Tales of the Crown

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Axel Rudi Pell
Nom de l'album Tales of the Crown
Type Album
Date de parution 24 Octobre 2008
Labels SPV
Style MusicalHeavy Mélodique
Membres possèdant cet album76

Tracklist

1.
 Higher
 
2.
 Ain't Gonna Win
 
3.
 Angel Eyes
 
4.
 Crossfire
 
5.
 Touching My Soul
 
6.
 Emotional Echoes
 
7.
 Riding on an Arrow
 
8.
 Tales of the Crown
 
9.
 Buried Alive
 
10.
 Northern Lights
 

Chronique @ metalpsychokiller

06 Décembre 2008
Allez, nous n’allons pas faire l’affront d’une présentation d’ARP, vieux de la vieille s’il en est puisqu’officiant mine de rien depuis 1989 et délivrant, ce qui ne nous rajeunit pas, un 18 ème album -dont douze « studios »- avec ce « Tales of the Crown ». Adepte de la première heure du gratteux compositeur de Bochum, celui-ci ne m’a jamais laissé déçu, si ce n’est parfois par cette manie de pondre quelques offrandes de ballades ou par le dernier « Diamonds Unlock »en 2007, galette de covers divers et dispensable. Mais bon, il voulait se faire plaisir et cela nous a fait patienter, alors disons « Joker ».

Cependant, pour les jeunes métaleux néophytes, les hibernatus justes décongelés, ou ceux rentrant de voyages interstellaires de plusieurs années lumières, voici le line up de ce dernier opus : Axel bien évidemment, l’historique bassiste Volker Krawczak, le monstrueux légendaire batteur tentaculaire Mike Terrana (Rage, Metalium, Masterplan, Artension, Squealer...Etc., et halte au feu) et enfin l’énorme tatoué de claviériste/guitariste qui a du enregistré avec, ou épaulé la moitié des grands noms de la planète heavy, Ferdy Doernberg. Ah oui, il manque le chanteur ; mais bien évidemment c’est toujours Johnny Gioeli, La voix d’ARP, la mise en vocalise des créations, le complice de la dualité locomotive à cet attelage infernal, version teutonne beaucoup plus poussée qu’une paire Us Rob Rock/Roy Z par exemple, et ayant définitivement fait oublié depuis six galettes l’initial Jeff Scott Sotto.

Pas de révolutions pour ce nouvel album, ce que tous fans depuis des lustres redoutent toujours. Le quinton délivre son heavy/power mélodique traditionnel et ciselé par une expérience incommensurable, oscillant selon les plages vers le prog, le speed ; mais majoritairement vers le bon vieux hard rock labélisé eighties. Du Rudy Pell pur jus, bien frais et empli de spontanéité, ou tout sentiment de rengaine est absent malgré les certaines réminiscences habituelles de Rainbow ou Dio et l’absence totale de nouveautés… Enfin, sauf peut être au niveau de la production qui parait être plus emphatique, plus puissante et colossale que précédemment ; le talent de l’ingénieur du son Charlie Bauerfeind n’y étant certainement pas étranger.
Une tracklist haut de gamme, sans temps mort ni plage plus faible. ARP assène sans coups férir et vous conquiert dès le « Higher » inaugural, tellement entendu mais si bien ficelé que l’on s’avoue vaincu et conquis d’entrée. Surfant dans un panel habituel, un « Angel eyes » speedé au refrain power, un « Crossfire » cuirassé, un « Riding on an arrow » à l’intro dont s’enorgueilliraient les Scorpions, un colossal « Tales of the Crown » ou encore un « Buried alive » du feu de dieu… Rien que du bon, du lourd, tendant vers l’excellence et véritablement marqué du Sceau. Des mélodies accrocheuses, des dégoulinés guitaristiques en cascades incandescentes, des riffs acérés et des vocalises calqués à merveille sur l’esprit des compos ; du grand art tout simplement. Une mention spéciale au titre instrumental « Emotional echoes », débuté à l’acoustique et … L’on en dira pas plus pour vous laisser le plaisir de la découverte.

Au final, comme une métaphore sur les ados voulant du Coca, du Mac do, de l’Adidas…, et pas autre chose. ARP est un label, une Aoc, une marque de fabrique dont on ne peut se lasser si on l’en apprécie les ingrédients. Ce d’autant plus que notre teuton ébouriffé est au sommet de sa forme, et que son « Tales » entrera sans conteste dans le tiercé gagnant de ses offrandes

17/20 MPK

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ ralph88

03 Décembre 2008
Axel Rudi Pell est un guitariste allemand, né en 1960, et œuvrant sur la scène métallique depuis près de 25 ans.
Guitariste de génie, il compose tous les titres, tant musique que paroles, et joue comme un dieu de la guitare, parvenant à produire un son à la fois puissant et mélodique.
Sur tous ses albums, chaque titre présente une partie chant des plus mélodiques (pas de hurlements ici), avec toujours une large part pour des solos de guitare absolument géniaux, toujours décoiffants, plein d'énergie et de mélodie et qui, toujours au service du morceau, ne dérivent jamais vers la démonstration technique.
Après une bonne quinzaine d'albums, Axel Rudi Pell nous délivre son nouvel opus, "Tales of the Crown", composé de 10 titres chantés.

Dès le premier titre, on reconnaît immédiatement le son unique du maître, qui nous gratifie d'un morceau de plus de 7 minutes, puissant et mélodique, la marque de fabrique d'Axel Rudi Pell.
C'est d'ailleurs le problème : les titres s'égrènent, c'est de l'Axel Rudi Pell, efficace, bon, parfois très bon, mais pas génial. Pas évident de toucher les cieux à chaque titre, même si nous n'en sommes pas loin, mais pas tout à fait.
L'album est bon, avec deux très bonnes pistes, notamment la première "Higher" et la 5ème "Touching my Soul", la balade métal de l'album, particulièrement réussie. Axel Rudi Pell est d'ailleurs particulièrement efficace dans les balades, au point qu'il a sorti pas moins de 3 albums "best of" contenant uniquement ce type de titres.

Donc un album efficace, bien ciselé, tout le temps bon, parfois très bon, mais pas génial. Il n'atteint pas le sommet qu'était, à mon sens, l'album "Oceans of Time" de 1998, qui reste à mon sens LA référence absolue des albums d'Axel Rudi Pell, et qui reste absolument génial dix ans après.

Pour ceux qui ne connaissent pas, je vous recommande vivement d'écouter cet album de 1998, qui n'a pas pris un ride. Pour ceux qui connaissent, "Tales of the Crown" plaira, mais il reste le dernier rejeton d'une entreprise bien rodée (un album par an), à qui il manque la petite étincelle de génie, mais qui reste toujours aussi efficace et excellente. Un 15/20 sans problème à mon goût.

3 Commentaires

5 J'aime

Partager
 
GLADIATOR - 03 Décembre 2008: Tout à fait exact .
....Manque l'étincelle du génie . Merci . Glad.
HRPASSION - 03 Décembre 2008: Bon mais sans plus (comme il est dit) et surtout un manque d'inspiration. Comme sur chacun de ses albums, il aurait tendance à emprunter des riffs à des groupes connu des '80, cette fois-ci c'est Scorpions, écouter Angel Eyes et Tales Of The crown...ce qui sauve ses morceaux c'est Johnny Gioeli, même ce dernier était meilleur avec Harline, à mon avis...mais bon...faudrait m'expliquer pourquoi je craque à chaque sortie d'un Axel Rudy Pell...
ZazPanzer - 12 Janvier 2010: J'ai pas écouté celui là, mais je me permets d'intervenir car c'est la seule chronique sur ARP (bien rédigée d'ailleurs, merci Ralph)
Je me suis arrêté à Oceans Of Time, qui commençait déjà à être (à mon sens) soûlant et répétitif.
Ses 2 grandes réussites sont pour moi Eternal Prisoner et Magic. C'est pénible que la plupart des groupes allemands n'arrivent pas à évoluer et ressortent toujours le même disque chaque année...
Quant à "guitariste de génie", je trouve qu'il y a un peu d'exagération aussi, c'est surtout du tape à l'œil et c'est toujours les mêmes plans moulinette, avec un son caractéristique, bien plaisant, mais qui n'évolue pas d'albums en albums.
Quant au chanteur, je préférais largement JSS, car Gioeli est très limite sur certains morceaux d'Oceans. Et pourtant je l'adore dans le Hardline de 92.
Voilà c'est dit.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire