The Sound of Rancid Juice Sloshing Around Your Coffin

Liste des groupes Porno Gore Grind Last Days Of Humanity The Sound of Rancid Juice Sloshing Around Your Coffin
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Last Days Of Humanity
Nom de l'album The Sound of Rancid Juice Sloshing Around Your Coffin
Type Album
Date de parution 1998
Style MusicalPorno Gore Grind
Membres possèdant cet album56

Tracklist

1. Born to Murder the World
2. Necrotic Eruption
3. Entangled in Septic Gore
4. Slithering Limbs
5. Cannibalistic Remains
6. Hacked into Red Mush
7. Putrid Mass of Burnt Excrement
8. the Smell of The Dead
9. Rancid Cottered Rectum
10. Blood Spattered Chainsaw Slaughter
11. Submassive Obliteration
12. Septic Convulsion
13. The Sound of Rancid Juices Sloshing Around Your Coffin
14. Liquidized Disgorgement
15. Putrefying Immortality
16. Carnal Tumor
17. Consumed in Gore
18. Drowned in Septic Guts
19. Cadaver Breath
20. Excremental Carnage
21. Malignant Haemorrhage
22. Mucupurulent Carnage
23. Pro-Rectal Fermentation
24. A Reeking Pile of Septic Brain Fluid
25. Disembowelment of Scattered Gastric Pieces
26. Festering Fungus Infection

Chronique @ grogwy

31 Décembre 2016

Un album incontournable du Goregrind

Bien que moins exposé que le Black Metal et le Death Metal le Grindcore n'en demeure pas moins un style à part entière dans le paysage Metallique.
Cette situation est due à l'attitude anti-commerciale de cette scène (issue du Punk) que ce soit par l'extrême brutalité de la musique, la confidentialité des lieux ou se déroulent les concerts (petites salles, squats), et la multiplication des enregistrements (splits, EP, 45 tours, cassettes) sans oublier un militantisme parfois violent (écologisme, véganisme).
Or, un autre courant moins politisé (et venu essentiellement du Metal) fit son apparition au début des années 90.
Si les fondamentaux n'ont guère changé (l'attitude anti-commerciale) les nouveaux groupes délaissent les problèmes de société pour se plonger dans le Gore le plus répugnant.
Ce style puise son inspiration dans les premiers disques des Anglais de Carcass et des Américains d'Impedigo pour la musique (et les vocaux), ainsi que dans divers films d'horreur comme "The Texas Chainsaw Massacre" (1974) et "The Evil Dead" (1981) pour le concept.
Le Grindgore ou plutôt le Goregrind (puisque c'est ainsi qu'il a été nommé) était né, et allait lui-même donner naissance au Porno Goregrind (après s'être accouplé à la pornographie).

Réputés pour ses illustres formations de Death Metal (Asphyx, Pestilence, Sinister), les Pays-Bas peuvent également s'enorgueillir de posséder avec Last Days Of Humanity l'un des meilleurs groupes de Goregrind.

Formé à Uden en 1989 Last Days Of Humanity sort deux démos et trois splits EP avant d'être signé en 1998 par le tout nouveau label français Bones Brigade Records.
Celui-ci commercialise la même année le premier album du combo néerlandais : l'immonde "The Sound Of Rancid Juices Sloshing Around Your Coffin" (enregistré en septembre 1996).

Sur ce disque (doté de véritables photographies de corps mutilés !) où l'influence de "Scum" (1987) de Napalm Death et "Reek Of Putrefaction" (1988) de Carcass est plus que palpable, Last Days Of Humanity parvient néanmoins à se démarquer de ses modèles, notamment grâce à son vocaliste Hans Smits.
Celui-ci, par ses répugnants borborygmes, ajoute une sensation de dégoût aux différents titres pendant que les autres membres l'amplifient par la violence de leur interprétation (aidés en cela par une très bonne production).
Cette extrême brutalité débute avec les intenses "Born To Murder The World", "Necrotic Eruption", et "Entangled In Septic Gore" sur lesquels le groupe exécute ses morceaux comme le faisait Napalm Death à ses débuts.
Cependant avec "Hacked Into Red Mush" les Néerlandais se rapprochent davantage de Carcass, tandis qu'avec "Consumed In Gore" et "Festering Fungus Infection" c'est l'ombre de Mortician qui plane sur ces titres.
Certains morceaux se voient même affublés d'excellents riffs comme "Bloodsplattered Chainsawslaughter" et le virulent "Excremental Carnage".
Après cette déflagration sonore d'un peu plus de trente cinq minutes, c'est avec un étonnant ghost track de vingt cinq secondes (qui n'est autre que la reprise en version Grind du titre "Nothing Else Matters" de Metallica) que se clôture ce très bon (et meilleur) album de Last Days Of Humanity.

Un an après la sortie du disque le groupe doit faire face au départ de sa guitariste Anne Van De Burgt, de son batteur Glenn Jagers, et surtout de son vocaliste Hans Smits.

C'est accompagné des nouveaux Bart Bouwmans (vocaux) et Marc Palmen (batterie) que le guitariste William Van De Ven et le bassiste Erwin De Wit enregistrent "Hymns Of Indigestible Suppuration" (2000), un honorable successeur (quoi que moins répugnant) à "The Sound Of Rancid Juices Sloshing Around Your Coffin".
Ces deux albums demeurent à ce jour les meilleurs réalisations de Last Days Of Humanity qui en 2006 sort "Putrefaction In Progress" (2006), un médiocre disque (de vingt cinq minutes) que l'on peut qualifier de véritable escroquerie.
Prolongeant le changement de cap opéré sur le EP "In Advanced Haemorrhaging Conditions" (2005), le groupe (qui a réintégré le vocaliste Hans Smits) balance quarante et une fois le même morceau bruitiste et chaotique, nuisant ainsi à sa réputation et surtout jetant le discrédit sur ses deux précédents albums qui ne le méritent vraiment pas.



0 Commentaire

4 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire