Retrograd

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Horn
Nom de l'album Retrograd
Type EP
Date de parution 09 Mars 2018
Style MusicalBlack Pagan
Membres possèdant cet album3

Tracklist

1.
 Retrograd / Einleitung
 02:04
2.
 Retrograd
 06:01
3.
 Bocksfuß / Einleitung
 01:52
4.
 Bocksfuß
 05:09
5.
 Garant
 04:59
6.
 De Einder
 06:07

Durée totale : 26:12

Acheter cet album

Horn


Chronique @ Icare

06 Mars 2018

Un Ep délicieusement épique, compromis idéal entre ariettes séculaires et black metal solide à la balance admirable

La scène allemande est certainement l’une des plus foisonnantes en matière de black pagan : de Falkenbach à Finsterforst en passant par des groupes comme Obscurity, Nachtfalke, Menhir, Black Messiah, Dark XIV Centuries, Wolfchant, Odroerir, Suidakra ou Equilibrium, les Teutons ont largement exploré toutes les variations de cette scène, offrant tantôt une musique à forte consonance folklorique, un metal tantôt mélodique et épique, tantôt minimaliste et rugueux, ou un black plus cru et sombre. Parmi cette flopée de groupes, Horn a su se faire un nom à la force du poignet, grâce à des sorties très régulières à la qualité constante. L’année dernière, Nerrath, alias Niklas, tête pensante et seul membre de la formation, sortait le très bon Turn am Hang, et le voilà qui remet le couvert avec Retrograd, EP de 26 minutes parfait pour nous faire patienter avant le prochain full length.

Après une introduction très moyenâgeuse menée par des percussions, et ce qui semble être les mélodies entremêlées d’un luth et d’une vièle qui nous ramènent plusieurs siècles en arrière, les choses sérieuses commencent avec l’arrivée du titre éponyme, morceau de bravoure de 6,01 minutes. Retrograd s‘ouvre sur ces notes acoustiques d’un autre temps plaquées sur cette guitare électrique distordue, et le morceau se met en branle, mid tempo rythmé et solide rehaussé par le chant rêche de Nerrath, parfait équilibre entre mélodies des temps anciens et riffs épiques, hymne guerrier où fierté mâle et mélancolie se mêlent en une osmose idéale. Le riff central est un modèle du genre, efficace, guerrier et majestueux, appuyé par un blast qui fait son petit effet, et le morceau s’achève sur une longue partie acoustique tout en douceur susurrée par le luth et le violon.
L’introduction de Bocksfuβ est de toute beauté, empreinte d’une nostalgie poignante et contagieuse incarnée par ces arpèges traînants et ces chœurs résignés. Puis le morceau principal reprend ce leitmotiv avec des instruments électriques, et c’est un rythme tapageur qui vient réveiller nos instincts virils, élans vindicatifs contrebalancés par cette guitare soliste qui souffle une pluie de notes lumineuses aux mélodies imparables et ce chant clair et grave, qui fait un contraste intéressant avec les vocaux black de Niklas.

En définitive, Retrograd est un très bon Ep, délicieusement épique, compromis idéal entre ariettes séculaires et black metal solide à la balance admirable, jamais vraiment violent, mais jamais mielleux ou trop facile dans ses mélodies non plus. On sent vraiment dans ces 26 minutes une âme païenne palpable et authentique, et les passages acoustiques joués par des instruments anciens comme les moments plus purement metal sonnent toujours juste, nous faisant voyager dans le temps. Tour à tour entraînant, rugueux et mélancolique, cette nouvelle sortie de Horn s’inscrit parfaitement dans la continuité de Turn am Hang et confirme la position du one-man-band au sommet d’une scène black pagan allemande pourtant réputée de qualité. Comme quoi, il est parfois nécessaire de se tourner vers le passé pour conquérir l’avenir…

0 Commentaire

4 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire