World Declension

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Centinex
Nom de l'album World Declension
Type Album
Date de parution 2005
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album33

Tracklist

1. Victorious Dawn Rising 03:48
2. Purgatorial Overdrive 03:46
3. The Destroyer 04:00
4. As Legions Come 04:48
5. Sworn 04:43
6. Synthetic Sin Zero 04:58
7. Flesh Is Fragile 04:08
8. Wretched Cut 04:22
9. Deconstruction Macabre 04:15
Total playing time 38:48

Acheter cet album

 $20.76  39,97 €  buy  £33.62  $87.90  81,16 €  97,23 €
Spirit of Metal est soutenu par ses lecteurs. Quand vous achetez via nos liens commerciaux, le site peut gagner une commission

Centinex


Chronique @ BEERGRINDER

04 Janvier 2008
Après être passé par Diehard, Repulse et Candlelight, Centinex a atterri cette fois chez Regain Records avec Prophecies of Cosmic Chaos, tant au niveau des labels que musical, les suédois n’ont jamais joué la carte de la stabilité et World Declension (2005)le prouve une fois de plus.

Dès le premier morceau on s'aperçoit tout de suite que Centinex a changé franchement de style depuis Reflections ou Reborn Through Flames. En effet quand les premières notes de Victorious Dawn Rising on est plutôt surpris d'entendre un blast à la Nile suivi d'un solo de même inspiration, des passages qui reviennent d'ailleurs assez fréquemment sur ce World Declension.

On est assez loin du Death mélodique de Reflections et Reborn Through Flames même si il y a encore quelques réminiscences tout au long du CD, sur "Destroyer" par exemple. Il faut dire que Martin Shulman porte-parole du groupe, est le seul musicien survivant de cette période.

World Declension est un concept album sur la guerre et l'armageddon divisé en deux parties distinctes : Visions Of Armageddon pour les 6 premiers morceaux, Earth Inferno pour les 4 restants. Une pochette assez étrange orne le disque conceptuel, lui donnant une dimension particulière collant bien à la musique et aux paroles.

La première est relativement brutale dans la veine du titre qui ouvre l'album, Purgatorial Overdrive entre autres distille ainsi des rythmiques rapides et imparables. La seconde est un peu moins agressive respectant le concept des paroles et sur Synthetic Sin Zero on peut entendre quelques chants clairs qui sont plutôt bien placés et apportent un peu de variété à l'ensemble.
Le titre final Deconstruction Macabre alterne mid-tempo, passages blastés et solo bien sentis clôturant ainsi l'album sur un temps fort.

La force de Centinex est d’avoir su se renouveler sur World Declension et même participer à tirer le Death Metal par le haut grâce à un style assez personnel, dommage que cet album soit un peu leur testament car c’est incontestablement leur meilleur, au rythme ou évoluaient les choses Centinex aurait peut-être fini par marcher sur les plate-bandes de Nile ou Behemoth qui sait?

BG

5 Commentaires

5 J'aime

Partager
Keyzer - 02 Fevrier 2015: Vraiment leur meilleur pour moi, je me souviendrai toujours de la mandale que je me suis pris quand j'ai entendu le titre d'ouverture pour la première fois ! Terrible cet album.
BEERGRINDER - 03 Fevrier 2015: Incontestablement le plus brutal des disques de Centinex oui, de là à affirmer que c'est le meilleur, joker... J'aime aussi beaucoup Reflections, Hellbrigade, ainsi que l'excellent MCD Bloodhunt, tous plus classiquement suédois dans leur conception il est vrai. Je n'ai pas encore acheté le dernier, mais il semble qu'il revienne à du swedish Death plus basique, à voir. Question subsidiaire, es tu le Keyzer de Thrashocore que je croisais parfois sur Bells of Armageddon ?
Keyzer - 04 Fevrier 2015: Ah oui, j'ai beaucoup aimé Hellbrigade, en revanche je ne connais pas encore ni le MCD ni Reflections, je me pencherai surement dessus un de ces jours. Quant au dernier, je n'ai eu que des echos négatifs.

Eh non, je ne suis absolument pas le Keyzer de Thrashocore (forum que je ne fréquente pas) ni de Bells of Armageddon, désolé. En revanche, je suis le Michaël que tu as croisé après le concert de Cannibal Corpse lors de leur dernière date à Lyon, héhé. (Tu sais, les deux gus à la sortie de la salle, hahaha)
BEERGRINDER - 05 Fevrier 2015: Oui, je me rappelle très bien, désolé d'avoir confondu... En plus le Keyzer de Thrashocore est un petit blond, donc vraiment pas ton portrait ha ha ha. Concernant le dernier Centinex, j'ai écouté un titre qui ne m'a pas vraiment mis en confiance, mais en tant que fan du groupe j'hésite encore, à voir.....
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Stench

11 Juin 2005
Avec « Decadence (Prophecies of Cosmic Chaos) », les suédois de Centinex avaient sorti l’an dernier ce qui était un des tous meilleurs albums de death métal de l’année, et ils n’ont pas perdu de temps pour nous pondre le successeur de ce petit chef d’œuvre. Il faut croire que composer dans l’urgence leur convient à merveille, puisque ce disque, qu’on pouvait craindre bâclé par trop de précipitation, est au contraire absolument fabuleux, et même si on manque encore un peu de recul pour l’affirmer pleinement, il semble être encore supérieur à son prédécesseur. Toujours dans un créneau death métal suédois, le groupe confirme et renforce les éléments qui font son identité. La puissance des breaks et des refrains (le plan à deux voix de « Victorious dawn rising », en gratte saccadées, la double au plancher, ou les breaks centraux de « The destoyer ») fait mouche à tous les coups, la vitesse des passages speeds (rythmes rapides typiquement suédois de « Purgatory overdrive », mais aussi blasts intelligents et vraiment brutaux placés à droite et à gauche, comme dans l’ouverture monstrueuse de « Victorious dawn rising ») comme des plans plus lents sonnent toujours juste. Le chant, très puissant, là encore typique des groupes à la suédoise comme Dismember par exemple, est en symbiose avec les parties instrumentales. Ce qui renforce la qualité de ce disque, c’est l’utilisation de mélodies, parfois mises en place par les riffs eux-mêmes, ou encore par des ambiances glauques qui peuvent sans doute réunir fans de death comme fans de black (un titre comme « As legions come » est parfaitement représentatif de cette osmose entre sombres parties lentes et passages frénétiques purement death métal). Quelques solos viennent encore mettre une touche de folie à l’ensemble. Un album en tout point excellent, qui recèle de petits plans audacieux ( l’intro surprenante de « Sworn »), pour un groupe qui se place cette année encore en parfait challenger au poste de groupe death de l’année.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire