Xeno Kaos

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Otargos
Nom de l'album Xeno Kaos
Type Album
Date de parution 13 Novembre 2015
Style MusicalDark Black
Membres possèdant cet album32

Tracklist

1. Dominatrix 04:21
2. The Ruinous Powers 04:06
3. Chariots ov the Godz 04:09
4. Dark Mechanicus 06:29
5. Phase Shifters 04:01
6. Xeno Kaos 03:12
7. Realm of the Dead 04:33
8. Human Terminate 02:46
Bonustrack (Limited Edition)
9. Infernal Legions Strike A.E. 13:04
Total playing time 46:41

Chronique @ Icare

22 Novembre 2015

Une musique glauque, noire, mécanique, poisseuse, lourde, violente, oppressante, moderne, hypnotique et terrifiante

Otargos est un groupe assez atypique sur la scène black française. Depuis ses débuts, le quatuor a rarement laissé indifférent, évoluant dans un black très froid, tranchant et cosmique comportant autant d’admirateurs que de détracteurs; après un No God No Satan assez mitigé, le groupe surprend son monde en 2013, tournant le dos au petit macrocosme black trop étriqué pour ses ambitions musicales, et sort un album de dark metal moderne et fracassant très réussi, Apex Terror. Il était désormais temps pour les Bordelais de confirmer ce changement de style, et c’est donc à point nommé qu’Otargos nous revient avec son sixième album, Xeno Chaos, fort d’un line-up remanié et d’un nouveau deal avec Kaotoxin.


Et le tout démarre sur les chapeaux de roue : Dominatrix, dont le début fait pas mal penser à du Septic Flesh, lourd, majestueux et menaçant à la fois, avec une entame assez grandiloquente et presque symphonique, nous pulvérise d’entrée, explosant inévitablement en un blast beast qui nous écrase par la puissance et la vitesse de sa frappe; la batterie cogne sans discontinuer, ce mur de cordes, accordé très grave, effroyable de pesanteur, et par-dessus tout, cette voix infernale, rauque, puissante et hargneuse qui préside à cette cérémonie sombre et dérangeante, nous font d’entrée faire ce constat sans appel : Otargos est un monstre, un de ces géants à la puissance phénoménale qui semble émerger d’un repos millénaire pour libérer ici toute l’énergie destructrice qui sommeillait en lui depuis ses débuts.
En effet, le groupe achève ici brillamment la mue amorcée sur Apex Terror, évoluant désormais dans un dark metal apocalyptique lorgnant largement du côté d’un death aux riffs simples, saccadés et hypnotiques qui vous perd dans les boucles noires et glaciales de son univers de désolation.
Le titre se termine sur ce riff hypnotique et traînant vibrant de désespoir, qui s’accroche salement dans un coin de votre esprit perverti, les blasts faisant place à une double pédale infatigable et les grognements de Dagoth se cristallisant en une agression black criarde qui mue l’attaque frontale en un harcèlement plus pernicieux mais toujours aussi intense.

The Ruinous Power vient aussitôt confirmer douloureusement que, même dans ce metal mid tempo rampant et sournois, Otargos excelle, balançant des riffs toujours aussi poisseux que lourds semblant émaner d’un bâtard abject entre black déshumanisé et indus nihiliste et contaminé, nous condamnant à balancer furieusement la tête de bas en haut comme des zombies décérébrés jusqu’à ce qu’elle se détache de la poulie rouillée de notre cou.
Chariots ov the Godz, titre incroyable à l’intensité phénoménale, servi par un blast impitoyable, un riff black entêtant qui déchire les tympans, le cœur et l’âme ainsi que des vocaux black hurlés et effrayants, enchaîne sur Dark Mechanicus, plus longue plage de l’album avec ses 6,48 minutes à la gravité oppressante et sélénite, vous enfonçant six pieds sous terre à coups de riffs extrêmement pesants et mécaniques et d’une batterie à l’écho jupitérien; a fin du morceau est tout bonnement magnifique, transcendée par cette boucle électronique algide et désespérée, rappelant le meilleur d’Hypocrisy. Le morceau s’achève sur un bourdonnement diffus et la voix de plus en plus déchirée d’un Dagoth qui hurle sa détresse, et l’enchaînement des deux morceaux, l’un extrêmement rapide et direct, l’autre lent, grondant, sourd et menaçant, est parfaitement représentatif du nouveau visage d’Otargos, sorte d’être hybride aux deux faces aussi repoussantes qu’attirantes.

Car effectivement, Otargos ne relâche jamais la pression, parvenant à rester toujours aussi intense tant dans les mid tempos que dans les parties de blasts tonitruantes qui dévastent tout sur leur passage, rappelant le meilleur de Behemoth. Certaines parties de guitares semblent le fruit pourri d’un Ministry ou d’un Fear Factory déglingué et dépressif qui se mettrait au dark metal, quant aux mélodies insidieuses, myriades de notes de guitares hurlantes et aigres qui nous rongent les os comme une pluie d’acide, elles sont vicieusement calculées pour se loger dans notre boîte crânienne et ne plus en sortir, prenant possession de notre esprit vide sans même que l’on s’en rende compte.
Le clavier, agissant par touches parcimonieuses et glaciales, vient ajouter une ambiance de fin du monde extrêmement prenante, diffusant des nappes ambiantes inquiétantes et quelques petites touches électroniques anxiogènes qui portent le potentiel nihiliste de ce Xeno Chaos à son paroxysme.

Malgré une technique indéniable, le tout semble extrêmement simple grâce à une fluidité saisissante, agissant avec une efficacité directe, mécanique, froide et irrésistible, restant très facile d’ accès malgré une violence parfois cataclysmique : l’approche très moderne, mise en avant par ces riffs saccadés et ces bidouilles technoïdes, ainsi que le son, titanesque, qui nous enveloppe dans son épaisseur suffocante, nous immergent littéralement, et nous assaillent d’images macabres, nous propulsant dans la vacuité d’un vaisseau jonché de cadavres extraterrestres, perdu dans la noirceur glaciale du cosmos, désert, hostile et infini, là où personne ne peut vous entendre crier. Et effectivement, tout l’album est centré sur l’univers violent et apocalyptique de Warhammer 40000, décrivant des guerres intergalactiques sans merci.

Les Bordelais achèvent de nous pulvériser sur un Human Terminate à la violence débridée et parfaitement maîtrisée qui porte plutôt bien son nom, terriblement rapide, écrasant et incisif, petite bombe de death black moderne qui, en moins de trois minutes, clôt un album magistral et ne fait aucun survivant.


Si la musique d’Otargos n‘est pas d’une originalité à toutes épreuves, son homogénéité et son efficacité sont redoutables. Seul petit bémol de Xeno Chaos, sa très courte durée : les quelques privilégiés qui auront la chance de posséder l’édition limitée pourront profiter d’un Infernal Legions Strike A.E. de plus de 13 minutes, tandis que les autres devront se contenter de 34 petites minutes seulement, ce qui est bien peu au vu de la qualité de la galette.

Néanmoins, quoi qu’il en soit et quoi qu’on en dise, cette galette est une bombe : glauque, noire, mécanique, poisseuse, lourde, violente, oppressante, moderne, hypnotique et terrifiante, la musique d’Otargos ne pourra pas vous laisser indifférent.
Si pour beaucoup, l’album de l’année dernière en matière de metal extrême lourd et sombre était The Satanist, 2015 voit l’avènement incontestable de Xeno Chaos, qui à mon sens supplante largement l’oeuvre des Polonais en matière de compacité et d’intensité. Il n’y a pas grand-chose à ajouter mais si vous n’avez pas encore compris, soyons encore plus diects : Xeno Chaos est tout simplement un must de cette fin d’année, une œuvre racée et destructrice totalement incontournable pour tous les amateurs de black death moderne et sombre, et qui redonne à Otargos une légitimité indiscutable sur la scène extrême française. Courez l‘acheter, ou craignez a fureur de la Bête !

9 Commentaires

8 J'aime

Partager

randolphcarter - 28 Novembre 2015: Effectivement c'est pas du black indus.

Mais c'est pas du "dark metal" non plus, c'est très clairement du blackened death metal. Et j'ai vraiment du mal à y discerner des "bidouilles technoïdes" ou quoi que ce soit qui rappelle NIN ou le cyber metal. Y'a bien deux ou trois riffs qui sentent le metal industriel, genre sur Dark Mechanicus et Phase Shifters mais ça pourrait tout aussi bien être une influence deathcore.
Dans l'ensemble j'ai l'impression que tu surestimes largement le degré d'originalité et de personnalité de cet album, qui vient à 80 es titres de leurs chansons qui sont bourrés de grosses références pas subtiles à 40k. Mais passé le vernis science-fictionnesque, on a juste du gros black/death qui pâlit en comparaison de Nexus Inferis et de la quasi-totalité du black indus pour ce qui est de l'atmosphère.

De plus, l'album s'appelle pas "Xeno Chaos", il s'appelle "Xeno Kaos".

Donc t'as écrit une très jolie chro qui fait plaisir à lire, mais qui décrit mal l'album.
À moins que tu ne viennes d'une autre dimension où il s'appelle bien "Xeno Chaos" et où il a beaucoup plus de caractère.
Icare - 28 Novembre 2015: Encore faut-il s'entendre sur la définition de dark metal, initialement, pour beaucoup, le dark sert simplement à désigner un mélange bien dosé de black et de death avec un soupçon de noirceur (combien de fois j'ai vu The Somberlain étiqueté en dark, j'ai fini par accepter cette classification qui m'a l'air pas mal répandue et ce même chez beaucoup de metalleux confirmés). Ce n'est que l'année suivante qu'émergera un courant dark à part entière, piochant dans le black, le doom et le goth pour pondre un truc glauque et inclassable avec l'éponyme de Bethlehem. C'est clair que dans cette acceptation du terme, Otargos n'a pas grand chose à voir avec cette scène, mais si on considère le dark comme un simple mélange de black et de death sombre, le qualifier de dark prend alors tout son sens. C'est d'ailleurs comme ça que le groupe est désormais fiché sur SoM et que le label qualifie la musique d'Otargos (Kaotoxin parle de Dark Extreme Metal sur sa fiche promo, je n'invente rien).
Pour moi, la description parfaite de cet album serait black death moderne aux relents d'indus, mais ça fait un peu long comme étiquette, et finalement, on s'en fout, l'essentiel reste bien la musique!

Concernant l'influence cyber ou la ressemblance avec Nine Inch Nails, je ne crois pas en avoir fait mention dans ma chronique, je parle surtout de Fear Factory par rapport au riffing, très moderne et saccadé, et je parle d'indus par rapport à l'ambiance, à la fois mécanique, futuriste et malsaine qui se dégage assez largement de l'album.
Les bidouilles électro, incarnées par quelques boucles et des claviers ambiant, sont discrètes, je te l'accorde, mais tout de même présentes, elles contribuant d'ailleurs à créer cette ambiance de fin du monde, et c'est justement ce qui distingue à mon sens Otargos d'un groupe de black death lambda.
Enfin, je n'ai jamais dit que la musique des Bordelais était originale (je crois même avoir écrit le contraire!), mais la qualité, l'intensité et l'homogénéité de la galette m'ont poussé à lui mettre cette excellente note.

Quoi qu'il en soit, ton commentaire montre bien que tu as lu attentivement ma chronique, et je t'en remercie. Et mea culpa pour le nom de l'album, là-dessus, je n'ai aucune excuse!
randolphcarter - 29 Novembre 2015: En effet t'avais mentionné Ministry et je sais pas pourquoi mais j'ai automatiquement remplacé ça par NIN et c'est con.

Le truc que je voulais dire c'est pas que tu les qualifies explicitement de super-originaux, c'est que ta chronique donne l'impression de quelque chose de bien plus unique et spécial que ça ne l'est vraiment. Certes y'a des passages qui sonnent un peu futuristes sur les bords, surtout si on est plutôt habitué à du Black/Death lambda, mais si on sort de Blacklodge et ID:Vision c'est de la petite bière niveau futurisme. Donc idéalement il aurait fallu trouver un point d'équilibre entre ces deux perspectives pour faire justice à la galette. Mais forcément, quand on réécoute et qu'on dissèque un disque pour en saisir la personnalité afin de bien la faire ressortir sous forme de chronique, c'est pas toujours facile de garder à l'esprit tout ce qui a déjà été fait dans le même genre.
jocemcmxcix - 13 Juin 2016: Album très puissant (que je ressens aussi comme "black death indus'", mais les étiquettes ne sont pas ma spécialité ;) ). Merci pour la chro. En plus, j'ai la version limitée....cool !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire