Kopfschuss

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Megaherz
Nom de l'album Kopfschuss
Type Album
Date de parution 1998
Labels pas de label connu
Style MusicalMetal Industriel
Membres possèdant cet album25

Tracklist

1. Liebestöter
2. Kopfschuss
3. Herz aus Stein
4. Miststück
5. Burn
6. Rappunzel
7. Blender
8. Jordan
9. Freiflug
10. Meine Sünde
11. Teufel
12. Schizophren
13. Rock Me Amadeus
14. Liebestöter (Rock Club Mix)

Chronique @ Groaw

16 Janvier 2019

La seconde balle n’atteindra pas le cœur

En plein été 1998, Megaherz sort son second essai du nom de Kopfschuss. Malheureusement pour nos allemands et une nouvelle fois devrons-nous dire, ils seront engagés dans une bataille presque perdue d’avance. En effet, un petit peu moins d’un an auparavant, Rammstein sortait son second bijou Sensucht et cinq mois avant, Oomph! publiait ce qui semble encore aujourd’hui la pépite et le tableau de Neue Deutsche Härte le plus abouti et le plus entreprenant depuis la création du mouvement : Unrein.

Alors forcément, quand on sait que le premier opus de notre quintuor était certes élégant mais en-deçà de ses compatriotes, il est difficile de penser, ne serait-ce une seule seconde comment cette seconde prestation pourrait renverser le trône. Pourtant, nos musiciens semblent avoir les armes pour mais restent malencontreusement dans un metal industriel un peu plus accessible que la concurrence et manquant un peu de croquant, d’intensité pour réellement marquer.

Pourtant, avec Liebestörer, on sent quand même une envie de se démarquer, d’innover avec des traits électro toujours aussi présents mais nettement plus accrocheurs et robustes. Alexander Wesselsky dégage enfin toute sa hargne, là où il était un peu plus réservé sur la précédente expérience. Par la suite, cette rogne va s’estomper juste après les refrains où l’ambiance deviendra planante mais néanmoins angoissante.

Nos allemands miseront énormément sur cette seconde offrande sur l’impétuosité et sur l’inquiétude. D’ailleurs, rien de surprenant lorsque l’on a affaire à un album se nommant « headshot » d’entendre des coups de fusil par-ci, par-là. C’est le cas du titre éponyme, impitoyable et résolument terrifiante. Nous ne perdons d’ailleurs pas les bonnes habitudes avec un rythme terriblement catchy et bougrement efficace.

Tout semblait d’excellente augure pour notre quintuor mais ce dernier ratera une seconde fois le coche en proposant des titres très semblables et où l’effet de surprise s’éteindra au fur et à mesure de l’écoute. Agressivité puis moments plus harmonieux, le schéma se répètera souvent, trop souvent pour espérer réellement marquer les esprits. Il est néanmoins important de souligner que ce second don ne recèle aucun mauvais morceau à proprement parlé, même pas l’émotive et belle balade Freiflug, même si cette dernière reprend mot par mot les paroles de Spring In Die Schucht du précédent opus.

Et ce n’est sûrement pas Rock Me Amadeus, reprise de Falco et sans aucun doute le titre phare de la discographie de Megaherz qui nous fera dire le contraire : un excellent hommage à une icône de la culture pop des années 80 qui en font un morceau indéniablement important et remarquable. Et pour perpétuer la tradition qui s’est déjà construite lors de la première expérience, il fallait bien une chanson basée sur un conte de fées : Rappunzel est là pour faire allusion à l’histoire du même nom.

La seconde balle n’atteindra pas le cœur. Kopfschuss est un excellent album pour découvrir l’univers des allemands mais en comparaison à l’ensemble de la discographie du groupe, il n’est qu’une pièce correcte, faute à un manque cruel de variation et de non-conformité. Même si l’opus contient de belles mélodies (Kopfschuss, Blender, Rock Me Amadeus), il manque encore ce petit grain de folie, ce petit quelque chose pour rendre ce second entremet merveilleux et délectable. Alors, est-ce que cet élément fera sa grande apparition lors du troisième portrait ? A suivre …

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire