Tarot

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Dark Moor
Nom de l'album Tarot
Type Album
Date de parution 21 Fevrier 2007
Produit par Enrik Garcia
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album117

Tracklist

1. The Magician 01:29
2. The Chariot 04:24
3. The Star 04:29
4. Wheel of Fortune 03:59
5. The Emperor 04:09
6. Devil in the Tower 07:52
7. Death 05:00
8. Lovers 04:06
9. The Hanged Man 05:31
10. The Moon 11:31
Bonustrack
11. The Fool 04:12
Total playing time 56:42

Chronique @ Midiane

10 Août 2007

Dark Moor est un groupe de métal espagnol dit "symphonique", existant depuis 1994 (1999 pour le premier album). C'est un groupe qui n'a pas forcément remporté tous les suffrages, ayant changé un line up excellent (le départ de la chanteuse Elisa C. Martin fut un coup dur pour tous les fans et les critiques ont fusées de toutes parts). Cependant, le nouveau chanteur, Alfred Romero, se montre malgré tout à la hauteur auprès de ses petits compatriotes ; trop souvent sous-estimé, il réussit à assumer cette place essentielle au sein du groupe avec brio et classe. Le dernier album avait laissé une piètre image du groupe aux yeux de beaucoup ; "Beyond the Sea" avait largement déçu le public. Avec "Tarot", Dark Moor nous réservait une bien bonne surprise : l'album surpasse non seulement le dernier album mais est véritablement pour moi le meilleur de leurs 6 albums (Période Elisa et Romero confondues !!). "Tarot" reste donc une superbe réussite. La production est prise en charge par l'italien Luigi Stefanini et propulse Dark Moor bien plus loin dans notre estime de cœurs glacés et exigeants qu'ils n'avaient réussi à le faire précédemment. Les quelques rancuniers "Beyondtheseayiens" oublieront facilement leurs petites déceptions à l'écoute de cette petite perle. On nous livre ici un album concept étonnant s'articulant autour des arcanes d'un jeu de Tarot. Le soin qu'ont apporté les espagnols titille notre imagination en cultivant le mystère d'un thème encore jamais abordé... Après l'intro "The Magician", relativement basique, on passe à un des meilleurs morceaux de la galette. En effet, "The Chariot" ouvre véritablement l'album : le morceau est entêtant, je dirais même obsédant, (je ne parviens pas à oublier ce refrain inépuisable !) ; l’orchestration alliée à la puissance de chœurs judicieusement placés font de ce morceau un vrai succès.

Déjà persuadée de la qualité de l'album, j'entame le troisième morceau, "The Star", qui nous entraîne dans un mélange habile de riffs superbes à dominance symphonique, où la voie de Romero fait éclater toute la magie de la chanson. Ce morceau nous réconcilie avec les influences des albums précédents mais reste malgré tout original et innovant. Le metal habituel symphonique des espagnols se fait plus poussif dans "Wheel of Fortune" et dérive vers un speed mélodique qui nous tient à bras le corps durant tout le temps de ce titre qui passe décidément bien trop vite à mon goût. Saut à suivre, en passant rapidement sur "The Emperor" aux tonalités médiévales et épiques. "Devil in the Tower" s'illustre comme le morceau le plus différent par rapport aux autres. Second morceau le plus long de l'album, une vraie surprise purement heavy. La prestation vocale de Romero nous laisse admiratifs et ne fait pas regretter la pourtant excellente Elisa. Les influences de Dark Moor se retrouvent toutes dans cette chanson aux multiples facettes pour créer un univers personnel, attirant et exceptionnel. "Death" et "The Lovers" se distinguent quant à elles par leur antagonisme : le premier, féroce et sombre, le second plus tendre et symphonique que jamais. "The Hanged Man" est aussi un titre que j'affectionne particulièrement. L'orchestration y est sublime ! J'en arrive déjà à MON morceau. Celui qui justifierait à lui seul l'achat de cet album : "The Moon", qui demeure le petit bijou de la galette. Deux styles plutôt différents mais qui se marient au final à merveille : tout le classique des symphonies de Beethov' (une reprise magnifique de la "Sonate Au Clair De Lune" à la guitare électrique) et tout le heavy et la puissance dont est capable le groupe. Je ne me lasse pas d'écouter ce morceau empreint de majesté. La note mélancolique et tragique ne se lasse pas de me faire frissonner. Je suis vraiment amoureuse de ce morceau...

Conclusion...

Voilà une chronique sûrement bien peu objective me direz-vous... C'est vrai que je ne peux cacher que j'adore véritablement cet album et après avoir reçu le "Beyond the Sea" avec une indifférence totale... Le scepticisme dont j'aurais pu faire preuve face à ce petit dernier aurait pu largement entacher mon enthousiasme vis-à-vis de celui-ci. Alors, je fais un mea culpa : j'ai beaucoup attendu avant d'acheter le CD et même si, persuadée du talent de Romero (et j'ai déjà donné mon avis à plusieurs reprises sur le jugement que je lui portais), je confirme ici toutes les bonnes pensées que j'avais sur le groupe. Pas (ou presque pas) de fausses notes ; j'aime le concept de cette musique. L'album a un aspect mystérieux et impérieux. Un petit goût de "Avantasia". Le talent de Romero rejoint celui de Khan dans Kamelot et même le petit Tobias Sammet de Edguy. C'est dire si j'apprécie ! Voilà donc un album magnifique qui saura séduire les réfractaires du genre, un album travaillé et cohérent, puissant, et tout simplement magique.

2 Commentaires

6 J'aime

Partager
AkerfeldtOpeth - 15 Mai 2012: Très bon album, un de meilleurs groupe espagnol.
Elvangar - 01 Septembre 2012: Franchement c'est pas plus mal que la chanteuse soit partie, elle chantait comme une clé à molette...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire