Zyklus

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Lunar Aurora
Nom de l'album Zyklus
Type Album
Date de parution Novembre 2004
Style MusicalBlack Atmosphérique
Membres possèdant cet album53

Tracklist

Re-Issue in 2007 by Mercenary Musik.
1.
 Der Morgen
 13:14
2.
 Der Tag
 07:10
3.
 Der Abend
 10:05
4.
 Die Nacht
 16:09

Durée totale : 46:38


Chronique @ Nattskog

30 Janvier 2005
Comme l’a si bien dit Kuro dans sa chronique, cet album est glacial du début à la fin. Bien que moins "étrange" que son prédécesseur « Elixir of Sorrow », « Zyklus » n’en est pas moins sombre et délibérément baroque.

Plus que symphonique, cet album joue sur le même terrain qu’avait ouvert « Elixir of Sorrow » en rompant avec les précédents albums du groupe : le black atmosphérique. C’est à dire qu’on a pas des nappes de claviers comme on en entend sur les albums de Dimmu Borgir ou le premier Tidfall, mais plutôt des claviers diffus très éthérés, mais mille fois plus glaçants ! Les ambiances glauques, désespérées et abyssales sont surtout portées par les guitares au son volontairement "raw", qui sont soutenues en arrière garde par les claviers flûtés, effilés et placés de façon à ce que l’effet soit semblable à celui d’une froide lame de rasoir.
Les vocaux principaux ne changent pas par rapport à « Elixir… » mais à ceux-ci s’est ajoutée une voix très grave qui, sur un ton quasi-narratif, fait des apparitions au long de l’album. Là encore l’effet principal est une hausse palpable de la froideur du contenu de l’album…

Les quatre titres sont une suite logique : il est impensable d’écouter seulement l’un d’eux sans passer les autres. Des titres d’une durée minimum de sept minutes dix, « Zyklus » ("cycle") est en réalité un jour décomposé en quatre parties : le premier titre, « Der Morgen » (le matin), l’un des plus sombres que j’ai jamais entendus, ensuite vient « Der Tag » (le jour) avec une intro charmante fait de bruits de mouches grouillantes, le titre le plus court d’ailleurs ce qui peut faire penser que ce jour est un jour d’hiver ; ensuite, logiquement, « Der Abend » (le soir), assez énergique, comme une sorte de réveil par rapport au second assez mid-tempo, tout ça pour finir comme tout le Monde s’y attend, par « Die Nacht » (la nuit), le plus long (plus de 16 minutes), et le plus malsain, coupé en son milieu par un passage atmosphérique avec une guitare sèche très proche de certains titres de Paysage d’Hiver.

Avec cet album, Lunar Aurora fait preuve une fois de plus d’un immense talent et d’une maîtrise absolue de son art. Même la pochette et le layout sont insolites. Certes l’utilisation de gravures ou peintures médiévales tend à s’élargir, mais tout dépend de l’emploi qui en est fait. Là on frise le mystique !
En deux mots, cet album est génialissime, vraiment grandiose, peut être un peu plus compliqué que le précédent, mais une fois qu’on est entré dans le cycle, on ne peut plus en ressortir…

2 Commentaires

8 J'aime

Partager
Apophis2036 - 03 Octobre 2008: Je n'en suis pas encore sorti… de cet obscur labyrinthe sonore… délicieux.
arxfatal - 22 Juin 2009: Bonne chro, tout a fait d'accord avec toi, cet album est une bombe! Le son est cependant peu clair au niveaux des guitares, mais bon ça passe quand même bien ;)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Kuroikarasu

13 Décembre 2004
La première fois que j’ai entendu parler de ce groupe, c’était en lisant la chronique de l’album « Elixir of Sorrow » sur ce même site !! Devant autant d’enthousiasme, je me suis dit qu’il était temps que je récupère un de ces albums. Et bien, ça n’a pas été facile parce que ce groupe n’a apparemment pas la distribution qu’il mérite. Dans tous les cas, ma persévérance a été hautement récompensée parce que ce groupe est vraiment excellent, bien que terriblement méconnu. On est présence d’un black sympho de très haut vol, inspiré et atmosphérique comme un bon vieil Emperor de derrière les fagots. L’ambiance qui se dégage de ce cd est glaciale et noire, d’une noirceur rarement atteinte pour du black sympho, d’habitude « adoucie » par les claviers. Les guitares sont raws et précises, la batterie blaste et quelques notes de claviers complètent le tout dans une froideur fabuleuse. Des passages acoustiques rehaussent le côté atmo et inquiétant, suppléés par une voix qui va du cri au grognement. Vraiment envoûtant tout ça !!
Il n’y a pas grand-chose à ajouter : je le conseille chaudement à tout amateur de black sympho bien foutu et je m’en vais essayer de ce pas de récupérer la discographie complète de ce superbe groupe, en espérant que tous les albums soient de ce niveau qualitatif, ce dont je ne doute guère.
Seulement quatre morceaux mais quels morceaux : tous grandioses !!!!!



0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire