Punk's Not Dead

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe The Exploited
Nom de l'album Punk's Not Dead
Type Album
Date de parution 1981
Style MusicalHardcore
Membres possèdant cet album68

Tracklist

Re-issue in 2014 by Nuclear Blast with a bonusdisc
1. Punk's Not Dead 01:49
2. Mucky Pup 01:41
3. Cop Cars 01:50
4. Free Flight 03:32
5. Army Life 02:36
6. Blown to Bits 02:36
7. Sex and Violence 05:07
8. S.P.G. 02:04
9. Royalty 02:04
10. Dole Q 01:49
11. Exploited Barmy Army 02:25
12. Ripper 02:01
13. Out of Control 02:51
14. Son of a Copper 02:38
15. I Believe in Anarchy 02:00
Total playing time 37:03
DISC 2 (Re-issue 2014)
1. Daily News (Oi! the Album)
2. I Still Believe in Anarchy (Oi! the Album)
3. Army Life (Single Version)
4. Fuck the Mods
5. Crashed Out
6. Exploited Barmy Army (Single Version)
7. What You Gonna Do
8. Dogs of War
9. Blown to Bits (Live Version)
10. Dead Cities
11. Hitler's in the Charts Again
12. Class War

Chronique @ wodulf

18 Fevrier 2013

Le punk n'est pas mort !

L'histoire de The Exploited c'est avant tout l'histoire de Wattie Buchan, ce jeune écossais issu d'une famille pauvre qui, pour sortir de son trou décide de s'engager dans l'armée. C'est donc sous l'uniforme qu'il va découvrir le mouvement punk avec les Sex Pistols, The Vibrators (les deux plus grosses influences de The Exploited) mais aussi The Damned et Skrewdriver. Etant un jeune homme au tempérament violent et bagarreur, Wattie devient rapidement skinhead. C'est son envie de former son propre groupe qui le pousse à quitter à l'armée.
The Exploited est donc fondé en juin 1979 avec Wattie au chant -qui était encore skinhead à l'époque -, Dru Stix à la batterie, Hay Boy à la guitare et Mark Patrizio à la basse.
Après la séparation des Sex Pistols en 1978 puis la mort de Sid Vicious en 1979, le mouvement punk va connaître une phase de mutation avec l'émergence de courants alternatifs comme la new wave. Pas mal des vieux groupes qui étaient là en 1977, comme The Damned, The Stranglers ou Understones vont soit suivre cette évolution soit considérablement adoucir leurs propos. A tel point qu'un jour, un journal anglais a titré : Punk is dead.
The Exploited a été formé en réaction à ça. L'envie est de revenir à une musique primaire, sauvage et surtout violente. Plus de surmédiatisation mais un retour à l' esprit underground des débuts du mouvements; voilà l'état d'esprit de The Exploited en 1979.
En 1979/1980 c'est l'émergence de la oi, mouvement voulant fédérer punk et skinhead, et sans réellement en faire partie, The Exploited aura néanmoins des liens avec ce mouvement. C'est d'ailleurs, sur la compilation Oi, The Album aux côtés de groupes comme 4-Skins, Angelic Upstarts et Cockney Rejects que The Exploited va sortir ses deux premiers morceaux, "Daily News" et "I Still Believe In Anarchy". Les premiers concerts de The Exploited vont attirer d'ailleurs beaucoup de skins. Attention cependant, un skinhead anglais en 1979 était beaucoup plus apolitique que néo nazi. Leur motivation était uniquement la musique, se bourrer la gueule et se battre dans les concerts. Les skins nationalistes sont une branche à part.
Très tôt, The Exploited va imposer son éthique du "Do It Yourself" en fondant son propre label The Exploited Record Company et y sortir ses deux premiers 45 tours, Army Life et Exploited Barmy Army. C'est sur ce dernier, sorti en octobre 1980, qu'apparaissent pour la première fois Big John à la guitare et Gary McCormack à la basse qui remplacent Hay Boy et Patrizio.
Le succès dans les charts est immédiat et en mars 1981 le groupe signe chez le label Secret Records qui, dans un premier temps ressort les deux 45 tours avant d'envoyer le groupe en studio pour enregistrer ce premier album.
Le disque est enregistré en 6 jours et aura coûté 600 livres. Il s'en vendra plus de 250 000 copies et le groupe ne touchera pas un centime du fait d'un contrat signé trop vite.
Mais peu importe le disque est un chef d'oeuvres et devient rapidement emblématique d'un renouveau punk aux allures beaucoup plus extrêmes. Maintenant, c'est le perfecto, les clous, les chaînes et surtout la coupe iroquois mis à l'honneur par Wattie. Ce côté extrême dans l'allure et l'attitude se retrouve également dans la musique qui se veut violente et sans compromis. On taxera d'ailleurs Punk's Not Dead comme une suite barbare et speedée du Never Mind The Bollocks' des Sex Pistols.
Comme dit plus tôt haut, l'influence de Sex Pistols est forte sur les débuts de The Exploited comme celle de The Vibrators, mais le groupe a déjà son style à lui, bien mis en lumière par ces petites bombes de sauvageries que sont "Punk's Not Dead", "Cop Cars", "S.P.G." ou "Son Of A Cooper" qui viennent s'ajouter aux déjà classique "I Believe In Anarchy" et "Exploited Barmy Army" devenu rapidement l'hymne du groupe.
Au niveau des textes, c'est également très violent. Ceux-ci dégagent une envie de révolte et de tout saccager avec leurs thèmes s'attaquant à la police, à la corruption, au chomage et à la misère.
Le fait que certains morceaux commencent comme des faux lives ("Punk's Not Dead", "Exploited Barmy Army", "I Believe In Anarchy") ainsi que les faux départs de "Blown To Bits" font ressortir le côté urgentiste de cet album.
Ce disque dont le titre est une réponse aux journalistes anglais qui disaient que le punk était mort, fait partie des plus grands albums de punk de l'histoire.
La sortie de Punk's Not Dead s'ensuivra d'une des tournées les plus cultes du mouvement punk : la tournée Apocalypse Now où The Exploited jouera aux côtés de Discharge, Anti Nowhere League, Anti Pasti et Chron Gen. Le vrai punk, celui de la rue, retrouvait ses lettres de noblesse.

14 Commentaires

19 J'aime

Partager

eclectic - 19 Fevrier 2013: "troops of tomorrow" le suivant, je l'ai usé jusqu'à la cire. Du coup, j'ai racheté la ré-édition en CD (chez Sniper) qui est pas terrible au niveau du son. Mais sur "Troops", le son de gratte de Big John est carrément terrifiant...
choahardoc - 20 Fevrier 2013: Un bail que j'ai plus entendu ce classique furieux. Grand merci Wodulf pour ce Rappel, par ailleurs super bien formulé!

metaleu35 - 22 Fevrier 2013: Super chronique !

Et enfin quelqu'un qui sait différencier un skin d'un bonehead, bravo ;)
grogwy - 11 Mai 2017: Une excellente chronique (encore une) de Wodulf.
Ce furieux "Punk's Not Dead" (1981) de The Exploited est à posséder avec "Leather, Bristles, No Survivors and Sick Boys..." (1981) de G.B.H. (petite auto-promotion, je viens de le chroniquer sur Spirit of Rock), et "Hear Nothing See Nothing Say Nothing" (1982) de Discharge pour qui veut découvrir les débuts du Punk/Hardcore.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire