Sahara

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Orphaned Land
Nom de l'album Sahara
Type Album
Date de parution 24 Novembre 1994
Labels Holy Records
Style MusicalFolk Death
Membres possèdant cet album118

Tracklist

Re-Issue in 2003 by Holy Records with 3 bonustracks.
1. The Sahara's Storm
2. Blessed Be Thy Hate
3. Ornaments of Gold
4. Aldiar al Mukadisa (Holy Land of Israel)
5. Seasons Unite
6. The Beloved's Cry
7. My Requiem
8. Orphaned Land - The Storm Still Rages Inside
Bonustracks (Re-Issue 2003)
9. Above You All
10. Pits of Despair
11. The Beloved's Cry (Martini Remix - Hangis Han)

Chronique @ Matai

25 Septembre 2009

"Sahara", l'album précurseur de l'oriental metal

En 1991, les Israéliens Kobi Fahri, Yossi Sassi et Matti Svatitzki fondent le groupe Resurrection, désireux d'intégrer des chants et éléments traditionnels dans le heavy metal. Ils ne le savent pas encore mais leur mélange s'annonçait novateur et ambitieux pour l'époque, la musique orientale en tant que tel n'ayant jamais été intégrée à une musique se voulant extrême. Seuls les Turcs de Pentagram/Mezarkabul avaient, pour le moment, jouer dans ce domaine.

Quelques temps plus tard, le combo abandonne leur nom de Ressurection pour Orphaned Land, en français, "terre orpheline", afin de véhiculer un message de paix entre toutes les religions du monde, et surtout entre chrétiens, juifs et musulmans. C'est ainsi que vit le jour la première démo, "The Beloved Cry", suivie de ce premier jet sorti en 1994 et signé chez Holy Records, "Sahara".

Orphaned Land arrive à jouir d'une production tout à fait correct pour ce premier album, officiant dans un death metal brute de décoffrage et teinté d'éléments orientaux et de chants tirés de textes sacrés, une première pour l'époque. Le groupe, sans vraiment le savoir, allait devenir le précurseur de tout un genre, influençant un bon pannel de groupes peu de temps après, tels que Melechesh, Salem et Amaseffer, dix ans plus tard.

"Sahara" est donc un album de qualité. Le premier titre, The Saharas Storm, long de près de 8 minutes (comme pratiquement tous les autres !), est excellent, et nous plonge directement dans l'univers du groupe. Le début du titre commence par des instruments orientaux et des chants arabes, on se croirait dans un lieu saint. Puis arrivent les guitares aux riffs bien puissants, et du double chant, tantôt clair, tantôt growlé. Kobi Farhi a beaucoup de coffre à cette époque, son growl lui sortant réellement des tripes, instaurant une lourdeur typiquement death metal. L'oriental se ressent dans les nuances de chants, de guitares, et les quelques lignes de claviers, venus soutenir l'ambiance traditionnelle de quelques parties.

En réalité, tous les titres sont dans la lignée de "The Saharas Storm", avec d'excellents riffs mais possédant leur empreinte qui permet de les identifier. Par exemple sur "Blessed By Thee Hate", on peut entendre une voix arabe féminine ainsi que sur "My Requiem", tandis que "Ornaments of Gold" est sûrement le titre aux plus grosses consonances orientales, consonances apportées par les guitares, mélodiques à souhait, qui nous emportent à l'autre bout du monde.

L'album possède tout de même deux titres à part, histoire de casser un peu l'élan, "Aldiar Al Mukadisa", où des percus accompagnent des voix d'hommes chantant quelques phrases de la Bible, et "The Beloved Cry", la berceuse de l'album si je peux dire, à l'ambiance calme et relaxante, soutenue par de bonnes lignes de basses et un chant clair très chaleureux.

Le dernier titre, "Orphaned Land, the Storm Still Rages Inside" est sans doute le meilleur titre de l'album, un réel chef d'oeuvre d'oriental death metal. Il est tout simplement parfait. Le début est calme, exotique, les guitares suivent le chant clair qui alterne avec le chant death. Puis ils envoient la sauce. Le refrain est magnifique. Un solo oriental en fond, les deux chants ensemble au premier plan, la basse fait quelques fantaisies...au milieu du titre, un léger break, puis tout part de nouveau. De nouveau une extrême mélodie de la guitare et le chant ...puissant, bien grave. Les deux dernières minutes cassent subitement l'élan : passage à la guitare acoustique très jolie et très inattendue.

1994 est donc une année cruciale pour Orphaned Land qui franchit enfin le cap, devenant ainsi le précurseur d'un genre désormais bien installé. Un album clé et déterminant, qui sera suivi deux ans plus tard de la pierre angulaire de la carrière des Israéliens, marquant un cap vers le désir d'apporter la paix et la fraternité. A posséder.

6 Commentaires

9 J'aime

Partager

Lamikawet - 20 Mars 2011: Bien d'accord avec toi, eulmatt, je ne pense pas que les amateurs de metal actuel kiffent ce genre de groupe.
Ils ne savent ce qu'ils perdent.
Pour ce qui est des étiquettes, j'avoue ne pas y prêter attention; l'important c'est le son
Matai - 15 Avril 2012: Chronique remaniée ce jour, le 15 avril 2012.
MikeSlave - 12 Juin 2012: Thanx pour la chro de cet album trés sympathique.
néanmoins tu cites O.L comme ayant ouvert la voie à Salem qui pourtant officie depuis 1985.
Matai - 12 Juin 2012: Salem a connu son essor qu'au milieu des années 90, donc après OL, avant cela, ce n'était que des petites démos sans prétention. Disons que c'est Orphaned Land qui a permis à d'autres formations du coin de se mettre en valeur et/ou de se former.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire