Wer Bist Du

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Megaherz
Nom de l'album Wer Bist Du
Type Album
Date de parution 1997
Labels pas de label connu
Style MusicalMetal Industriel
Membres possèdant cet album19

Tracklist

1. Gott Sein
2. Wer Bist Du
3. Schlag Zurück
4. Das Leben
5. Finsternis
6. Licht
7. Negativ
8. Kopf Durch die Wand
9. Müde
10. Krone der Schöpfung
11. Tanzen gehen
12. Die Gedanken Sind Frei
13. Hänschenklein
14. Wer bist Du (Noel Pix Mix)

Chronique @ Groaw

16 Janvier 2019

Le début d’une longue et périlleuse aventure

Au début des années 80, le metal industriel faisait sa grande apparition, mené par une scène américaine solide et atypique (Ministry, Nine Inch Nails, White Zombie). Mais dix ans plus tard, nos amis allemands n’ont pas tardé à sortir les crocs et à développer une nouvelle vague, celle de la Neue Deutsche Härte, présidée entre autre par Rammstein ou encore Oomph!. Ce dernier se différencie d’un industriel assez classique par ses influences de la musique allemande : une musique plutôt électronique, un chant en allemand, l’omniprésence des claviers et une image assez masculine, militaire, en témoigne entre autres certains titres devenus cultes (Links 2 3 4, Zerstören, Adios).

Cependant, dans ce nouveau tableau prometteur et séduisant, certaines formations resteront un peu dans l’ombre des géants (Eisbrecher) tandis que d’autres seront définitivement réduits à l’obscurité et au presqu’anonymat (Stahlhammer). Et parmi ces musiciens oubliés, nous pouvons notamment citer Megaherz, qui, malgré les apparences, a énormément influencé aux côtés de Oomph! la musique de Rammstein. 25 ans de carrière et pas moins de neuf albums dans la riche mais intrigante discographie de notre quintuor qui en font l’un des plus archaïques et l’un des plus vaillants combo de la Neue Deutshe Härte.

Wer Bist Du? arrive donc cinq ans après la création de Megaherz, soit respectivement cinq, trois, deux et an après les surprenants album éponyme, Sperm, Defekt et Wunschkind de Oomph! (et en passant, un an avant le monstrueux Unrein), deux ans après le prétentieux Herzeleid et en même temps que le cultissime Sensucht de Rammstein, comprenant pas moins que le célèbre titre, celui que tout le monde peut désormais fredonner et même chanter : Du Hast. La tâche est donc déjà ardue pour nos Munichois, qui devront faire aussi bien, voire mieux que ces impressionnantes galettes.

En réalité, il ne s’agit pas tout à fait du premier coup d’essai de nos allemands car ces derniers ont sorti, deux années auparavant, une démo du nom de Herzwerk, dont certains titres se verront présents sur cette nouvelle offrande (Krone der Schöpfung, Negativ, Hänschenklein).

Le premier titre Gott Sein, qui se retrouvera d’ailleurs sur l’album 5 sous un nom légèrement différent et avec un vocaliste différent, demeure à ce jour l’un, pour ne pas dire le titre le plus populaire de la formation. Ce dernier traite le fait d’être Dieu et de ses questions. On reconnait dans le morceau les côtés électroniques très marqués de Oomph! et le synthétiseur omniprésent de Rammstein. Le rythme général reste assez simpliste mais néanmoins très entraînant, plus inquiétant lors des couplets. Alexx Wesselsky nous montre son intervalle très rauque, agressif lors des refrains. Le chœur lors de ces derniers ajoute une dimension spirituelle, restant dans la lignée de l’extrait.

Les différents morceaux vont garder un schéma relativement catchy et électronique, sans pour autant être dans l’autocaricature et la conformité. Certains titres vont se rapprocher d’une structure très hâtive, presque rappée (Wer Bist Du ?, Kopf Durch Die Wand, Hänschenklein) tandis que les autres titres vont plutôt s’apparenter à des plans plus lourds, plus coléreux (Schalg Zurück, Negativ). Nous n’oublierons pas non plus la ballade Müde, seul titre vraiment faible de l’album, sans grand intérêt si ce n’est de rompre l’ambiance lugubre et ajouter un semblant de mélancolie.

Wer Bist Du? est le début d’une longue et périlleuse aventure pour nos allemands qui nous offrent un premier jet aguicheur, provocateur et mélancolique. Cet essai initiateur posera les fondements du début de la discographie de Megaherz et même si ce dernier n’aura pas eu le succès escompté, noyé entres autres par une rude concurrence, force est de constater que cette réalisation se montrera audacieuse et valeureuse et montrera une autre vision du metal industriel, celle d’une vague groovy mais néanmoins menaçante.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire