Hell Eternal

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Setherial
Nom de l'album Hell Eternal
Type Album
Date de parution 16 Août 1999
Enregistré à Abyss Studio
Style MusicalBlack Brutal
Membres possèdant cet album146

Tracklist

Re-Issue in 2001 by Perverted Taste on vinyl. Re-Issue in 2008 by Napalm Records with "Nord" included.
1.
 Towards Thy Realm
 05:27
2.
 Shadows of the Throne
 05:59
3.
 Hell Eternal
 05:39
4.
 The Aeschma Deava
 07:19
5.
 The Sign of Wrath Awakened
 05:46
6.
 The Nightrealm
 06:07
7.
 Guardians of the Gates of Flame
 04:23

Durée totale : 40:40


Chronique @ BEERGRINDER

16 Mars 2009

Enduring Hell Eternal

Setherial avait opéré un virage important après le magnifique Nord…, optant pour un Black Metal plus direct et brutal sur le bon mais trop linéaire Lord of the Nightrealm. Les suédois ont décidé de poursuivre dans cette voie sur ce troisième Long Play, toujours sous l’égide de Napalm Records, grand pourvoyeur de groupes talentueux tels Abigor ou Nastrond en cette deuxième partie des 90’s. Comme sur l’opus précédent les blackeux suédois reprennent la mode lancée par Darkthrone et Immortal et posent en guerrier sur la pochette de Hell Eternal (1998).

Sans doute insatisfaits de la production puissante mais trop froide et dénuée de nuances du Hellsound studio sur Lord of the Nightrealm, le combo retourne au Abyss Studio de Tommy Tägtgren qui s’était déjà occupé de Nord…. On affirmera sans trop de risques que ce choix fut judicieux, dès les premières déflagrations de Towards Thy Realm, on ressent immédiatement le souffle glacé si présent sur Nord…, la batterie bien que rapide et sans temps morts, se fait moins envahissante qu’auparavant, permettant d’apprécier au mieux le grain agressifs des guitares. A ce sujet on précisera que Alastor Mysteriis a laissé la guitare à Kraath et Choronzon pour remplacer Moloch aux baguettes (décédé d'ailleurs d'une crise cardiaque en 2006). D’ailleurs ce nouveau batteur pousse la brutalité un cran plus loin et on est même proche de l’hystérie sur le sans pitié The Sign of Wrath Awaked.

Difficile ici de mettre en avant un titre plus qu’un autre, tous sont construits plus ou moins sur le même schéma : blast-beat incessants, linéaires Black parfois entrecoupés de break abruptes pour souvent repartir de plus bel, cependant Hell Eternal et ses riffs entêtants ou un The Nightrealm effréné sortent un peu du lot.

Setherial vomit un Black Metal intense et sans pitié qui renoue un peu avec le côté froid et mystique de Nord…, délaissant la brutalité parfois stérile de Lord of the Nightrealm, illustration encore avec The Sign of Wrath Awaked proposant un Black Metal extrêmement violent mais non dénué d’atmosphères mystiques, notamment de fines couches de clavier épisodiques. Jusqu’au bout Setherial veut écraser l’auditeur de toute sa violence et sa vitesse comme le fait Dark Funeral sur Secrets of the Black Arts, et le 7ème et dernier titre Guardians of the Gates of Flame ne fait pas exception à la règle, déversant une tornade dévastatrice de notes jusqu’à la dernière seconde.

Si vous ne jurez que par le Metal original et raffiné voir expérimental, alors fuyez loin de ce Hell Eternal qui ne contient que déflagration et violence, en revanche si vous êtes client du Black Metal brutal et haineux sans fioritures à la suédoise ce disque vous conviendra parfaitement : l’album le plus brutal de la discographie de Setherial.

Ultime.

BG

5 Commentaires

10 J'aime

Partager
valentheris - 26 Octobre 2010: Ayant enchainé Nord...et Hell Eternal en sautant la case Lord Of The Nightrealm (que j'hésite à écouter du coup), je ne pourrais pas témoigner d'une éventuelle amélioration vis-à-vis de ce second opus.

En tout cas je peux affirmer que ce Hell Eternal...bute. Oui c'est le mot : simple, efficace pour un album d'une brutalité très bien maîtrisée qui ne nous laisse que rarement le temps de reprendre notre souffle entre ces déferlantes de Brutalité à la Suédoise toujours aussi jouissive et agréable à écouter une bière à la main et les paroles dans l'autre.

Merci pour ta chronique qui résume bien ce troisième opus de qualité.

Val'.
AmonAbbath - 03 Avril 2011: J'ai du mal ha ha... J'ai chopé l'édition Nord/Hell Eternal, et je dois avouer que le second ne m'intéresse pas pour l'instant. Nord a une prod' plus sympa selon moi, pas proprette ni hyper moderne mais tout de même savamment dosée. Sur Hell Eternal, c'est pratiquement bordélique en comparaison. Et puis je suis nettement moins friand du Black Brutal, j'ai l'impression que ça passe son temps à se répéter, alors que Nord fait passer énormément de choses.

Je pense possible le fait que je n'aie, en quelque sorte, pas encore franchi un certain niveau d'écoute, qui me permettrait d'apprécier l'art noir dans sa forme la plus bestiale et underground (j'utilise ce terme car j'écoute du Marduk, groupe relativement populaire dans le milieu Metal, et assez brutal quand même en règle générale). D'un autre côté, les points de repères me manquent tellement sur Hell Eternal, que je me demande quand même s'il n'est pas un peu surestimé... Le temps me répondra peut-être.
Merci pour ton texte en tous cas BG.
BEERGRINDER - 03 Avril 2011: Une production proprette et moderne sur Nord...? Mon dieu, mon dieu comme diraient les chevaliers du fiel, mais que va tu nous imaginez là? Heureusement que celle ci ne ressemble pas à celle des trucs sympho en plastique qui pullulent...

12 ans après le temps nous a déjà répondu : Hell Eternal est bien un disque important de la scène suédoise, et en aucun cas surestimé.
Un tel déchainement de violence a de quoi déstabiliser, mais ce côté quelque peu répétitif renforce l'effet char d'assaut et l'esprit d'inflexibilité de Hell Eternal.

Setherial a poussé plus loin le concept de Black brutal à la suédoise : reprenant la violence de Marduk et y ajoutant la fulgurance de Dark Funeral.

Le changement de style des suédois s'est fait sur Lord of the Nightrealm, moins mystique et plus bourrin, Hell Eternal a accentué le concept pour le pousser à son paroxysme.

Pour ce qui est de l'art noir dans sa forme la plus bestiale, il faut se pencher du côté de Sadistik Exekution, Blasphemy, Diocletian, Impiety, Beherit (old) ou Black Witchery, et là jeune padawan tu auras passé du côté obscur de la force...
AmonAbbath - 03 Avril 2011: Y'a du boulot alors ha ha !
Pour la prod' de Nord justement je dis que je ne la trouve ni proprette ni moderne mais qu'elle est excellente (parce que parfois avec les vieilles prod' j'ai du mal, mais là rien à dire).

D'accord, c'est pas surestimé alors, personnellement j'y reviendrai plus tard, je vais d'abord essayer de bien cerner Nord (ce qui ne devrait pas être trop difficile d'ailleurs vu que j'adore les ambiances).
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Kuroikarasu

16 Mars 2009
Arghhh ouh la la!!! Après l'écoute du tout dernier album de Setherial qui ne m'avait pas, mais alors pas du tout convaincu, je me suis quand même décidé à récupérer ce "Hell Eternal" pour me faire une idée plus juste de la musique de ce groupe black brutal suédois, et là, ça a été la gigantesque baffe dans la figure immédiate!! Pour être brutal, c'est brutal, plus même que la majorité des albums des groupes suédois qui se revendiquent de ce style musical. Pour la petite comparaison, disons que ça ressemble au Dark Funeral des débuts, mais à un niveau bien supérieur en ce qui concerne la densité et la noirceur!
Cet album est simplement MAGISTRAL et malgré une production pas toujours très adéquate (le mixage des instruments n'est pas ultime...) et des paroles limites caricaturales scandant toutes les trois lignes "vive Satan" (je caricature un peu là aussi mais ça n'est pas si éloigné de la réalité...), la musique déployée ici est brute, véloce, malsaine, crade et blasphématoire... En somme, un "joyeux mélange" de guitares aiguës ultra-saturées, de ligne de basse bien morbide, de batterie supersonique et de vocaux éructés qui sentent le vomi et la mort... Brrrr, vraiment glacial tout cela mais par là même, tellement génial pour les blackeux comme vous et moi!
La "digestion" de cette album n'en est pas moins difficile tant les compos sont carrées et épaisses, mais après quelques écoutes successives, on commence vraiment à apprécier, au milieu de ce qui semblera être un magma sonore inaudible pour ceux qui n'accrochent pas ce style (et auxquels et il est conseillé de ne même pas essayer...), quelques subtilités, quelques accords et riffs vraiment bien fichus!
Un album immonde et barbare fait par des blackeux pur sucre et pour des blackeux, ni plus ni moins... Jouissif!!

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire