Nord...

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Setherial
Nom de l'album Nord...
Type Album
Date de parution 18 Mars 1996
Enregistré à Abyss Studio
Style MusicalBlack Brutal
Membres possèdant cet album148

Tracklist

Re-Issue in 2003 by Cryptia Productions on vinyl. Re-Issue in 2008 by Napalm Records with "Hell Eternal" included. Re-Issue in 2010 by Funeral Industries on vinyl with a new artwork.
1.
 In the Still of a Northern Fullmoon
 11:52
2.
 Mörkrets Tid
 05:29
3.
 Över det Blodtäckta Nord
 13:50
4.
 I Nattens Famn
 04:11
5.
 För Dem Mitt Blod
 04:06
6.
 I Skuggornas Dunkla Sken
 05:17

Durée totale : 44:45


Chronique @ BEERGRINDER

14 Mars 2008
En cette année 1996, alors que Samoth et Faust sont à l’ombre, pour avoir brûlé des églises pour le premier, et tué quelqu’un pour le second, Emperor est décapité. Mais leur chef d’œuvre In The Nighside Eclipse a fait des émules, et les disciples du style commencent à émerger un peu partout : Enthroned en Belgique, Behemoth en Pologne. Evidemment la Scandinavie n’est pas en reste avec en particulier Setherial, jeune combo suédois aux dents longues fraîchement signé sur le label autrichien Napalm Records aux côtés de Summoning et autre Abigor.

L’influence Emperor est indéniable chez Setherial et cela transparaît jusque dans l’artwork ou les quatre membres du groupe et leurs corpsepaints apparaissent un à un en médaillon à l’arrière du CD (ça ne vous rappelle pas quelque chose ?).
Pour ce premier full-lengh, Napalm a carrément déroulé le tapis rouge et c’est au Abyss Studio de Peter Tägtgren que Setherial enregistre Nord…. Remarquez avec un nom d’album pareil il aurait été paradoxal de faire ça en Floride.

Le résultat sonore est de toute façon à la hauteur et c’est avec le plus grand plaisir que In The Still Of The 21 Northern Fulmoon déboule sans fioritures dans nos esgourdes. La similitude avec Emperor est clairement identifiable, cependant Setherial n’est pas un clone comme il va en apparaître souvent par la suite. Si la structure des morceaux est ressemblante, l’approche elle, est différente : les compositions sont plus agressives et le clavier moins omniprésent et plus discret.
Dans tous les cas Lord Mysteriis, l’homme qui fait la pluie et le beau temps au sein de Setherial est un excellent compositeur et on peut s’en rendre compte tout au long des 6 hymnes et des 45 minutes de Nord…. Par exemple le riff central de Over Det Blodtäckta Nord, pierre angulaire de l’album avec ses 13:50, vous restera dans le crâne un bon moment.
Murkrets tid ou For Den Mitt Blod sont également de magnifiques odes à la froideur du Nord justement, aux pensées païennes, démoniaques et misanthropes de leur créateur, comparables aux premiers Satyricon.

Un autre domaine les différencie d’Emperor : les paroles, à part la première chanson, Kraath écrit ses textes dans sa langue maternelle, d’où l’impossibilité pour votre serviteur de vous décrire précisément ce qu’il s’y raconte, mais on peut faire le pari que ce n’est pas de Casimir et l’île aux enfants.
Le chant bien qu’un peu répétitif est puissant et vindicatif comme il se doit et supporte bien l’ensemble musical. Au niveau de la batterie rien de très technique mais le tout est quand même joué sur des tempos rapides, de façon intense et sur de longs morceaux. Comme souvent sur ce genre de production la basse est un petit peu trop en retrait mais vous n’aurez qu’à vous débrouiller pour faire les bons réglages sur vôtre chaîne.

Il faut signaler que Nord… a fait grand bruit à sa sortie, nombre de blackeux voyaient en Setherial le successeur d’Emperor, mais par la suite le groupe s’est détaché encore d’avantage de l’influence de ses glorieux aînés comme nous le verrons sur Lord Of The Nightrealm.

Au final Setherial a logiquement tiré les fruits d’une bonne campagne de Napalm Records et d’un album sacrément chiadé, ce n’est que justice si Nord… figure dans les meilleures sorties black de l’année 1996 avec Nemesis Divina de Satyricon et Starfire Burning de Bal Sagoth.

Pour les blackeux qu’un peu de mélodie agressive ne dérange pas et qui seraient passés à côté de ce petit bijou se doivent de réparer l’erreur au plus vite.

BG

15 Commentaires

20 J'aime

Partager

eulmatt - 15 Mars 2008: non je ne trouve pas que ta note soit déconnante, je trouve de toute façon que tu as parfaitement retranscris le côté passionnel de l'époque qui doit être contrebalancé par le recul que plus de dix ans écolés permet.
C'est parfois la difficulté des chroniques et tu l'as bien géré.
sargeist - 15 Mars 2008: Je ne connais pas l'album, ni le groupe, mais comme c'est bien décrit, je flaire le truc. Je vais quand même m'y essayer.
Bloodorn - 14 Juin 2011: A l'époque de sa sortie je découvrais le monde du black metal et cet album fut une vraie grosse décharge électrique pour mes oreilles (presque) innocentes... aaah nostalgie... Un opus aussi inoubliable qu'indispensable !
Antonin_Martin - 14 Octobre 2016: Le Nord de Setherial est l'un des albums qui m'évoquent le plus l'hiver. Un album somptueux à la fois brutal et atmosphérique, d'une aura envoûtante, d'une brutalité bien condensée et nullement rébarbative.
Il est vrai qu'on ne peut nier cette influence d'Emperor tant bien par l'imagerie que musicalement parlant en ce qui concerne les claviers. Je ne considère pas non plus cet album comme un chef d'oeuvre mais simplement comme une tuerie qui m'a profondément marqué. Selon moi, le meilleur du groupe sur un pied d'égalité avec le Hell Eternal; celui-ci bien plus brutal et prégnant en matière de noirceur. Deux albums fondamentalement différents par l'atmosphère qui s'en dégage mais qui demeurent les deux meilleurs albums du groupe.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire