My Winter Storm

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Tarja
Nom de l'album My Winter Storm
Type Album
Date de parution 19 Novembre 2007
Style MusicalMetal Symphonique
Membres possèdant cet album321

Tracklist

1.
 Ite, Missa Est
 00:27
2.
 I Walk Alone
 03:53
3.
 Lost Northern Star
 04:22
4.
 Seeking for the Reign
 00:58
5.
 The Reign
 04:07
6.
 The Escape of the Doll
 00:32
7.
 My Little Phoenix
 04:02
8.
 Die Alive
 04:04
9.
 Boy and the Ghost
 04:36
10.
 Sing for Me
 04:16
11.
 Oasis
 05:10
12.
 Poison (Alice Cooper Cover)
 04:01
13.
 Our Great Divide
 05:05
14.
 Sunset
 00:36
15.
 Damned and Divine
 04:29
16.
 Minor Heaven
 04:00
17.
 Ciarán's Well
 03:37
18.
 Calling Grace
 03:06

Bonus
19.
 Damned Vampire & Gothic Divine
 05:01
20.
 I Walk Alone (Artist Version)
 04:23
21.
 I Walk Alone (In Extremo Remix)
 04:31

Durée totale : 01:15:16



BONUS DVD
1.
 Photo Gallery
 
2.
 I Walk Alone (Single Version)
 
3.
 I Walk Alone (Artist Version)
 
4.
 I Walk Alone (Making of the Video)
 
5.
 My Winter Storm (Making of the Album)
 

Chronique @ Julien

07 Novembre 2007
Je vais donc me lancer dans la chronique de ce qui va probablement être un album très controversé mais peu importe. J’aimerais bien que ce ne soit pas un déluge de « trop commercial », « trop ceci », « trop cela ». Avec My Winter Storm il y aura toujours du pour et du contre, on aime ou on n’aime pas. Je fais partie des gens qui vont préférer cet album à Dark Passion Play mais bon, ce n’est pas grave, c’est la voix de Tarja qui fait pencher la balance, après……..

Je dois reconnaître que les cinq titres issus du promo m’avaient emballé. J’avais retrouvé ce que j’aimais dans Nightwish : Des mélodies vocales comme seule sait les faire Tarja, couplées avec du bon gros heavy. C’est exactement ce que m’apporte My Winter Storm. En écoutant « Ciaran’s Well » je suis autant sublimé par le chant que par l’agressivité du riff d’intro. Mais ça, je le savais déjà et je vais plutôt compléter ma chronique du cinq titres (et oui il va falloir jongler entre les deux chroniques).

Si l’on prend les titres déjà écoutés (I Walk Alone, Lost Northen Star, Oasis, Ciaràn's Well, The Reign) on peut déjà ajouter que ces titres se retrouvent affublés d’une introduction d’environ 1 minute qui rajoute clairement à l’ambiance générale du disque. Un peu comme le fameux Nightfall In Middle-Earth de Blind Nightfall, la musique s’en retrouve donc considérablement enrichie. Cela explique donc que l’album affiche 18 titres au compteur. Il nous reste donc 8 autres titres à découvrir.

Et ces huit titres ne vont pas me laisser sur ma faim. Quelle démonstration de maîtrise musicale. A chaque instant il se passe quelque chose de fort. Les arrangements sont d’une finesse impressionnante. Sans saturer les instruments ils apportent un petit plus qui, s’il venait à manquer, créerait un vide immense. La petite note d’un jouet, le souffle du vent, une petite pointe de violon savamment dosée, des détails insignifiants mais pas sans valeur. La qualité des violons est également assez impressionnante. Omniprésents sur certains titres, ils sont aussi félins qu’agressifs. Les notes vont du chatoiement de l’oreille au crissement en un clin d’œil. Pourtant je ne suis pas souvent client du violon mais là ça s’inscrit parfaitement dans la musicalité des titres. Mais My Winter Storm sait également se faire léger comme sur l’assez pop Poison. Le refrain est très chantant et passera plutôt bien en live. Ce titre se démarque assez du reste de l’album au risque de jurer un peu mais il reste quand même fort sympathique. La balance entre les titres plutôt calmes et les titres plus heavy penche vers le calme mais ce n’est que pour mieux mettre en valeur le chant puissant de la belle finlandaise.

Et oui, car j’ai l’impression d’oublier le principal, Tarja. Car c’est quand même son disque et ça s’entend. La musique suit les merveilleuses mélodies de sa voix unique. Un titre mélancolique comme « Our Great Divine » est une véritable démonstration vocale. Chaleureuse et prenante on la laissera nous emporter où bon lui semble sans problème. C’est aussi ça la magie de My Winter Storm. Dans les titres qui nous restaient à explorer je pense que « Damned And Divine » est probablement le plus impressionnant. Le refrain bluffant de limpidité est tel le chant des sirènes, il me porte vers d’autres horizons légèrement soulignés par un violon qui sait se faire discret.

Pour conclure, je pense que ce disque est différent de Dark Passion Play et que la comparaison est inutile. Certains vont adorer ce disque (comme moi), d’autres vont le détester pour les mêmes raisons. Question de choix tout simplement mais je pense que ce disque est très personnel et qu’il ne montre pas de signes d’animosité au contraire de certains……..

Une belle réussite !!!!!!!!

43 Commentaires

48 J'aime

Partager

Actarus - 28 Janvier 2009: La plus belle voix lyrique dans le métal, celle qui fait le plus d'effet...
DeadlyNightShade - 27 Novembre 2009: En lisant des commentaires, qu'est ce qu'on rigole sans déconner ! Mais ceux qui accusent des cds de ne pas etre du metal ne savent pas concrétement ce que c'est du metal !

Ecouter du metal, c'est écouter le style de musique le plus large qui existe de tout les styles musicaux. Il est né en 1969 avec Black Sabbath qui en a définit les bases avec son premier album éponyme en 1970. Depuis, de trés nombreuses appendices ont poussé au metal ! Il est devenu extrème avec les sous genres: doom, thrash, death, grind et black. On y a aussi greffé des musiques orchestrales, des instruments traditionnels, et j'en passe et des meilleurs ! Ecoute a la suite un album de Black Sabbath, un de Cannibal Corpse, un de Slayer, un de Nightwish, un de Finntroll, un de Therion, un de Rhapsody of Fire, un de Kamelot, un de Rammstein, un de Shape of Despair et un de Judas Priest et on en reparle !

Pour la énième fois qui ne sera pas la dernière, une ballade de veut pas dire que ce n'est pas du metal !
dissikator - 23 Janvier 2010: Il peut faire 48°C dehors, t'écoute cet album et tu remet un pull! rien que pour ça on affirmer que cet album et magistral. Pari réussi au niveau de l'ambiance, l'album porte son nom à merveille.
Et pour les fans de Nightwish, arrêtez quoi! c'est l'album de Tarja, pas de Nightwish! ça ne vous viendrais pas à l'idée de comparer L'eaves'Eyes et Theatre of Tragedy, alors là c'est pareil.
Cet album est l'un de mes préférés, je ne m'en lasse pas.
lasorciere - 13 Avril 2010: En ce qui me concerne j'aime beaucoup cet album cela change des albums de Nightwish ou elle chanté, je trouve que ça permet de voir à quoi ressemble la chanteuse, on voie mieux son univers, il y a un peut de metal et d'autre genre qui ne son pas déplaisant ! selon moi c'est un excellent album et Tarja fait une bonne carrière solo !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ dark_omens

02 Avril 2014

Un long Hiver froid, dur et monotone recouvert par la grâce émouvante de ces flocons lumineux tombant du ciel...

Pour comprendre l’histoire de My Wishmaster Storm, il faut, bien entendu, revenir à la genèse d’une formidable révolution. Tout commence avec Nightwish, un groupe qui en a influencé nombre d’autre avec un mélange subtil de voix lyrique grandiose et de Metal Mélodique puissant dans une symphonie dont la virtuosité trouvera son apogée dans le récital parfait d’un Wishmaster. L’alliance du génie de composition de Tuomas Holopainen mêlé au talent de cantatrice de Tarja Turunen donne ses lettres de noblesse à une mouvance orchestrale en esquissant l’ébauche d’une nouvelle ère où les chanteuses sont essentielles et primordiales. S’ouvriront alors la corolle de fleurs aussi différentes que magnifiques avec Epica, After Forever dans une vision première plus originale embellis de quelques légères touches d’une union de voix féminines et d’autres plus gutturales et Death sur l’album Prison Of Desire, Within Temptation qui fait évoluer le Doom Death Gothique de son opus Enter vers les airs plus contemporains des nouvelles aspirations de ce genre sur un Mother Earth qui propulsera le groupe vers des sommets. Autant de formation constituant un champ aux fragrances et aux couleurs magnifiques. Et dans ce bouquet admirable la rose la plus raffinée, Nightwish, finira par faner. Arrachant ses propres pétales, elle les jettera à terre en se séparant de cette chanteuse atypique qui fit son exception. En renvoyant Tarja Turunen le groupe se prive de ce qui fit son éclat le plus carmin et le plus unique. Dès lors la jeune prima dona continue son chemin seule pour finir par nous offrir le froid de sa tempête au cœur de l’hiver avec cet album.

Dès les premiers flocons d’un joli I Walk Alone, le parfum inhérent à la voix de la diva, les instruments à vent soufflant une grandiloquence tragédienne, les arrangements, les orchestrations et les guitares nous emportent dans la délicate douceur exquise d’un morceau aux lenteurs infiniment agréables. La neige continue de nous recouvrir avec des titres comme Lost Northern Star, My Little Phoenix construit sur le même schéma, c'est-à-dire uniquement basé sur la voix de Tarja, l’emphase des instruments classiques, et les riffs dont on a le sentiment qu’ils sont bien plus présents pour donner une caution morale, une saveur Metal, à la finlandaise que pour réellement servir des chansons où la foison d’orchestrations les remplacerait sans problème. Pour s’en convaincre il suffit d’écouter des titres tels que la romance d’un Oasis, Calling Grace ou encore les très opératiques The Reign, Boy and the Ghost, Sing for Me, Our Great Divide, Damned and Divine ou l’instrument est absent, ou si succinct qu’il pourrait tout aussi bien ne pas être là. Pour être tout à fait honnête on ne peut pas réellement exprimer une vraie déception profonde lorsqu’on connaît les aspirations lyriques et la voie choisie depuis toujours par Tarja pour exprimer son art. On retrouve donc bel et bien les talents, et les mélodies somptueuses d’un Nightwish dans ce disque, ou plutôt des relents au travers d’une vocaliste plutôt délicieuse.

Le réel échec de cet opus, à mon sens, réside d’abord dans les harmonies d’une œuvre qui, si elle nous rappelle les parfums enivrants d’autrefois, n’en propose pas la force et la puissance. Parler donc ici d’un flacon très proche de Nightwish est donc une erreur. Seuls des morceaux tels que Ciarran’s Well s’en rapprocheraient. Au-delà de ce constat une autre déception vient nous étreindre à l’écoute de ces titres, dont les tempos varient peu. Ils continuent sans cesse de déverser une tempête de flocons si semblables les uns aux autres, si beaux, si sublimés par Tarja, mais terriblement linéaires. Au final, en dehors de toutes considérations partisanes, cet opus ne repose que sur une vision dont l’incessante beauté obligatoire servie par autant d’instruments, et par celui d’une chanteuse aux capacités incroyables, finit par nous assommer. Trop de beauté tue la beauté. Trop de lyrisme tue le lyrisme. Et lorsque retentit le glas d’un disque débordant d’autant de morceaux, sans doute trop, on est envahi par une pensée maussade embarrassante. Une pensée grise, sombre et insidieuse qui nous condamne à être déçus malgré autant de finesse, de talent, de travail, et de solennité.

My Wishmaster Storm est donc un long Hiver froid, dur et monotone, dont on ne semble jamais voir la fin transis dans cet océan cendreux d’une blancheur douteuse et immaculé. Mais c’est aussi la grâce émouvante de ces flocons lumineux tombant du ciel déversés sur nous par la voix cristalline d’une opalescente Tarja dans un univers qui lui sied merveilleusement. Il appartient donc à chacun de faire son choix.

2 Commentaires

2 J'aime

Partager
ericb4 - 02 Avril 2014: Cet album ne m'a pas laissé indifférent mais ne m'a pas non plus subjugué au point de le ranger parmi les incontournables du genre MS. Mais, grâce à cet opus, et surtout à son concept, on a peut-être mieux compris la rupture musicale de fond qui s'est opérée entre Tarja et son groupe d'origine. Ainsi, sa propre évolution artistique allait s'amorcer via cet album introductif à sa carrière solo. L'essai est transformé et récolte un 14/20 d'encouragement. En comparaison, les deux derniers albums m'ont davantage interpelé et ont donc reçu une meilleure notation. Quoiqu'il en soit, pour ma part, ça reste toujours un plaisir non dissimulé que d'écouter l'une des plus grandes divas que la scène Métal/Rock ait pu connaître jusque là. En tout cas, belle chronique que la vôtre. Elle m'amènera sans doute à mieux réécouter cet album. Merci.
dark_omens - 03 Avril 2014: Merci surtout à vous pour ce commentaire intéressant et éclairé.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire