Magma

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Gojira
Nom de l'album Magma
Type Album
Date de parution 17 Juin 2016
Style MusicalMetal Progressif
Membres possèdant cet album238

Tracklist

1.
 The Shooting Star
 05:42
2.
 Silvera
 03:32
3.
 The Cell
 03:17
4.
 Stranded
 04:29
5.
 Yellow Stone
 01:19
6.
 Magma
 06:42
7.
 Pray
 05:13
8.
 Only Pain
 03:59
9.
 Low Lands
 06:03
10.
 Liberation`
 03:35

Durée totale : 43:51


Chronique @ Eternalis

18 Juin 2016

Jadis dévoreur de mondes et destructeur d'étoiles, Gojira a trouvé le chemin de la rédemption et de la quiétude [...]

« Un art dépourvu de toute spiritualité porte en lui sa propre tragédie.
Car l'artiste véritable est toujours au service de l'immortalité. Il essaie d'immortaliser le monde et l'homme qui l'habite. L'artiste qui n'aspire pas à la vérité absolue, qui se détourne de son dessein universel au profit du particulier, se condamne à une gloire rien qu'éphémère. »
Andreï Tarkovski

Qu’il est difficile de savoir par quel bout débuter cet article, comment commencer à évoquer Magma et tout ce qu’il comporte, que ce soit son contenu, ses attentes, ses aspirations…
Dire que Gojira est devenu une référence est peu dire. Un nouvel album est désormais attendu avec son lot de craintes, de prévisions, de rumeurs et, comme tous les grands groupes, les réactions radicalement différentes des uns et des autres. Des fans de la première heure, de ceux appréciant l’évolution, de ceux-là regrettant, des nouveaux fans, de ceux n’écoutant que la musique et de ceux souhaitant aller plus loin dans la lecture du voyage proposé par les frères Duplantier.

Une chose est néanmoins certaine : la mutation est désormais achevée. Jadis dévoreur de mondes, destructeur d’étoiles et annihilateur d’êtres vivants, Gojira a trouvé le chemin de la rédemption et de la quiétude, d’un ultime pardon si peu répandu dans notre humanité. Si peu compris également.

Ses musiciens ont changé. Certains sont devenus pères, ils ont vu des êtres proches mourir (la maman Duplantier notamment) et ont trouvé refuge dans une musique qui n’est plus là pour inspirer brutalité et soumission mais puissance salvatrice et recueillement spirituel. Certes, certains diront que Gojira a toujours eu en lui une connexion presque cosmique, une spiritualité supérieure qui donnait une autre définition à la violence. Cet aspect solennel n’a pas changé ni disparu. Cependant, là où des titres comme "The Art of Dying", "Mouth of Kala" ou "Flying Whales" laissaient filtrer cette aura par intermittence en jouant sur plusieurs tableaux, cet aspect est désormais au centre et la base des compositions. Ce ne sont plus des titres extrêmes dans lesquels on intègre des intermèdes ou des passages planants mais l’inverse, où la vision extrême n’intervient que par intermittence, par sursaut, comme pour montrer que la puissance, le visage dogmatique de l’être Gojira ainsi que sa domination ne disparaitra jamais complètement. Il sait juste désormais se mettre en retrait. Comme si le monstre bestial sommeillait, restant dans l’ombre et ressurgissant à quelques instants, démontrant qu’il est bel et bien là. Il préfère simplement sommeiller et laisser Gojira prier pour un monde meilleur et plus stellaire, où le pardon et le respect de l’autre est central.

Musicalement, "Magma" est bien évidemment déroutant et une seule écoute n’est pas envisageable pour comprendre le propos. On passe de surprise à déception puis compréhension du propos et enfin acceptation. Les avis seront partagés, forcément, mais Gojira n’en a désormais que faire.
La puissance semble initialement avoir disparu, la violence également au profit d’un côté mystique et quasi religieux constant. Puis, de fil en aiguille, il apparait clairement que notre cerveau a simplement repéré uniquement les compositions spatiales, sans faire attention aux instants plus brutaux pourtant bien là…et plus le temps passe et plus l’on comprend que finalement, la dernière chose que nous voulions après quatre ans était un vulgaire ersatz des opus précédents.
L’introduction portée par "The Shooting Star" n’est clairement pas commune. Un riff lourd, lent, monolithique mais porteur de lumière. Mario accompagne le titre avec une étonnante clarté, une fausse simplicité épurée de toute démonstration technique et Joe semble en pleine invocation mystique. Sans parler de chant clair qui pourrait offrir une image pervertie de la vérité, on sent planer l’ombre de "From Mars to Sirius", comme "World to Come" ou "To Sirius", preuve une nouvelle fois que Gojira n’a pas complètement changé et que les ponts avec le passé restent bien évidemment existants. L’hypnose prend juste une forme différente…elle plonge cette fois notre âme et nous accompagne vers la lumière plutôt que de nous broyer dans un trou noir.

L’enchaînement des trois titres suivants serait en revanche propre à faire mentir tout ce que l’on pense de "Magma" à la première écoute. Intense, violent, écrasant et dominateur, on retrouve le groupe landais que nous pensions connaître mais à travers un prisme plus épuré, plus direct et, osons le dire, simplement efficace. "Silvera" nous accueille par un riff typique du quatuor, basé sur du tapping et un pattern de batterie alambiqué. Le chant de Joe est imposant, le texte d’une certaine noirceur mais le refrain laisse de nouveau transparaitre cette envie d’ailleurs, ce pardon salvateur expliquant que la violence n’est pas une fin en soi mais peut-être simplement une phase. Il faudra noter la partie soliste de toute beauté, basée sur du tapping (évidemment) mais montant en puissance sur près d’une minute pour transcender le titre sur sa seconde moitié. "The Cell" est clairement plus vindicatif et intense, en seulement trois petites minutes (fait rare lorsqu’il ne s’agit pas d’un intermède instrumental), plus lourd et écrasant que réellement violent. "Stranded", le premier extrait dévoilé, use de son côté d’une pédale Whammy (à l’inverse des sons « glissés » dont Joe et Christian sont désormais coutumiers) qui décale les octaves afin de donner une couleur assez étrange au riff. Les breaks du morceau se veulent assez étouffants, avec uniquement la basse, le chant et la batterie dans un ensemble schizophrénique pendant que le riff sert finalement à rafraîchir l’ensemble, à éclaircir l’horizon et le rendre respirable. L’inverse de l’habitude en somme. Certains diront que le titre est simple et usuel…alors qu’il est finalement d’une profonde mélancolie et que son texte peut recueillir de multiples points de vue.

Les choses changent néanmoins avec "Yellow Stone", intermède shamanique coincé hors du temps, sorte d’interférence temporelle pour mieux amener le titre éponyme, symbole du schisme consumant le disque. Il est comme une litanie, un moment ritualiste où le groupe se donne en offrande à une puissance supérieure. Les arpèges criards, le chant religieux de Joe, le riff en palm-mute…tout donne cette impression de communion qui éloigne littéralement l’auditeur d’une quelconque violence, d’une quelconque humanité même. Il est clairement le titre qui représente le mieux ce qu’aspire à être Gojira désormais, même s’il est déroutant au début. Il en va de même pour "Low Lands" et son riff lui aussi minimaliste laissant beaucoup de place au chant, dans lequel se glisseront même les premiers mots de français du groupe (« Tell me what you see, in the afterlife. Par-delà le ciel, par-delà le soleil »). Cette ébullition créatrice, cette fusion (Magma ?) est une fois de plus comme une prière faite aux cieux, rejetant loin derrière l’étiquette d’un groupe extrême.

Gojira reste le même roc qu’il était mais le montre différemment. Ils ont toujours fait ce qu’ils souhaitaient et en soi, Magma représente une continuité dans la rupture. Ce virage en décevra probablement certains, qui attendent quelque chose de plus vindicatif et qui ne pénètreront pas dans la vision cosmique et proche d’un rituel de l’album. Ceux-là pourront retrouver les anciens albums, ils sont faits pour cela. Ils pourront même, au détour de "Pray", retrouver la lourdeur d’une rythmique impitoyable si les quelques mesures de flute ou les parties claires proches d’un "The Heaviest Matter of the Universe" ne le repoussent pas.
"Magma" pourrait représenter une énigme pour certains et une réponse pour les autres. Il vient en tout cas couronner artistiquement des musiciens sans concessions laissant simplement parler leur instinct. Les avis des uns et des autres ne seront que de sporadiques gouttes dans l’océan d’un Gojira devenant immortel.

32 Commentaires

31 J'aime

Partager

mayhem13 - 09 Fevrier 2017: J'ai adoré cet album, pas dès la première, mais deuxième écoute. Ce groupe ne peut pas être pris comme slayer par exemple, où on demande au groupe de faire du slayer et c'est ça qui nous plait, mais gojira est né pour surprendre, explorer. La conception même du groupe réside en cela, enfin je pense..
dissident0 - 08 Mars 2017:

Je n'ai jamais apprécié Gojira. J'ai écouté tous les albums du premier jusqu'au dernier. Je respecte énormément ce groupe. Je ne peux pas dire que c'est pas un bon groupe tant ils ont parcouru du chemin. Mais alors, un matin que j'écoutais magma pour la 20 ème fois ( ouais je suis un obsessionnel) j'ai pris une grosse claque ! Album génial ! cohérent, maîtrisé, mystique, lyrique, compact. Ayant donc écouté les autres albums plusieurs fois je trouve que Magma va à l'essentiel. Coup de cœur pour moi depuis janvier je m l'écoute en boucle.

growler - 03 Avril 2017: Bon, je révise mon jugement, même si je n'apprécie pas ce disque sur cd, il faut bien reconnaître que, sur scène, c'est une autre affaire. En fait ce disque est taillé pour le live et le concert d'hier soir, à l'Olympia, et bien, ça a été une bonne grosse branlée!!! Le fait qu'il y ait l'écran diffusant diffusant des images derrière Mario, donne une autre dimension aux titres de Magma. J'ai fait 700 bornes dans la journée pour voir Gojira, et bien, je ne le regrette pas...ma fille aînée non plus, c'était son baptême et elle est sous le choc (dans le bon sens du terme).
Baal666 - 20 Mars 2018:

Haha Growler, j'espère être dans ton cas d'ici quelques années ^^

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ JeanEdernDesecrator

12 Août 2017

Gojira fait du rock, mais du lourd. Vraiment lourd.

On dit que passer de la musique classique à une rose l'aide à s'épanouir. Il se trouve que j'ai un rhinocéros de compagnie, répondant au doux nom de Choupinosaure. Il faut dire que j'ai acheté Choupinosaure pour chasser les méchants chats du quartier. Vous savez, ces vilains chats teigneux qui mettent des branlées griffues à tous leurs congénères, et ont pour particularité d'avoir un regard de belzébuth faux et vicieux. Quand j'en vois un, j'ouvre la barrière de Choupinosaure, et il court l'éperonner d'un grand coup de corne, avant de l'étaler façon pizza margarita. Mais avec tout ça, le soir, il me fallait lui passer du Gojira sur la sono 4000 W de l'enclos pour qu'il parvienne à s'endormir.

Le groupe, réputé pour sa lourdeur pachydermique et une puissance scénique remarquable faisait dans le somnifère enclume. Au point de s'endormir un peu tous seuls, après des débuts prometteurs, reproduisant trop souvent les mêmes tics : trop de riffs messhuguesques monolithiques, de breaks tordus à la double grosse caisse à brûle pourpoint, et le manuel de l'harmonique en 42 leçons bien appris par coeur. Ils auraient bien pu continuer la recette qui gagne, puisque Gojira est un des rares groupes français à pourvoir revendiquer le statut de groupe culte à l'extérieur de ses frontières. Le précédent opus "L'Enfant Sauvage" avait tout de même amorcé un regain d'inspiration et d'intensité. Etait-ce un sursaut dans la nuit avant de retourner dans les bras de Morphée ?

Magma s'ouvrant sur un "The Shooting Star" lent et presque mélancolique, à la limite du stoner, je me suis préparé une camomille au Lexomil, au cas où. Mais dès "Sylvera", j'ai laissé tomber les pillules de surprise pour bénéficier de toutes mes capacités cognitives et auditives : Gojira fait du rock ! Tiens la preuve, Joe Duplantier s'est raccourci les cheveux ! Et n'arbore-t'il pas fièrement une Charvel reprenant la mythique Fender Telecaster ? LA guitare rock, qui donne au metal un petit je ne sais quoi d'authentique, qui sent le bois et la nature. Bon, j'exagère, ils on fait un virage vers le rock. Léger, un écart prolongé. Le son est moins gras et saturé, il y a moins de riffs, mais du coup, ils ont gardé les meilleurs. "Sylvera" se tatoue dans la tête dès la moitié de la première écoute. Mais quid de la lourdeur ? Le troisième titre vient répondre à cette question, et les frères Duplantier peuvent aller faire homologuer "The Cell" pour le Riff le Plus Lourd de l'Histoire du Metal dans le Livre Guiness de la bière, pardon, des records. "Stranded" est un peu dans la lignée Death rock, ultra efficace. On a vraiment affaire à des chansons, plus construites et simples, où le chant est plus crié que guttural, et il y a aussi quelques passages plus clairs, voire sensibles. La batterie plus épurée, groovy, ménage ses effets pour maximiser les dégats.

Après un petit intermède "Yellow Stone" style stoner du chiapas tout à fait dispensable, "Magma" le bien nommé refait un peu dans le pousse-au-pieu, descendant paresseusement du volcan. Les très bons "Pray", "Only pain" et "Low Lands" font un peu la synthèse de ce Gojira 2016, reposé et sûr de sa force. Dommage qu'on finisse par un "Liberation" qui fait plus boeuf au coin du feu à la plage à Royan pour clore cet album. C'est bien gentil, les morceaux instrumentaux bouche-trou, mais faudrait pas trop abuser (Monsieur Ihsahn est prié de ne pas rigoler, son "Das Seelebrechen" est je le rappelle, un véritable demi-album).

Et Choupinosaure, alors ? Mon rhinocéros de salon s'endort quand même sur le nouveau Gojira, mais il headbangue sur la moitié de l'album avant de tomber, ce qui n'est déjà pas si mal.

5 Commentaires

3 J'aime

Partager

JeanEdernDesecrator - 12 Août 2017: Je conçède que la chronique est un peu décalée sur les bords... Mais le portnawak ne concerne que les deux tiers du texte :-)
Skalyto - 13 Août 2017: J'aime bien ton style de chroniqueur continue comme ça
Et passe le bonjour à Choupinosaure
JeanEdernDesecrator - 13 Août 2017: Merci pour tes encouragements, Choupinosaure est vautré dans son enclos, je vais lui faire une caresse pendant qu'il dort
hadsonners - 27 Août 2017: J'aime bien ta chronique, elle est décalé et originale, ça change.
Merci à toi !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire