Ten Eyed Nemesis

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Otargos
Nom de l'album Ten Eyed Nemesis
Type Album
Date de parution 2005
Enregistré à ConKrete Studio
Style MusicalBlack Brutal
Membres possèdant cet album73

Tracklist

1.
 Havocalypse
 04:34
2.
 Warmachine XXX
 05:42
3.
 Hordes
 05:51
4.
 Necro Aeons
 03:44
5.
 Ablaze Evil Horizons
 06:57
6.
 Unaltered Negative God
 05:07
7.
 Ten-Eyed Nemesis
 04:59
8.
 Ironflames
 05:04

Durée totale : 41:58


Chronique @ Razort

02 Septembre 2010
Nostalgie. C'est probablement ce mot qui m'a invité à chroniquer ce cultissime et premier album du jeune groupe qu'était Otargos à l'époque. Après une première démo auto-produite et un MCD chez Deadsun Records, les bordelais sortent leur premier album en 2005 et imposent clairement leur style :

"Ten Eyed Nemesis" voit alors le jour dans les plus noires ténèbres... Comment se peut-il me direz vous ? Mais parce que celui-ci n'a pas besoin de lumière pour vivre... Une pochette digne d'un Fear Factory, laquelle est accompagnée du même logo macabre des précédents opus, le tout dans des couleurs sombres... Pas de doute, c'est du Black Metal, mais semble t-il mélangé à quelque chose d'autre... Le cosmos ? Cela s'est déjà vu chez nos confrères helvètes de Darkspace. Mais ici tout est moins obscur et minimaliste, ne serait-ce que par cette pochette futuriste et les titres en anglais. Commençons par le commencement, qui n'en est pas un...

Et je pèse mes mots. Car il pourrait sembler paradoxal d'ouvrir un album avec un tel titre que "Havocalypse". Même si "Apocalypse" signifie littéralement "Révélation", ce mot est généralement employé dans un contexte de fin du monde, et forcément de mort imminente. Ici il s'agit avant tout d'un titre, un des plus joués lors des concerts qui viendront, le plus représentatif et probablement le plus connu du groupe. Quelques mots en guise d'introduction, eux aussi très célèbres, du moins par certains... "Maybe he's anti-God, bringing darkness instead of light" (cf. Prince of Darkness, ou tout simplement Darkspace III pour ceux qui ne connaitraient pas.)

Puis tout démarre en trombe. Un rythme diaboliquement entrainant, des guitares lourdes et des solos rasant (ceux de Dagoth et Kernuun, désormais absent du line-up), un chant abyssal, une ambiance des plus chaotiques... Ce premier titre a le mérite de tout détruire sur son passage. Pour ceux qui découvre, vous pourrez noter une grosse influence dark-funéraire très primitive (époque "The Secret of the Black Art", titre éponyme repris très souvent sur scène).

Satan est bel et bien présent sur ce premier opus, mais à ses forces destructrices s'allient désormais celles du cosmos, vaste et éternelle force de la nature que l'homme ne pourra dominer.
"Warmachine XXX", autre titre très célèbre du quatuor, continue cette déferlante de chaos sonore dans une vraie guerre thermonucléaire. Petit détail très significatif : une explosion sur la fin de la musique, illustrant parfaitement les thèmes traités ici.

Tout cela me fait songer que l'Enfer, au fond, n'est pas une pure création de la religion pour effrayer le commun des mortels et les rallier à son unique foi. L'Enfer est ici et maintenant, sur Terre, dans les bombardements incessants provoqués par les armées de l'Homme, dans les trous d'obus tout chauds fumants baignés de sang, dans les vapeurs de souffre empoisonnées, les bâtiments en ruines irradiés, la poussière et le feu ravageant les dernières traces de vie et étouffant les faibles lueurs d'espoir... Voici l'Enfer : une simple réalité terrestre, non un mythe ou une simple histoire faite pour effrayer les âmes sensibles et pieuses.

Cette guerre entre le Mal et le Mal reste sur les titres suivants la principale source d'inspiration du groupe qui nous mène dans une réelle Apocalypse. De "Unaltered Negative God" (retour du monologue utilisé sur Dark 3.16, solos torturés proches d'un Kerry King possédé) jusqu'à "Ironflames", les flammes infernales embrasent tout, les milliers de noms de Satan surgissent, et avec eux des créatures diaboliques et immenses, sorties de ces trous béants, ces vortex et autres trous noirs, spécialement ouverts pour nous dans un Black Metal qui ralenti par moments, mais qui reste globalement acharné et d'une violence propre à son espèce.

C'est donc sans difficulté que les amateurs de musique extrême peuvent se pencher sur cette première production très talentueuse, au sommet de ce que pouvait produire Otargos dans ses débuts. Même les pvristes de Trve Black Metal norvégien peuvent ouvrir leurs oreilles et leur âme à cette boule de haine et de noirceur qu'est "Ten Eyed Nemesis". Un son très propre - trop peut-être ? - pour un résultat des plus satisfaisants, loin des images mystiques, bibliques et magiques qui opposaient Dieu et Satan au Moyen Âge. Loin de tout pentagramme et autres croix renversées, loin de la première vague de Black Metal de la fin du millénaire dernier, mais d'une efficacité sans précédent.

++
Chronique publiée depuis
http://www.myspace.com/_razort_

1 Commentaire

3 J'aime

Partager
enthwane - 02 Septembre 2010: Tu chroniques à merveille ce monolithe que j'aurais peut-être aimé un poil plus massif. Il est totalement clair et net qu'Otargos se fixe à mille lieues des clichés satanico-caca des trve de balle de la scène actuelle, et c'est d'ailleurs pour ça qu'on les aime. Reste à présent à espèrer qu'ils nous offrent mieux que leur ignoble dernier album.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire