Parade into Centuries

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
13/20
Nom du groupe Nightfall (GRC)
Nom de l'album Parade into Centuries
Type Album
Date de parution Septembre 1992
Labels Holy Records
Enregistré à Praxis Studio
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album41

Tracklist

1.
 Thoughts
 06:35
2.
 Domestication of Wildness
 06:47
3.
 Vanity
 03:01
4.
 The Passage
 04:42
5.
 In God They Trust
 00:48
6.
 For My Soul, When the Dark Falls Into...
 05:05
7.
 Immaculate / Enslaved by Need
 04:46
8.
 Birth
 00:37
9.
 Crying Out the Fear Within
 04:33

Bonus
10.
 Domestication of Wildness (Longest and Deadliest Version)
 09:08

Durée totale : 46:02


Chronique @ BEERGRINDER

05 Mars 2008
En 1991, Efthimis Karadimas, Chris Adamou, Mike Galiatsos et Costas Savidis montent leur groupe, et rapidement les grecs sont repérés par la toute jeune maison de disque française Holy Records, qui leur donne l’opportunité d’enregistrer leur premier album.

Le moins que l’on puisse dire c’est que par rapport aux standards de l’époque, Nightfall s’inscrit plutôt à contre courant. Alors que Death, Massacre, Suffocation ou Napalm Death expriment ce qu’il y a de plus brutal dans le style, les athéniens évoluent dans un registre plus mélodique, proche du doom par moment mais qui reste malgré tout du death metal.

A vrai dire on trouve un peu de tout sur ce Parade into Centuries, comme quoi ce n’est pas forcément la peine d’aller à la Samaritaine.
De bons titres sont présents sur cette galette comme For my soul when the dark falls into ou Crying out the fear within qui musicalement seraient un croisement improbable entre du death et du doom mélodique, avec quelques passages étranges.
Thoughts est convenable aussi avec un début doom mélodique enchaîné par un riff rapide tendant vers le thrash, entrecoupé tout de même de parties acoustiques qui traînent en longueur.

Seulement tous les morceaux ne sont pas de cet acabit et on trouvera pèle-mêle sur cet album : des titres convenus et répétitifs (Immaculate/Enslaved by need), des interludes bizarres, et des instrumentales inégales (Vanity pas mal).
Mouais…, c’est un peu fourre-tout comme réalisation quand même. Un bon point toutefois au chant éraillé et hurlé de Karadimas, qui fait un peu penser à celui de Martin Van Drunen.

Vous avez compris que Parade into Centuries n’était pas l’album du siècle et que cet opus avait moins marqué les esprits que Mystic places of dawn la première offrande de leurs compatriotes de Septic Flesh.

Malgré tout « The army of chosen one », comme ils s’autoproclamaient à l’époque, a eu le mérite de tenter ici des choses originales même si la mayonnaise a parfois du mal à prendre. Le dernier titre Domestication of wildness, bon morceau de death mélancolique, est certainement celui où les influences diverses de Nightfall sont les mieux digérées et retranscrites Et le son tout juste convenable, n’a pu leur venir en aide pour renforcer l’impact des compos.
Un premier jet trop dispersé donc, mais les réalisations suivantes iront dans le bon sens.

BG

4 Commentaires

7 J'aime

Partager
eulmatt - 06 Mars 2008: Autant Mystic Places Of Down dont tu parles reste pour moi un album marquant, du côté de Nightfall j'avais plus accroché Athenian Echoes que celui-ci, dont je ne me rappelle que quelques bribes.
BEERGRINDER - 07 Mars 2008: Effectivement ils se cherchaient encore un style ici, ça s'améliore sur Macabre sunsets et c'est abouti sur Athenian Echoes.
Quand aux 3 premiers Septic Flesh, c'est du grand art.
Toutes ces chros vont suivre.
Rheindarst - 28 Octobre 2011: J'avais oublié de le rentrer dans ma discothèque celui là!

Je me souviens l'avoir longtemps cherché suite à un article dans un magazine de l'époque (Metal Hammer special thrash peut etre mais je n'en suis plus très sur). Je me souviens par contre de l'article ou il en parlait en bons termes avec aussi le 1er Godforsaken.

Je l'ai eu en k7 au Virgin des champs élysées en 94 si mes souvenirs sont bons. J'avais quand même été déçu par rapport a mon attente initiale. L'album étant il est vrai un peu bancal et souffrant d'un manque de rigueur sur l'ensemble.

Mais certains titres avaient su me séduire tels "Thoughts" et surtout "Domestication of the Wildness" ce qui m'a poussé à le reprendre en cd il y a de ça quelques années.

Cordialement.

Rheindarst
BEERGRINDER - 28 Octobre 2011: De mon côté la K7 originale est toujours le seul support que je possède pour cet album.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire