Mond

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Lunar Aurora
Nom de l'album Mond
Type Album
Date de parution 30 Septembre 2005
Enregistré à Helion Studios
Style MusicalBlack Atmosphérique
Membres possèdant cet album54

Tracklist

1.
 Groll
 00:58
2.
 Aufgewacht
 07:04
3.
 Rastlos
 06:15
4.
 Schwarze Winde
 09:08
5.
 Heimkehr
 08:18
6.
 Welk
 04:49
7.
 Grimm
 10:10

Durée totale : 46:42


Chronique @ Nattskog

30 Septembre 2005
A peine ai-je su que Lunar Aurora sortait un nouvel album que je passais commande de celui-ci. L’opus s’appelle « Mond », ce qui signifie « Lune » en Allemand. Remarquez que j’aurais largement pu me passer de traducteur automatique pour m’en rendre compte : le livret, la pochette et le CD lui-même sont parsemés de photos de Lune (j’attire d’ailleurs votre attention sur la pochette : elle est à la limite du terrifiant ! Ce visage cadavérique se détachant dans l’image de la Lune a un effet garanti. Quant au CD, eh bien, ça tombe bien qu’il soit rond : la photo colle parfaitement : c’est un véritable astre que l’on met en platine !)


Ma courte attente entre la commande et la réception fut largement récompensée par « Mond ». Lunar Aurora est un groupe méconnu par rapport à son talent, et chacun de ses albums est différent des précédents. C’est toujours le cas avec celui-ci : les sept longs titres qui le composent n’ont pas grand-chose en commun avec ce que l’on pouvait entendre sur « Zyklus », « Elixir of Sorrow » ou même au-delà dans le passé.
La violence de la musique surprend presque ! Là où je m’attendais à une sorte de Black/Ambiant comme sur leur précédent album ou sur le morceau du split avec Paysage d’Hiver, je me retrouve avec un Black qui tape, toujours très malsain (ça ne change pas) et comportant des passages Darkthroniens (!!), lents, avec une double pédale bien marquée.
Les guitares sont bien mises en avant et la batterie revalorisée par une production impeccable. Des nappes de claviers font parfois leur apparition, soutenant un passage important dans le morceau. Plus symphoniques qu’ambiant, ces claviers ont pourtant un effet tellement éthéré que l’on pourrait s’y tromper à première écoute. En cela, leur utilisation mise de côté, ces claviers se rapprochent plus des tout premiers albums comme « Weltengänger » ou « Seelenfeuer ». On a même parfois du piano (du meilleur effet) sur certains morceaux.
L’ambiance de « Mond » est assez particulière : mélangeant une certaine violence avec des compositions sombres comme ils savent si bien en faire, il en ressort une dualité : ce qu’on entend facilement qui masse les tympans (la guitare, la batterie et le chant) et ce qu’on "ressent" derrière (les claviers, la flûte traversière ou la basse).

Lunar Aurora signe encore un petit chef d’œuvre, le septième de leur carrière. Album différent des précédents, mais qui ne renie pas ses racines non plus, « Mond » est un must pour les amateurs du groupe cela va sans dire, mais aussi pour tout Blackeux qui se respecte !

0 Commentaire

7 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire