Run with the Wolf

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Drakkar (ITA)
Nom de l'album Run with the Wolf
Type Album
Date de parution 16 Mars 2015
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album5

Tracklist

1. Rise of the Dark Lords
2. Under the Banners of War
3. Run with the Wolf
4. Watcher on the Wall
5. Ride the Storm
6. Burning
7. Southern Cross
8. Gods of Thunder
9. Invincible
10. Call of the Dragonblood
DISC 2 - Re-recorded bonustracks (Digipack)
1. Coming from the Past
2. Dragonheart
3. Eridan Falls
4. Pure of Heart
5. Galadriel’ Song (Orchestral)

Chronique @ dark_omens

17 Mars 2015

Une fois encore, le quatuor milanais trébuche...

Si l'on excepte deux premiers albums plutôt intéressants, à savoir Quest for Glory et Gemini, deux manifestes dévolus à un Power Metal italien qui, pour faire court et simple, se plaçaient dans la lignée des travaux de Rhapsody, le parcours des Italiens de Drakkar aura été chaotique et jalonné d'œuvres aux qualités pas toujours évidentes. Après un When Lightning Strikes plutôt bon, qui était parvenu à redonner une certaine légitimité aux Transalpins, Run with the Wolf vient, en cette année 2015,

Cette course en compagnie du canidé démarre assez classiquement sur un morceau Heavy Speed Metal épiques aux allures Allemandes assez notoires. Une expression dans laquelle la voix désormais rugueuse et âpre en toute circonstance de Davide Dell'Orto, que l'on pourrait rapprocher, toutes proportions gardées, de celle d'Hansi Kursch (Blind Guardian) ou d'une version un peu moins aigu de celle d'Herbie Langhans (Sinbreed), s'épanouit pleinement. Le titre, certes, classique est plaisant et augure d'un manifeste plutôt sympathique.

Une prédiction qui, malheureusement, se brise assez rapidement sur les douloureux écueils de la réalité. Dès Run with the Wolf l'album prend, en effet, une tournure étrange. Ses claviers aux couleurs très "seventies" nous déconcertent tant ils semblent inappropriées dans cet univers. Le solo de ce descendant du télégraphe musical d'Elisha Gray, que l'on jurerait extrait d'un album de Deep Purple où l'immense, et regretté, John Lord officiait, nous offre même la quintessence de ce malaise. Ces synthés anachroniques, et déstabilisants, pourront également être entendu sur Ride the Storm, sur Call of the Dragonblood, sur Invincible et, plus généralement, de manière toutefois plus succincte sur l'ensemble de cet opus pour un résultat tout aussi peu convaincant.

Puisque nous en sommes à évoquer cet Invincible, il faudra aussi dire quelques mots sur ses mélodies effleurant dangereusement les frontières d'une mièvrerie achevée. Une évidence mise en exergue sur des refrains et une entame embarrassante. Un constat désolant qu'un break plutôt réussi ne pourra malheureusement pas enrayer.

Parlons aussi de Gods of Thunder qui, quant à lui, peut s'enorgueillir de la présence de Terrence Holler (Eldritch) et de sa voix si caractéristique qui, autrefois, lui valut le titre envié de "chanteur le plus prometteur de sa génération". Il fait assurément parti des quelques pistes attachantes de ce manifeste auxquelles vient s'ajouter Watcher of the Wall.

Çà et là, Drakkar aura aussi saupoudré son œuvre de quelques touches folkloriques celtiques inhabituelles pas désagréable, mais qui, fatalement, lui donne une apparence teutonne, et notamment "Blind Guardienne", encore plus prononcée. Southern Cross est d'ailleurs une promenade dans les prairies Irlandaise illustrant parfaitement ce propos.

Une fois encore, le quatuor milanais trébuche. Une fois encore il ne parvient pas vraiment à nous séduire. Une fois encore il nous propose le visage d'une formation qui peine à trouver une identité propre. Dommage.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire