From Crotch to Crown

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Prostitute Disfigurement
Nom de l'album From Crotch to Crown
Type Album
Date de parution 04 Fevrier 2014
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album43

Tracklist

1.
 Only Taste for Decay
 04:20
2.
 Battered to the Grave
 03:48
3.
 Crowned in Entrails
 03:45
4.
 Dismember the Transgender
 05:04
5.
 Under the Patio
 04:06
6.
 From Crotch to Crown
 03:41
7.
 Glorify to Cyanide
 04:09
8.
 Set Forth to Annihilate
 04:29
9.
 Compulsive Beheading Disorder
 04:13
10.
 Reduced to Stumps
 03:51

Durée totale : 41:26

Acheter cet album

Prostitute Disfigurement


Chronique @ Fabien

21 Mai 2014

Only taste for decay

Descendants of Depravity a été un tournant dans la carrière de Prostitute Disfigurement, délaissant son côté gras & suffocant ainsi que ses growls porcins, au profit d’un brutaldeath renfermant plus de musicalité et d’un growl désormais guttural & moins caricatural. Album important dans la discographie du quintette batave ayant un sens du riff si percutant, ce quatrième jet marquait par ailleurs la fin de l’aventure, la séparation de la bande étant officielle quelques mois après la sortie de son ultime effort. Triste nouvelle.

La machine est toutefois relancée deux années plus tard autour d’une section basse / batterie intacte (Patrick Oosterveen / Michiel van der Plicht) et de l’infatigable growler Niels Adams, la stabilité aux guitares restant quant à elle un peu plus fragile. Tout ce beau monde réitère un contrat avec la bonne écurie nord-américaine Willowtip Records (qui couvre également le territoire européen depuis l’arrêt de Neurotic Records), se concluant par l’enregistrement impeccable de From Crotch to Crown et par sa parution en début d’année 2014.

Si un critère n’a jamais changé chez Prostitute Disfigurement, c’est bien son imagerie outrancière, une violence frontale à prendre au second degré. Ce cinquième album conte ainsi l’enlèvement d’une péripatéticienne, suivi de sa découpe depuis la croupe jusqu’à la couronne (From Crotch to Crown), un tableau morbide d’une cruauté déstabilisante, totalement dans l’esprit de formations brutaldeath comme Gorgasm ou Deranged.

Musicalement notre quintette enfonce le clou en livrant dix nouveaux titres sans compromis, un surcroit de brutalité rythmique et d’agressivité des guitares, là où Descendants of Depravity calmait plutôt le jeu (l’expression restant toutefois relative s’agissant de Prostitute Disfigurement). L’ensemble n’est confus à aucun moment, la précision désarmante de Patrick & Michiel au couple basse / batterie offrant une assise en béton aux guitares, n’ayant par ailleurs rarement été aussi tranchantes, sans occulter la qualité des leads. Ce sens batave du riff incisif (cultivé par Nox ou Sinister) mêlé à un coup d’accélérateur donne alors tant de morceaux explosifs, pour citer l’impitoyable Under the Patio ou le tout aussi foudroyant Set Forth to Annihilate.

Difficile de croire après un excellent Descendants of Depravity, que Prostitute Disfigurement ait pu aussi bien, voire mieux faire, après six années plutôt turbulentes. L’ère ‘post-porcine’ de notre quintette est ainsi marquée par un second sans-faute, un must du brutaldeath actuel aux rythmiques meurtrières & riffs implacables, qui prennent corps au fil des écoutes. La force de la bande de Niels Adams réside aussi dans son identité forte ainsi que dans son renouvellement constant, une qualité rare dans un style si extrême où les leviers sont difficilement accessibles.

Fabien.

7 Commentaires

16 J'aime

Partager

Silent_Flight - 28 Mai 2014: Attention il ne faut pas lire entre les lignes, je signalais juste en gros que Prostitute Disfigurement n'était pas un groupe de slam death malgré son imagerie :)
LeBlaireau - 12 Septembre 2014: Mon premier du groupe, et faut l'avouer... J'ai pris ma claque avec cet album. Dans mon top 5 2014.
sijj - 28 Janvier 2015: Après moultes écoutes, je préfère finalement le Descendants of Depravity niveau prod notamment, plus frontal aussi, mais ce dernier jet est répugnant à souhait et musicalement toujours à l'apex de la brutalité. Bref ça se joue dans un mouchoir de poche ensanglanté tout ça...
Wyndorel - 16 Août 2016: Après un bon moment resté à l'écart, je me replonge enfin dans mes grimoires métalliques laissés à l'abandon, et je dois dire que cette nouveauté-là faisait assurément partie des plus susceptibles de m'exalter!

Après lecture de ta chronique, je commencerais par vigoureusement approuver tes dernières paroles. En effet, Descendants Of Depravity reste pour moi l'une des plus magistrales ogives du grand cru que fut l'année 2008, et j'espérais bien voir un héritage à ce monstre au caractère si bien trempé...

Suite à quelques écoutes intégrales seulement, j'aurais bien du mal à donner un avis consistant, mais From Crotch To Crown ne déçoit pas.
La présente offrande nous amène vers des horizons plus tourmentés, j'oserais dire plus crasseux même, bien qu'elle préserve la remarquable identité acquise avec son prédécesseur. Une fois le tranchant Only Taste For Decay nous ayant proprement aiguisé les neurones, difficile de ne pas se laisser progressivement glisser dans ce tourbillon de riffs et rythmiques tantôt acérés, tantôt massifs, et ne se privant pas d'entrecroiser les deux avec une exceptionnelle habileté. Une mixture délicieusement contorsionnée, savamment nuancée, et toujours teintée d'un caractère puissant, confirmant la suprématie amorcée par la formation quelques années plus tôt sur la scène brutaldeath.
Accessoirement, je crois entendre sur cet album quelques lointaines effluves de Cannibal Corpse période Vile à Bloodthirst dans le jeu de guitare...

En tout cas, impossible de déterminer une préférence entre ce succulent et démentiel From Crotch To Crown, et l'intense et classieux Descendants Of Depravity. Tous deux de grands albums racés, épiques, raffinés, délectables...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire