Prostitute Disfigurement

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Prostitute Disfigurement
Nom de l'album Prostitute Disfigurement
Type Album
Date de parution 22 Mars 2019
Produit par Jörg Uken
Enregistré à Soundlodge Studios
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album4

Tracklist

1.
 Fight a Transvestite
 02:45
2.
 Happily to the Gallows
 03:27
3.
 Force-Fed Dead
 03:10
4.
 Kinderfresser
 03:59
5.
 The Way of All Excrement
 03:34
6.
 Dead Before She Hits the Ground
 03:50
7.
 Penile Tumescence
 03:34
8.
 Hell Libertine
 03:39
9.
 Every Woman Lives in Fear
 03:47

Durée totale : 31:45

Acheter cet album

Prostitute Disfigurement


Chronique @ Fabien

11 Avril 2019

Prostitute or not, I'll disfigure you just a bit more.

Ce printemps 2019 marque le retour de Prostitute Disfigurement, poussé par le noyau dur formé autour du growler Niels Adams et du bassiste Patrick Oosterveen. Si le nouveau batteur Dennis Thiele est en place depuis cinq ans, c’est de nouveau la valse des guitaristes au sein du combo (faute à des tendinites aiguës ?), ce qui n’empêche pas le groupe de conserver sa palette habituelle de riffs meurtriers. Cinq ans auparavant, le quintette misogyne néerlandais avait fixé la barre très haut, lâchant un redoutable From Crotch to Crown, s’illustrant à mes yeux parmi l’excellence brutaldeath européenne du moment, aux côtés d’Exhumation of Sacred Impunity (Posthumous Blasphemer) et de l’atemporel Psalms of the Moribound (Defeated Sanity).

Cette année, sans aucun compromis, Prostitute Disfigurement revient pour son sixième effort à un album très frontal, un condensé brutaldeath d’une demi-heure, sans aucune seconde superflue. Les blast-beats, les accélérations, les contretemps, les riffs déchirants s’enchainent et ne laissent aucun répit à l’auditeur, pour citer le fabuleux morceau central (The Way of All Excrement) aux paroles d’une rare finesse écrites par Rob Oorthuis (Nox), ou encore les intraitables Kinderfresser et Hell Libertine, tout en rapidité et en douceur !

A l’écoute de ce nouveau missile, on pense ainsi à Circle of Perversion (Inveracity), Ectasy in Pain (Extreme Violence) ou Destined to Violate (Gorgasm), trois disques ayant la même force du riff, la même perversion, la même concision, la même fluidité dans l’interprétation, et ce souci de molester l’auditeur sans relâche. Prostitute Disfigurement possède par ailleurs une identité forte, ayant une attaque et un riffing très personnels, sans oublier le growl de Niels Adams, qui complète idéalement la carte du combo.

Après un From Crotch to Crown à poser sur un piédestal et difficile à surpasser, Prostitute Disfigurement n’a pas à rougir cette année, avec un album éponyme radical, à la vitesse d’exécution démentielle et à la brutalité manifeste. Pour le reste, le groupe n’a pas jugé nécessaire de mettre un titre à son nouveau parpaing, puisque son patronyme, l’illustration d’une scène de Jack l'éventreur en couverture, ou des noms de morceaux comme Every Woman Lives in Fear, fixent à eux seuls le décor du contenu, qui tabasse à grands coups de lattes pour te refaire un nouveau visage !

++ FABIEN.

2 Commentaires

11 J'aime

Partager
Icare - 12 Avril 2019:

J'ai qu'une chose à dire: miam miam! Merci pour l'excellente chro, je crois qu'il va falloir que je me le procure celui-là!

sijj - 12 Avril 2019:

Le morceau Kinderfresser est déjà culte! Un ton en dessous pour ma part par rapport à From Crotch to Crown, il aurait fallu Rob Oorthuis à la gratte pour faire mieux, mais après quelques écoutes il s'impose définitevement .

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire