The New Black

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Strapping Young Lad
Nom de l'album The New Black
Type Album
Date de parution 2006
Labels Nuclear Blast
Style MusicalThrash Technique
Membres possèdant cet album182

Tracklist

1. Decimator
2. You Suck
3. The Antiproduct
4. Monument
5. Wrong Side (of the Head)
6. Hope
7. Far Beyond Metal
8. Fucker
9. Almost Again
10. Polyphony
11. The New Black
Bonustracks
12. The Long Pig
13. C:enter:###

Chronique @ Eternalis

15 Décembre 2008
Devin Townsend est un grand hyperactif, comme le démontre les sorties d’albums très peu espacées de ses différents projets ("Alien" en 2005, "Synchestra" début 2006, ce "The New Black" mi-2006 et "Ziltoid the Omniscient" en 2007).
Ce génial bourreau de travail revient donc en cette année 2006 pour ce qui restera le dernier album studio de Strapping Young Lad, et également le moins bon. Alors oui je mets 17 car il reste largement au dessus de la moyenne des sorties, mais est sans doute plus faiblard que les autres opus de S.Y.L.

Cette chronique pourrait être très courte. Le "vrai" Strapping (entendez par là celui de "City") est mort et "The New Black" est mou, inintéressant et à des années lumières de la violence novatrice d’antan. C’est en tout cas ce que l’on retrouve sur la majorité des chroniques du net, à mon grand regret. Car cet album ne s’écoute pas comme les autres, oui, c’est certain, mais plutôt comme un album de Devin Townsend, c'est-à-dire avec une immense ouverture d’esprit et un total oubli de ce que nous connaissons. Faire le vide dans son esprit est une étape primordiale avant l’écoute de ce genre de disque. Et pour ceux qui diraient que Devin ne possède plus la rage, faites leur écouter un petit "You Suck" qui défonce tout sur son passage avec la finesse d’un bulldozer.

Mais ce qu’il faut comprendre (et c’est sans doute le plus dur), c’est que la scission entre Devin Townsend Band et S.Y.L était devenu très mince sur ce disque, voir inexistante. Car à l’écoute du fabuleux "Antiproduct", c’est bien "Infinity" qui vient à l’esprit, et non Strapping. Ce mélange de brutalité complètement débridée (les hurlements vocaux notamment entourés de délicieux effets) associés à des cuivres et des trompettes sur le break démoniaque rappelle instantanément le magique "Bad Devil" du ‘sieur en solo. Et que dire de "Monument", le morceau suivant, s’ouvrant sur une rythmique de plomb rapidement coupée par des arrangements de voix superbes et uniques à Devin, que l’on pourrait rapprocher de "Physicist". Et comment ne pas évoquer ce refrain absolument génial, martial et tribal sur lequel vient s’ajouter des percussions discrètes mais bien présentes. Les claviers ont une place encore plus importante que sur "Alien", et le chant de Devin est simplement extraordinaire, bien plus humain et désespéré qu’avant, mais également d'une bestialité que nous ne lui connaissions pas.

C’est également un point important à noter. Alors que les autres opus se distinguaient de la masse par une folie destructrice et créatrice de tous les instants, "The New Black" se fait plus désespéré, plus poétique presque et empreint d’une mélancolie certaine. Un disque où Devin (qui, plus que jamais, marque de son empreinte l’album) semble anéanti, à bout de force et à l’agonie. "Wrong Side" en est un parfait exemple ! La brutalité du morceau vient du tempo très élevé mais le chant clair du refrain (aérien et en superposition d’un solo joué par Devin lui-même) dégage une fatigue et un dégout de la vie dans une technicité n'ayant jamais été aussi ahurissante.
Idem sur le titre-track qui, après la magnifique intro "Polyphony" (très proche de l’intro de "A Simple Lulabby" sur "Synchestra"), dévoile un tempo lourd et pachydermique comme le groupe n’en a presque jamais proposé. Un morceau différent pour le dernier titre du dernier album ! Devin y semble plus exténué que jamais ("I’m broken […] Superficial in time" !), comme s'il se rendait compte que la bataille était finie, que le combat était bel et bien terminé, le morceau s’achève sur des crépitements apocalyptiques.

Cet album est-il mauvais pour autant ? Mille fois non. "Hope" restera sans doute parmi mes morceaux favoris du groupe, tant il est original. Après un départ lent et martial, les vocaux bestiaux et cataclysmiques de Devin tiraillent le titre jusqu’à la longue pause instrumentale, où la tension grimpe de manière exponentielle avant de littéralement exploser dans un déchainement de décibels (Gene Hoglan est un dieu, définitivement !) assez incroyable pour ceux qui ne serait pas préparés. Unique et jubilatoire. "Fucker" est également une chanson bien à part, quasiment dansante (enfin, pour Strapping Young Lad !), sur laquelle le chant d’une femme inconnue nommé Bif Naked (vous lisez bien oui !) vient se poser sur le premier couplet avant de laisser place à un Devin cette fois très cool, où il se lâche complètement et balance un fuck toutes les cinq secondes sous toutes les sauces mais en pondant un refrain tellement catchy (du grand art !) que nous nous retrouvons à gueuler "Fucker, You Fucker" comme un taré, avant de se faire achever par le solo très heavy, virtuose et taillé pour le live de Jed.
"Almost Again" calmera nos tympans endoloris avec ces mélodies de voix propres à Devin en solo, atmosphériques et ultimes, tout en nous attaquant vicieusement sur un blast jouissif de Gene où Devin se déchaine et nous enchante.

"The New Black" est donc un disque moins novateur, moins génial d’un point de vue musical et artistique mais une baffe énorme d’un point de vue émotionnel. L’album prend au tripes comme "Infinity" le fait car on a l’impression que Devin (car c’est bien de lui qu’il s’agit) se livre à nous, nous conte sa souffrance et ses déceptions (la société mercantile notamment, et la destruction de l’art) de la vie. Une psychiatrie du cerveau dérangé d’un être exceptionnel au parcours extraordinaire. Un grand disque pour un grand homme. Merci !

4 Commentaires

7 J'aime

Partager
ArchEvil - 25 Décembre 2008: Je n'ai pas écouté The New Black, surtout après un Alien en perte de vitesse.

Si je poste ici, c'est juste pour une question : Chroniqueras-tu City?
Eternalis - 25 Décembre 2008: je pense! En ce moment, je m'occupe des albums solo de Devin mais "City" viendra, c'est inéluctable!

Mais le fait qu'il y est déjà une chronique (et bonne de surcroit) fait que ce n'est pas ma priorité!
"City" reste un monument que je me ferais un plaisir de décortiquer, même si je place "Alien" au même niveau, comparé à l'éponyme "S.Y.L" bordélique et chaotique, mais moins musical.
Lamikawet - 07 Août 2011: Alien au même niveau que City ?
C'est là qu'on voit que tu es vraiment fan de Devin Townsend...
Les 2 premiers Strapping resteront inégalés niveau inspiration et on comprend pourquoi Townsend ne voulait pas continuer ce groupe.
mayhem13 - 23 Fevrier 2017: Mon dieu ce morceau qu'est "almost again"! Un monument!
Merci pour cette chronique!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Julien

06 Juin 2006
Une question hante mon esprit, notre amis Devin prend t il le temps de se reposer ? Apres son projet « orchestra » et un dernier opus de Strapping datant de 2005, voilà qu’arrive dans nos bacs un autre petits de Monsieur Devin. Alors est-ce l’opus de trop……

Eh bien je dis NON NON NON. Si je n’avais pas été franchement emballé par Alien que je trouvais un peu trop monotone ce n’est franchement pas le cas de ce « The New Black ». En effet il exploite à fond les capacités du groupe. A commencer par ce son si typique et si énorme. Il faut dire que cette révélation n’en est pas vraiment une car le groupe à toujours bénéficier d’un gros son. Reste que c’est toujours agréable.
En terme de compos c’est énorme. Chaque titre à son identité propre. Devin par son chant inimitable arrive a donné énormément de caractère à ses titres. Ses prestations vocales sont tout bonnement ahurissantes. C’est sa grande spécialité mais je reste toujours ébahi devant sa capacité à moduler sa voix. Agressif ou feutré Devin maîtrise.
Les riffs sont très heavy et le chant est plutôt réparti entre les deux registres (death et heavy). Un véritable régale sonore auquel s’ajoute quelques expérimentations toujours aussi intéressantes. Comme dans Alien on retrouve des passages groovy ce qui confère à un titre comme « Antiproduct » un alchimie toute particulière. Pour faire simple mise à part les 2-3 derniers morceaux ce disque est une véritable bombe.

Un album qui s’annonce comme indispensable dans la discographie du groupe ou plutôt indispensable tout cour, « The New Black » vous fera passez un excellent été à coup de gros riffs.

Simplement EXCELLENT !!!!!!

4 Commentaires

4 J'aime

Partager
norz - 09 Août 2006: C'est avec City mon 2ème album préféré du magicien Devin... Tout est là, du son en passant par le chant qui je trouve est plus typique de ce qu'il a fait avec Vai. Excellent album est barré bien comme il faut.
Sadus - 24 Août 2006: C'est sur qu'avec les rumeurs que Devin a propagé sur la possibilité qu'il quitte le groupe, on a pu se permettre de se poser des questions sur la qualité de son futur album !

Et bien après plusieurs écoutes, tous les doutes se sont évaporés car il faut avouer que cet album est une véritable bombe, le son est d'une qualité incroyable, un magnifique artwork et les qualités vocales de Devin toujours aussi impressionantes...

Et surtout des titres d'une composition incroyable : j'pense qu'on peut citer "Far Beyond Metal" comme le titre absolu, un chant incroyable et... Enfin à vous de voir..
"Hope" excellente chanson au très bon riff, "You Suck" au paroles très recherchées...
En bref, un album très varié, trépidant, que du bon !
Pourvu que Devin défende cet album sur scène !
HetriX - 02 Novembre 2006: Enorme album, tout simplement quand on écoute des bombes comme Far Beyond Metal ou encore Decimator, On se dit qu'on a écouter quelque chose de grand.

Le meilleur groupe d'indus tout style d'indus confondu au monde
ChazyMetal - 17 Novembre 2006: Tout simplement délicieux ce CD il est parfois Extrem et autre Zic plus Heavy un super CD a avoir 18/20
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire