Ungod

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Morgoth (GER)
Nom de l'album Ungod
Type Album
Date de parution 30 Mars 2015
Labels Century Media
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album74

Tracklist

1.
 House of Blood
 02:34
2.
 Voice of Slumber
 04:52
3.
 Snakestate
 04:45
4.
 Black Enemy
 03:45
5.
 Descent into Hell
 03:28
6.
 Ungod
 06:13
7.
 Nemesis
 04:20
8.
 God Is Evil
 03:57
9.
 Traitor
 03:58
10.
 Prison in Flesh
 03:31
11.
 The Dark Sleep
 05:00

Bonus
12.
 Die As Deceiver (Digipack Edition)
 03:53
13.
 Battalions of Strangers (Digipack Edition)
 04:26

Durée totale : 54:42


Chronique @ growler

08 Avril 2015

Morgoth signe un retour réussi et remarquable

On le sentait arriver depuis la publication de « Cursed To Live » en 2012, mais la confirmation est belle et bien tombée : Morgoth est de retour. Sans révolutionner le genre, les allemands peuvent se targuer d’avoir publié « Cursed » (1991) qui fit date aussi bien dans la discographie du groupe que chez les deathsters de tous poils, forgeant, par la même occasion, l’identité musicale de Morgoth. « Cursed » sera suivi de « Odium » (1993) s’inscrivant dans le même caveau que son prédécesseur. Mais lasser de jouer du death-metal, à l’issu d’une tournée intensive en soutien à « Odium », le combo commit le crime de lèse-majesté en réorientant son propos et publiant l’abominable (selon les goûts) « Feel Sorry for the Fanatic », qui délaissait son death d’antan pour évoluer vers une musique plus proche de Killing Joke, le groupe ne s’en relèvera pas et splitera quelques temps plus tard.

Il est vrai que la tournée « Cursed To Live » avait quelque peu rassuré sur les intentions du groupes et à un retour à des velléités plus death-metal, mais c’est avec une anxiété non dissimulée et un brin de scepticisme que votre serviteur aborde la découverte de « Ungod », nouvel opus de Morgoth, 18 ans après son prédécesseurs, dont le choc fut très rude à l’époque, il faut ajouter à cela, l’éviction du hurleur originel, Marc Grewe pour des raisons personnelles, remplacé par Karsten « Jagger » Jäger, bien connu pour ses vociférations au sein de Disbelief.

Les doutes s’estompent dès les premières notes de « House Of Blood » qui ouvre « Ungod », les allemands sont assurément revenus au death-metal qui fit sa renommée et, le reste de l’album sera du même acabit. Point ici d’expérimentations hasardeuses, de bidouillages électroniques, Morgoth a décidé d’envoyer le bois et reprend les choses là où il les avait laissés à l’époque bénie de « Cursed » et de « Odium ». D'obédience mid-tempo, « Ungod » ne manque pas de puissance comme en témoignent les riffs massifs de « Voice Of Slumber », « Prison In Flesh », « Traitor » ou « Black Enemy » mais les allemands savent pertinemment varier les plaisirs en appuyant sur le champignon comme sur « Prison In Flesh », « God Is Evil », « Descent Into Hell » ou les accélérations de « Black Enemy » et de « Snakestate ». Le combo se fend même d’un véritable instrumental (« The Dark Sleep » peut-être plus considéré comme une sorte d’outro) avec le morceau titre, une composition montant crescendo et qui laissera l’auditeur sur le carreau. Le plus surprenant dans « Ungod » est, il est vrai, qu’il a été concocté avec une recette milles fois éprouvées, sans grande originalité, mais d’une efficacité redoutable, propice au headbanging aussi intensif qu’inattendu.

La production est au diapason, à la fois massive et claire, elle laisse une place de choix à chaque instrument, quant aux musiciens, ils sont tous au diapason. Cependant, il faut souligner la grande performance de Karsten « Jagger » Jäger dont l’organe vocal se situe quelque part entre Chuck Schuldiner et John Tardy (Obituary), réussissant l’exploit de remplacer Marc Grewe au pied levé dont l’identité vocale est indéniable et, pensait-on, indissociable de l’entité Morgoth. Jagger relève le challenge, parvenant à presque faire oublier son prédécesseur.

Même si « Ungod » est d’une qualité intrinsèque assez élevée, force est de constater que le groupe n’a voulu prendre aucun risque, voulant certainement éviter la mésaventure vécue à la sortie du calamiteux « Feel Sorry for the Fanatic ». Il reprend les mêmes ingrédients qui ont fait son succès jadis, délivrant à ses aficionados ce qu’ils attendaient. Aussi, « Nemesis » et « The Dark Sleep » s’avèrent plutôt dispensable, le premier présentant quelques longueurs, n’arrivant jamais à véritablement décoller, le second est une sorte de longue outro instrumentale aussi inutile qu’inintéressante, Morgoth ayant eu sans doute la volonté d’appuyer le côté obscur de son propos avec ce morceau rehaussé de bruit de carillon sinistre, de pluie et d’orage.

Avec « Ungod », Morgoth fait du Morgoth et nous ressert le même breuvage qu’à l’époque de « Cursed », mais, malgré l’usure du temps, ce breuvage est toujours aussi délicieux. « Ungod » permet à Morgoth de revenir sur le devant de la scène et, à l’instar de Carcass, le combo signe un come-back réussi et remarquable, espérons seulement que l’idée de nous refaire un « Feel Soory For The Fanatic 2» ne germera jamais….

12 Commentaires

14 J'aime

Partager

kristoff - 24 Juin 2016: En voilà une bonne nouvelle, Morgoth revient avec un nouvel album, j'ai hâte d'écouter cela. Merci pour la chromique
LeMoustre - 21 Novembre 2016: Après avoir approfondi ce disque, finalement je trouve qu'il ne se bonifie guère avec les écoutes. C'est carré, bien fait, pro, mais quand le meilleur titre est sans doute l'instrumental éponyme, c'est que quelque chose manque, à mon humble avis.
Un peu de hargne, sans doute, des tempi différents aussi. Et puis, les similitudes peuvent paraître gênantes (le début de "Nemesis" versus "Resistance" sur Odium). Finalement, un album solide, certes, mais pas très attachant.
growler - 21 Novembre 2016: Je plussois Jérôme...
MCGRE - 15 Novembre 2020:

Ouai moi aussi je le trouve terrible cet album 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire