The Last in Line

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Dio (USA)
Nom de l'album The Last in Line
Type Album
Date de parution 02 Juillet 1984
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album642

Tracklist

1.
 We Rock
 04:34
2.
 The Last in Line
 05:43
3.
 Breathless
 04:06
4.
 I Speed at Night
 03:21
5.
 One Night in the City
 05:14
6.
 Evil Eyes
 03:38
7.
 Mystery
 03:57
8.
 Eat Your Heart Out
 03:47
9.
 Egypt (the Chains Are on)
 06:57

Durée totale : 41:17


Chronique @ frozenheart

01 Juin 2016

Et bis répétita placent...

Année 1983, suite à l'énorme succès remporté avec son premier album solo, l'excellent Holy Diver, Dio décide de retourner en studio pour enregistrer The Last in Line qui ne sera ni plus ni moins que le deuxième chef-d'œuvre du maître.

Pour cela, le chanteur reprendra les mêmes ingrédients que pour son prédécesseur, le génial Holy Diver. C'est-à-dire un Heavy Metal incisif aux refrains accrocheurs empruntant ses influences autant à Black Sabbath qu'au Hard Rock de Rainbow. Pour ce faire, le chanteur gardera la même équipe qu'en 1983, à savoir Vivian Campbell à la guitare, Vinnie Appice, à la batterie, Jimmy Bain (ex-Rainbow, Wildhorse, Gary Moore) à la basse et un petit nouveau, Claude Schnell (ex-Rough Cutt) aux claviers.

L'album sera produit et supervisé au Caribou Ranch (Colorado USA) par Dio lui-même. Il sera secondé par l'ingénieur du son, Angelo Arcuri, au palmarès impressionnant, et masterisé par le légendaire George Marino, connu pour avoir travaillé à l'époque avec le gratin du Hard Rock et Heavy dont: AC/DC, Guns'N'Roses, Bon Jovi, Motlëy Crüe, Metallica etc... Il décédera malheureusement d'un cancer en 2002 à l'age de 65 ans.

La pochette et l'artwork de l'album seront l'œuvre du cover designer et créateur d'affiches de cinéma Bary Jackson, à qui l'on doit les pochettes d' "Afterburner" et de "Recycler" des Texans de ZZ Top. Celui-ci reprendra le thème du démon déjà présent sur la pochette d'Holy Diver, mais dans une atmosphère plus brumeuse et glauque en dévoilant un paysage égyptien où règne le chaos et représentant tout à fait l'ambiance globale de l'album.

L'opus commence très fort et de la même façon qu'Holy Diver, avec un morceau direct et percutant, "We Rock", hymne parmi les hymnes avec un incroyable et incisif riff de guitare Heavy, ajoutez à cela un son de basse ronronnant. Bref, passons directement par les morceaux qui auront le plus retenu mon attention, à commencer par le beau et heavy "Evil Eyes" où notre lutin chantant s'en donne à cœur joie: écoutez donc ces montées dans les aigus du chant habité de Dio pour vous en convaincre.

Sur cet album, le groupe Dio nous dévoilera également son côté le plus mélodieux, comme l'atteste le mid tempo "One Night in the City" doté d'un chant dramatique et d'un superbe refrain mémorable qui, en condition live, fera des malheurs. Je n'omettrai pas non plus de mentionner le titre-fleuve "The Last in Line" commençant par une lente intro de guitare légère, continuant sur une atmosphère épique soutenue par des interventions de claviers aériens et ténébreux, apportant un côté plus lugubre au propos. S'y ajoutent des interventions de guitares signées Vivian Campbell, lumineux. Celui-ci abattra un travail phénoménal sur ce titre, mais aussi sur l'étendue de l'opus.
Le titre "I Speed at Night", quant à lui, se distinguera par un rythme heavy et puissant accompagné d'un riff de guitare échevelé, tout comme le très mélodique et assez sous-estimé "Mystery" qui, dans un genre Hard Rock, fera des merveilles, soutenu par un chant inspiré du maître de cérémonie et des touches discrètes de claviers, dignes des meilleurs albums de Rainbow.

Passons à l'excellent mid tempo "Egypt (the Chains Are One)". C'est une longue pièce épique de plus de 6 minutes à l'atmosphère et claviers aux sonorités d'instruments égyptiens oppressantes, avec un pont central mélodieux suivi immédiatement d'un solo aiguisé et classieux de Vivian Campbell. Pour la petite histoire, Egypt fut repris par notre reine du Metal et amie de Ronnie Dio, Doro, sur la compilation Holy Dio "Tribute to Ronnie James Dio" parue le 25 janvier 2000, mais aussi sur la compilation Ronnie James Dio "This Is Your Life" où le gratin de Metal vient rendre un dernier hommage à l'un des pères de la musique Metal. Vous l'aurez compris, tous les morceaux auront leur place dans cet opus et y apporteront diversité et curiosité, du moins dans le contexte de l'époque, où chaque sortie d'album de Heavy Metal et Hard Rock était une découverte pour le Hard rocker lambda.

En conclusion: The Last in Line restera à mes yeux un chef-d'œuvre d'une époque révolue, mais ô combien riche d'enseignements, fait d'une musique puissante, classieuse et jouée par une formation de fines gâchettes, que personne ne pouvait arrêter, pas même le départ en 1986 de son guitariste Vivian Campbell. Il sera remplacé au pied levé la même année par l'ex-Guiffria, Rough Cutt, Craig Goldy qui inscrira par son style les plus beaux riffs et solos éparpillés sur pas moins de 3 albums de Dio, à différentes périodes. Mais ceci est une autre histoire...

The Last in Line, un album à ranger aux côtés des plus réussis du groupe, dont Holy Diver bien évidemment!

5 Commentaires

18 J'aime

Partager

PhuckingPhiphi - 01 Juin 2016: Merci pour la kro de cet album de légende.

Après celui-ci, Dio parviendra à maintenir la barre jusqu'à Dream Evil (album à mon sens fort sous-estimé), avant de piquer du nez niveau inspiration à partir de Lock up the Wolves. Mais ceci est une autre histoire, qui n'a au demeurant que peu d'importance à l'écoute de ce The Last In Line à la magie intemporelle.

"We'll know for the first time
If we're evil or divine
We're the last in line"
judasblade - 01 Juin 2016: Après un premier LP /pure chef d'oeuvre on pouvait s'attendre à une baisse de régime...et bien non, Last in Line est tout aussi fabuleux et pas seulement que pour la voix magnifique du regretté RJ Dio.
Hellsinner - 15 Juin 2016: Super chro', j'ADORE cet album (sans doute mon préféré de Dio), tout est vraiment superbe ; One Night in the City est une pure tuerie, les hymnes que tu as cités sont géniaux, bref il n'y a pas grand chose à jeter !
melpo - 14 Avril 2017: Ce qui est extraordinaire avec Dio, c'est l'association de musiciens de haut niveau pour nous proposer une synthèse géniale de ce qui se fait de mieux dans le métal de ces années. Je pense que ta chronique le montre bien.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Darklau

15 Fevrier 2008
On ne présente plus Dio, l'un des meilleurs chanteurs du Heavy Metal traditionnel qui, avant de monter son propre groupe, a joué avec des pointures comme Roger Glover ( La grenouille qui chante Love Is All dans le célèbre clip vidéo, c'est lui ), mais aussi avec Ritchie Blackmore ( et son groupe Rainbow ) et Black Sabbath notamment.
Dans la longue carrière du groupe Dio, agrémentée de moult changements de guitaristes et de productions inégales, The Last in Line, digne successeur du chef-d'œuvre qu'est Holy Diver ( 1983 ), nous replonge dans l'univers fantastique de Ronnie le magnifique.
We Rock déboule au son d'une batterie surexcitée. Du pur Heavy Metal old school comme on n'en fait plus. Belle entrée en matière pour un disque qui ne vous décevra pas, j'en fais le pari.
Ensuite, le titre The Last in Line vous emporte sur un rythme saccadé sur fond de claviers martiaux. La voix de Dio y est hargneuse à souhait et donne toute sa dimension surnaturelle au morceau.
Breathless ne vous laissera pas un souvenir impérissable malgré son refrain pourtant accrocheur.
Le rythme s'accélère avec I Speed At Night, mené à un train d'enfer par une section guitare complètement folle.
Vient la perle de One Night In The City. Là, le rêve vous prend et vous partez vers des contrées improbables où le Sieur Dio himself vous sert de guide (de luxe).
Evil Eyes remet un peu les gaz, toujours accompagné de la guitare irréprochable de Vivian Campbell. La magnifique voix de Dio délivre ici toute sa puissance envoûtante.
Mystery a, quant à lui, mal vieilli, en partie à cause de ses sonorités de claviers mais reste un titre agréable ( le solo de Campbell y est somptueux ).
Rien à redire sur Eat Your Heart Out, une bel exemple de composition Heavy Metal classique qui fonctionne toujours.
Le tempo plus lent de Egypt termine l'album, soutenu par une section rythmique infaillible et, une fois de plus, Dio y montre toute l'étendue de son lyrisme, son chant très mélodique réussissant à envelopper la chanson d'une aura mystérieuse.
Nul doute que, dans la discographie de Dio, The Last in Line rejoint Holy Diver au panthéon des meilleurs albums de Heavy Metal.

7 Commentaires

7 J'aime

Partager

MattMaiden - 11 Décembre 2012: James !!!!!! Faut avouer que la ressemblance est frappante !
PhuckingPhiphi - 01 Juin 2016: Heuuu... N'est-ce pas plutôt tout simplement Claude Schnell que l'on voit dans la voiture ?!!!

D'autant plus que, outre l'incongruité de sa présence, je ne crois pas que James Hetfield arborait la moustache à l'époque…
Chriscatcher - 08 Juin 2016: C'est bien Claud Schnell :)

https://img.discogs.com/MJvreIToye4LPFS5PhE8ooFYCZY=/500x332/smart/filters:strip_icc():format(jpeg):mode_rgb():quality(90)/discogs-images/A-583572-1285090716.jpeg.jpg
PhuckingPhiphi - 08 Juin 2016: Il me semblait bien aussi… ;)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire