Terra Incognita

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Gojira
Nom de l'album Terra Incognita
Type Album
Date de parution 19 Mars 2001
Style MusicalDeath Thrash
Membres possèdant cet album605

Tracklist

Re-Issue in 2009 by Listenable Records with 3 bonustracks.
1. Clone 05:00
2. Lizard Skin 04:32
3. Satan Is a Lawyer 04:25
4. 04 02:11
5. Blow Me Away You (Niverse) 05:12
6. 5988 Trillions de Tonnes 01:20
7. Deliverance 04:56
8. Space Time 05:23
9. On the B.O.T.A 02:49
10. Rise 05:12
11. Fire Is Everything 04:59
12. Love 04:22
13. 1990 Quatrillions de Tonnes 04:17
14. In the Forest 12:11
Bonustracks (Re-Issue 2009)
15. Clone (Live)
16. Love (Live)
17. Space Time (Live)
Total playing time 1:06:49

Chronique @ eulmatt

01 Octobre 2007
Quand à l’aube du nouveau millénaire, Gojira se lance dans la création de son premier CD, le combo français sait parfaitement où il souhaite aller. Bien loin d’être freinés par la nécessité de s’autoproduire, les Landais mettent toute leur énergie pour faire de leur premier opus la brillante démonstration de leur talent.
Le résultat ne souffre aucune contestation: Gojira mérite bien une place de choix sur la scène death metal française. Il est vrai qu’à cette époque, le vide laissé par les Massacra, Loudblast et consorts après leur (trop courtes) années de gloire est béant.
Que nous propose donc Gojira de si particulier ? La pochette du CD dénote déjà une rupture avec l’imagerie traditionnelle du metal extrême.
C’est pourtant sur deux minutes de death brutal que n’aurait pas renié certains ancêtres que débute l’album. Beats ravageurs, riffs élémentaires, tortueux et redoutables, cette entrée en matière de Clone serait presque à percevoir comme une présentation sans ambiguité: Gojira est un groupe de death metal, point.
Cette mise au point étant faite, la suite du titre prend délibérement l’auditeur à contre-pied: on enchaîne le morceau dans une ambiance tout à fait particulière, aérienne et onirique: chant clair, rythmique lente, le tout entrecoupé d’un intermède musclé et massif complètement déshumanisé pour finir quelques secondes sur une touche plus classique, lente et angoissante. Sur un seul titre, Gojira a déjà fait preuve d’une capacité indiscutable à jouer avec les ambiances et les émotions.
Lizard Skin révèle la nature profonde de Terra Incognita, et définitivement de la musique des Landais: un death metal glacial, très dépouillé, frôlant l’industriel, qui laisse l’illusion d’être totalement déshumanisé; et pourtant riche d’émotions... Ce paradoxe est une marque de fabrique qui fera d’ailleurs le succès de Gojira par la suite, mais ce coup de patte est déjà bien marqué.
On franchit allègrement les frontières de l’expérimental avec Satan Is A Lawyer, empreint de bonnes idées mais trop déconcertant pour mon oreille qui souffre du manque de cohérence.
Après un intermède instrumental, les affaires reprennent avec apreté et rigueur sur Blow Me Away. Là encore, les accents industriels mis en exergue par une batterie particulièrement puissante et opiniâtre sont relayés par une seconde partie plus complexe s’articulant autour d’un riff minimaliste qui s’étouffe finalement dans une dissonante abyssale ponctuée des hurlements de Joe Duplantier.
L’intensité monte encore d’un cran sur Deliverance, toujours bâti sur le même modèle: 2 minutes de death massif, où les influences de Morbid Angel se font plus présentes. Puis enchaînement sur des passages plus nuancés, moins étouffants et plus aériens. Construction que l’on retrouve finalement sur la plupart des morceaux (en plus de ceux déjà cités il faut ajouter le très (trop) contrasté Fire Is Everything).
Space Time pousse plus loin cette recherche onirique qui au fur et à mesure des titres confère à la musique de Gojira une personnalité tout à fait unique. Celle-ci s’amuse à se dissimuler derrière un death metal technique de grande qualité par ailleurs. Il est d’ailleurs assez singulier de trouver autant d’intermèdes instrumentaux ou du moins expérimentaux sur un disque de death metal (04, 5988 Trillions de Tonnes, On The B.O.T.A, 1990 Quatrillions De Tonnes), d’autant plus que Gojira ne perd jamais l’occasion de saluer ses maîtres en la matière que sont les Floridiens de Morbid Angel: un morceau comme Rise en est la brillante démonstration. Où comment afficher son respect à la tradition tout en jouant la carte de l’innovation et de l’originalité.
Cette débauche de bonnes idées et d’innovations provoque parfois une forme de saturation, sans doute dû au degré d’exigence nécessaire pour vraiment rentrer dans la démarche artistique de Gojira. A ce titre, le dernier morceau du disque, In The Forest, est particulièrement significatif: près de 5 minutes d’un metal expérimental marchant quasiment sur les plates-bandes de Meshuggah, puis un prolongement instrumental presque New Age...
A vouloir trop en faire (le disque dure plus d’une heure), les Landais perdent parfois le fil et s’enferment dans une démarche trop expérimentale et trop décousue. Sans doute l’envie de trop trop bien faire à travers ce premier disque.

Ces bémols sont cependant bien légers comparés à l’excellence du contenu et les promesses qu’il annonce. Je ne m’étendrais pas sur la qualité de la production, qui est finalement suffisament correcte pour assurer un minimum de puissance à une musique qui en a bien besoin.

La maîtrise technique des musiciens (l’ensemble basse/batterie est une machine de guerre...), leur créativité débordante et la qualité du death metal qui sert de support à la richesse musicale globale de Gojira respire à chaque note de Terra Incognita. L’homogénéité et la cohérence artistique, parfois manquantes sur ce disque, s’afficheront progressivement dans la suite de leur discographie, pour transformer ce premier coup d’essai en coup de maître.

Et pour garder le meilleur pour la fin, comme pour annoncer que le meilleur est à venir, il faut absolument mettre en avant le titre Love, celui que je trouve le plus abouti de l’album: un modèle de maîtrise pour un morceau de death metal d’antologie où le style Gojira prend toute son ampleur. La grande classe.

10 Commentaires

27 J'aime

Partager

La_Te_Ra_Lus - 09 Octobre 2010: Gojira, c'est le summum du Metal extrême Français, il suffit de regarder simplement leur première galette, c'est du tout bon! Peut-être mon préféré du groupe (Je les ai découverts avec celui-ci). Du brutal, du progressif, et des pistes extrêmement angoissantes ! ( 1990 Quatrillions De Tonnes !!)
Génial.
swit35 - 25 Novembre 2011: Bonne chro qui m'a servie de support pour la 3ème écoute de ce montre - 1er album d'un groupe français - à peine croyable...
Alexandre_Vladimirovitch - 04 Avril 2013: J'ai mis longtemps à apprécier ce Terra incognita, surtout pour cette atmosphère froide, quasi-mécanique que tu relèves justement. Sans doute aussi parce que c'est l'album le plus orienté death metal de leur discographie, et n'étant pas deathster, il m'a longtemps rebuté.
Je le redécouvre en ce moment, et lui trouve les qualités que tu relèves dans ta chronique. Un très grande rigueur dans les compos, et une volonté manifeste de se démarquer, ce qui se traduit par une certaine richesse dans les morceaux. Pas grand chose à ajouter à ton propos donc.
Seulement quelques mots sur les textes, qui sont l'objet de beaucoup de controverses, et ce pour l'ensemble des Gojira, certains les trouvant trop édulcorés, gentils, sans intérêts, et d'autres les élevant injustement au summum de la parole intelligente dans le metal.
Les textes de Joe Duplantier ne donnent pas dans la rébellion bobo juvénile d'un Green Day. A mon sens, il s'agit davantage de textes introspectifs. Il ne s'agit pas de délivrer un message écologique à des adolescents en manque de révolte politique, mais plutôt de livrer ses propres interrogations, sa perception du monde. Au final, ce gars n'écrit que pour lui.
Joe Duplantier est très épris de ce rapport de l'homme à la nature, l'homme en tant qu'élément d'un cycle naturel. Thème qu'on retrouve beaucoup dans The Link, et qui se fait présent sur tous les albums ( All the tears par ex. pour TWOAF ). C'est sous ce prisme que j'envisage les textes à dimension écolo de Gojira, qui n'ont pas de portée politique, mais qui traduisent plutôt les doutes de l'auteur. A cet égard les derniers vers de A sight to behold.
Des textes de qualité à portée philosophique plus que politique ( Clone et Love pour deux exemples parlants ).
Il ne s'agit pas de dire que Gojira a le monopole de la parole intelligente, ce que beaucoup de fans ont tendance à s'imaginer, simplement qu'il s'agit d'autres choses que des messages politiques et écologiques qui invitent à renverser le système et à prendre soin des arbres.

Merci pour la chro en tout cas, qui dit tout ce qu'il y a dire sur cet album.
 
Pomme - 03 Mai 2013: Je n'ai que cet album de Gojira, mais il s'agit du rare (voire du seul) album de metal extrême que j'aime écouter ; c'est de la Terre brute, élémentale, pleine d'énergie ancienne. Une boule de cette énergie bien compacte.
L'Homme en tant que partie d'un cycle naturel, c'est tout-à-fait ce que je pense en plus...

Et merci pour cette chronique !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ mimikurt

04 Juin 2005
Gojira est un groupe de metal indescriptible originaire de Bayonne.Leur metal est assez proche du death par le chant guttural et hurlé du chanteur.La batterie est rapide,les riffs aussi et la basse très lourde.Mais dans leur compos on trouve quelques mélodies que l'on retient assez facilement après plusieurs écoutes.Dans certains passages de l'album la voix se fait plus douce et les riffs plus lents.Dans ces moments la musique est plus "planante" mais toujours aussi agressive.Ce groupe arrive à faire de la bonne musique bourrine sans qu'on est les oreilles enflées à la fin.

Mais cet album a plusieurs défauts!Les morceaux sont assez répétitifs et se ressemblent assez.La voix gutturale du chanteur peut souler au bout d'un moment et on ne l'entend pas beaucoup à cause de la qualité du son qui n'est pas terrible terrible.Sinon c'est un bon groupe à qui je prédits un grand avenir.

Petits plus>>
__Accessible par toutes les oreilles
__Bonne qualité de composition
__Mélodies imparables
__Autoproduction

Petits moins>>
__Voix énervante au bout d'un certains temps
__Morceaux trop répétitifs
__Qualité de son moyenne(mais n'oublions qu'ils sont autoprods)

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire