogée avec « A Perfect Absolution » (2012), le prédécesseur du dernier full-length en date des Bordelais, nommé « A Maze of Recycled Creeds ». Comme certaines traditions ont la vie dure, Gorod se présente avec un nouveau line-up, exit donc Samuel Santiago qui quitta la formation peu après la publication de « A Perfect Absolution » et après avoir marqué de son empreinte la personnalité musicale du groupe, grâce à son jeu unique, ce qui rendra la tâche encore plus ardue à son successeur, Karol Diers. L’autre changement majeur, visuel celui-ci, concerne le logo qui se trouve plus épuré. En général, cela n’augure rien de bon car, trop souvent, cette modification signifie une nouvelle orientation musicale, et les exemples de mauvais goût sont légion en la matière.

« L’Air De L’Ordre », petit instrumental introductif, est en charge d’ouvrir « A Maze of Recycled Creeds ». Ce titre, uniquement basé sur du piano, se trouve être en complet décalage du reste de l’album. Nous avons l’impression d’être plongés au milieu d’un restaurant guindé BCBG où un pianiste, que personne n’écoute, est en charge de créer une ambiance douce et apaisante. Mais le calme va être perturbé par une violente déflagration sonore.

Et quelle déflagration ! Après cet instant zen, Gorod nous saute au faciès sans crier gare, nous attrapant à la gorge pour ne plus jamais la lâcher. « Temple To The Art-God » prouve que les Bordelais n’ont en rien renié leur brutalité et que leur savoir-faire est toujours intact. La vitesse d’exécution est juste hallucinante, le riffing impressionnant et le rendu toujours très extrême.

Mais après plusieurs écoutes intégrales de cet dernière œuvre, force est de reconnaître que le propos de Gorod a quelque peu changé. Une sorte d’évolution dans la continuité, car le mélange des styles, apanage de la formation, est toujours de mise. Rares sont les groupes à réussir cette mixité des genres avec autant d’aisance. Les racines de Gorod sont bien ancrées dans le death-metal et la fulgurance des accélérations en témoigne. « Temple To The Art-God », « Celestial Nature », « Dig To Yourself », « The Mystic Triad Of Artistry » ou « Inner Alchemy » et « Syncretic Delirium » laisseront assurément quelques gencives amputées de leurs dents, tant les coups lâchés par les Aquitains font mal.

L’évolution réside principalement au niveau des mélodies et du côté progressif de l’ensemble, poussé ici à son paroxysme. Même si Gorod reste extrême, la musique développée ici est émaillée de nombreuses mélodies accrocheuses, bien plus mises en avant qu’auparavant, comme sur « Celestial Nature », « Inner Alchemy » ou « An Order To Reclaim » et « From Passion To Holiness », pour ne citer que ces titres. Ces harmonies servent souvent de ligne directrice, guidant l’auditeur au travers des méandres et des enchevêtrements des plans assénés par les musiciens. La facette progressive est également mise en exergue sur ce dernier méfait. Ecoutez donc « An Order To Reclaim », « Syncretic Delirium » ou « Inner Alchemy » pour en être convaincus, ces « expérimentations » ont le mérite d’aérer le propos de Gorod et de rendre sa masse musicale moins compacte.

Malgré cela, la formation conserve néanmoins son identité propre et son style unique. Les influences jazzy (« Inner Alchemy », « Syncretic Dlirium ») ou funky (« From Passion To Holiness ») sont toujours présentes et très bien intégrées à l’ensemble. Avec « A Maze of Recycled Creeds », Gorod semble en proie à une liberté de composition totale, repoussant sans cesse ses limites. Le quintette se permet même d’intégrer des gimmicks de « Amicalement Vôtre » sur « From Passion To Holiness » et de reprendre le thème principal de « I Put Spell On You » de Jay Hawkins sur « Rejoice Your Soul » (je vous mets au défi de reconnaître celle-ci), amenant au rendu global de ce morceau un côté 70’s (certes léger) non négligeable et vraiment plaisant.

Outre le travail titanesque apporté à l’instrumentation, les paroles abordées sur « A Maze of Recycled Creeds » sont, elles aussi, très recherchées. La thématique tourne autour de la secte de l’Ordre Des Rose-Croix, fondée par Joséphin Peladan à la fin du dix-neuvième siècle. Et, comme Gorod ne fait pas les choses à moitié, « L’Air De L’ordre », morceau introductif, est l’œuvre d’Erik Satie (Gymnopédies et Gnosiennes), compositeur pour piano, qui fut un temps disciple de l’Ordre des Rose-Croix. Ce titre est proposé dans sa forme originelle sur l’album. De plus, la composition « Syncretic Delirium » est basée sur le dialogue entre Satie et Peladan, lorsque qu’Erik Satie décida de quitter la secte, comprenant la manipulation dont il avait fait l’objet.

Tous les membres du combo sont au diapason. La paire Alberny-Mathieu enchaîne les multiples plans avec une dextérité déconcertante sans jamais tomber dans la démonstration stérile, la section rythmique pilonne sans aucune faiblesse, Karol Diers ne souffre aucunement de la comparaison de son prédécesseur et s’en sort plus qu’avec les honneurs, aidé en cela par la basse vrombissante de Barby. La palme revient cependant à Julien « Nutz » Deyres qui utilise toute la palette que son organe vocal lui propose, allant de growls caverneux, en passant par du chant hurlé ou clair, des « spoken words », jusqu’à un « gruik » porcin éructé sur « Rejoice Your Soul », annihilant toute forme de linéarité ou de lassitude.

Sans vouloir jouer les rabat-joie et, même si « A Maze of Recycled Creeds » est une réussite à tous les niveaux, l’évolution mélodique et progressive fait naître en votre serviteur quelques craintes car les divers ingrédients sont savamment dosés sur cette galette. Mais qu’en sera-t-il si le groupe décide d’appuyer encore plus en ce sens à l’avenir ? La face extrême de leurs compositions sera-t-elle préservée ? Rien n'est moins sûr...

« A Maze of Recycled Creeds » sera certainement l’album de la consécration pour Gorod, tant ce dernier frôle la perfection. Le groupe a su conserver dans sa complexité une certaine accessibilité en y incorporant plus de mélodies et d’éléments progressifs, aérant son death-metal raffiné, ce qui lui permettra d’attirer de nouveaux aficionados dans son escarcelle. Cependant, cet évolution l’éloigne inexorablement du death primaire de ses débuts et fait naître quelques inquiétudes quant à la future orientation musicale des Bordelais. Wait and see.

16 Commentaires

14 J'aime

Partager

Daheraetik - 06 Novembre 2015: Je ne faisais que confirmer ton impression. Les deux groupes semblent avoir des sonorités/mélodies qui se ressemblent. C'est pour ça que je ne me suis pas intéressé à The Faceless, trop similaire (enfin c'est l'impression que j'ai eu...).
David_Bordg - 06 Novembre 2015: Ah ok tu devrais je pense les deux groupes restent quand meme différents avec une tres grande théâtralité de the faceless, tu connais bien mieux gorod que moi, et enversement pour the faceless, force est de reconnaitre le talent énorme de ce groupe qui plus est Français!! J ai ecoute l avant dernier superbe et celui d' avant encore carrément énorme, je me familiarise avec le groupe Bordelais qui plus est dispose d' un grand talent, au niveau des plus grands internationnaux et notamment les ricains!!
Pipotron3000 - 17 Décembre 2015: Rarement entendu un tel concentré d'énergie, de technique, d'idées, de changements...et la prod est au top. C'est clair, tranchant. Ce qu'il faut pour une musique aussi complexe.
Sur "Temple to the Art-God", en 4 minutes, tu as l'impression d'entendre 3 chansons en 1 :D
Je suis un chieur, un vieux de la vieille à qui "on ne la fait pas". Et bien là, ils m'ont mis sur le c*l ;)
Bravo les artistes !
Et merci pour la kro ;)
 
napalm25 - 28 Avril 2016: Un peu comme Eligos, je préfère nettement a perfect absolution
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire