The Mantle

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Agalloch
Nom de l'album The Mantle
Type Album
Date de parution 13 Août 2002
Style MusicalDark Metal
Membres possèdant cet album255

Tracklist

1. A Celebration for the Death of Man... 02:24
2. In the Shadow of Our Pale Companion 14:44
3. Odal 07:38
4. I Am the Wooden Doors 06:10
5. The Lodge 04:39
6. You Were But a Ghost in My Arms 09:13
7. The Hawthorne Passage 11:17
8. ...And the Great Cold Death of the Earth 07:13
9. A Desolation Song 05:07
Total playing time 1:08:25

Chronique @ =XGV=

21 Octobre 2010
Le monde est gris, le monde est triste, le monde court à sa perte et l'homme, ce triste animal, n'est qu'une poupée de chiffon à la merci de lui-même. Ouais... Rien de bien joyeux... Pourquoi de telles élucubrations ? Eh bien en fait, c'est le sentiment principal qui ressort de l'écoute de cet album. The Mantle est sombre et déprimant, aucun doute là-dessus. Allez, plongeons dans la mélancolie et jetons une oreille attentive sur cet œuvre.

Rien que les noms sont tout à fait explicites : "A Celebration for the Death of Man", "... And the Great Cold Death of the Earth" ou "A Desolation Song" sont les plus explicites. Ces titres décrivent à merveille le ton de l'album : plombé, plein de noirceur et apocalyptique. Mais pas dans un sens violent, du genre : les météorites tombent et Satan crache du feu sur nous, pauvres humains, non, non... Imaginez vous plutôt vous réveiller un beau matin pour vous rendre compte que pendant votre sommeil, une catastrophe a ravagé le monde. Vous déambulez seul dans les rues à la recherche d'hypothétiques survivants en contemplant ce qu'il reste de ces rues et de ces bâtiments que vous avez connus, auxquels se rattachent nombre de souvenirs... Une tristesse et une nostalgie profonde vous envahissent alors... Voilà à quoi ressemble The Mantle.

Non, ce n'est pas joyeux.

La musique du groupe se base surtout sur de la guitare acoustique et beaucoup de passages calmes. Même si elle est là, la violence est ici très en retrait, afin d'instaurer une atmosphère plus propice à la contemplation. Atmosphérique est tout à fait le mot qui convient pour décrire ce que joue Agalloch. Si vous cherchez des blast beat à tout va et des riffs hallucinants de vitesse, vous vous êtes trompé de page. La majorité des chansons sont lentes et longues. Très voir trop longues. Car si il est très agréable d'entendre ces accords de guitare sèche nous distiller cette ambiance, parfois, on a l'impression que le groupe tourne légèrement en rond et aurait pu raccourcir afin de rendre les chansons plus digestes. En revanche, l'album dans sa globalité évite cette erreur et le groupe sait varier les plaisirs, comme en témoigne le monde qu'il y a entre "A Desolation Song", avec son accordéon et "I Am The Wooden Doors", la chanson la plus musclée de l'album.

Quant au chant, il est bon : on alterne entre une voix Black et un chant clair très beau qui, ensemble, forment un tout tout à fait cohérent. Quelle voix domine ? Tout dépend des chansons, mais globalement, le partage entre les deux est assez équitable. Ma préférence va sans aucun doute au chant clair, qui parvient mieux à exprimer l'atmosphère toute particulière du disque et qui est moins conventionnel que la voix Black. Cela dit, même sans chant, le groupe est parfaitement capable de plonger l'auditeur dans son monde, comme en témoigne les instrumentaux qui ponctuent l'album ( mention spéciale à "Odal", de toute beauté ! )

Alors voilà. Si vous cherchez un album posé, qui permet de se vider la tête en partant voyager dans un monde dévasté par quelque mystérieuse force, The Mantle est fait pour vous. Cela dit, il faut garder à l'esprit que le groupe, malgré ses qualités évidentes commet quelques fautes de goût dans cet album, en rallongeant parfois inutilement certaines chansons.
Mais rien qui empêche réellement de savourer ce qu'ils nous jouent.

12 Commentaires

11 J'aime

Partager

Vertex - 24 Avril 2013: @MrDamage :Faut y aller pour voir du sympho dans cet album... les oreilles, ça se nettoie...

Bonne chronique qui méritait d'être plus complète tout de même car il y a finalement pas mal de choses à dire sur le concept (L'utilisation de la rune odal, les citations diverses), les references (clairement sol invictus sur cet album et plus marqué dans la dernière partie) et autres détails comme le fait qu'il demarre très sombre et dans une desolation totale pour finir sur des notes qui portent un peu plus d'espoir... pour terminer à nouveau sur l'intro.
Image qui a son importance car ce cercle vicieux rend le regain de couleur final assez vain...

Pas d'accord avec les pistes prolongées inutilement, aucune longueur, tout est à sa place et le fait de rallonger les pistes est necessaire à cette desolation et ce voyage que l'album propose... et ca se repete jamais, malgres ces longueur, chaque piste est extrêmement variénet sait juste pousser l'atmosphere un peu dans la durée parfois pour permettre de nous y noyer.

Un album de black prog folk juste magnifique et post apocalyptique dans une forêt en ruine sans la moindre trace humaine mais avance vers sa propre reconstruction en nous oubliant déjà.
Pas besoin de violence ici, elle est humaine et déjà disparue.
Icare - 04 Septembre 2013: J'avoue que je n'entends pas non plus de trace de sympho, au contraire, je trouve la musique merveilleusement simple et épurée et d'autant plus touchante...
Miskatonic - 14 Novembre 2013: Aucune longueur pour moi non plus dans cet album merveilleux que je pourrais écouter en boucle toute la journée. C'est beau, inspiré, propice à l'introspection, atmosphérique et terriblement ambiancé.

A l'écoute de The Mantle j'ai plus d'une fois pensé au fer de lance du post-rock, Godspeed You ! Black Emperor, et vois d'ailleurs Agalloch comme son cousin métallique, jouant une sorte de post-black mélancolique et doux, sombre et désenchanté, toujours ténébreux.
tormentor - 29 Avril 2017: À l'écoute de cet album hier, il m'a tout de suite accroché avec cette ambiance sombre et mélancolique, et cette guitare acoustique sensas! Le rythme lent passe super bien et cela nous fait ressentir plein de choses. Franchement bon skeud de ces américains qui font une musique plutôt scandinave.
Il faut que j'approfondisse ce groupe qui m'a touché. Donc coup de coeur pour moi.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire