Beauty and the Beat

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Tarja
Nom de l'album Beauty and the Beat
Type Album
Date de parution 02 Juin 2014
Labels Ear Music
Produit par
Style MusicalMetal Symphonique
Membres possèdant cet album34

Tracklist

DISC 1
1. Concert for Violin and Oboe (Bach)
2. Blute Nur (Bach)
3. Zueignung (Strauss)
4. Barber of Seville (Rossini)
5. New World Symphony (Dvorák)
6. Song to the Moon (Dvorák)
7. Vilja Song (Franz Lehár)
8. O Mio Babbino Caro (Puccini)
9. Can-can (Offenbach)
10. I Feel Pretty (Bernstein)
11. William Tell Overture (Rossini)
12. Mein Herr Marquis (Strauss)
13. Eine Kleine Nachtmusik (Mozart)
DISC 2
1. You Take My Breath Away (Queen)
2. The Reign (Turunen, Stenzel, Heldmann, Zagoritis)
3. Witch Hunt (Turunen)
4. Led Zeppelin medley (Led Zeppelin)
5. Swanheart (Holopainen)
6. Fly me to the Moon (Howard)
7. Into the Sun (Turunen, Lindblom, Wollbeck, Velvet)
8. I Walk Alone (Lindblom, Wollbeck, Sommerdahl)

Chronique @ Kita666

09 Juillet 2014

"Beauty & The Beat" n'est pas à mettre entre toutes les mains

Dans le milieu de la musique, les collaborations d'artistes ne sont pas rares et la plupart du temps, c'est pour le meilleur et pour le pire. On se souvient entre autres de l'affaire "Lulu", fruit du partenariat entre Metallica et Lou Reed qui fut un énorme sujet de controverse.
Ici, Tarja Turunen, chanteuse lyrique connue pour avoir été la voix de Nightwish et Mike Terrana, batteur ô combien talentueux des groupes Rage, Masterplan ou encore Axel Rudi Pell et ayant notamment travaillé avec Gamma Ray en tant qu'invité live en 1998, nous livrent le fruit de leur travail : "Beauty & The Beat".

Qu'est-ce que "Beauty & The Beat" ? Ce n'est ni plus ni moins que la reprise de grands airs d'opéra magnifiés par la voix de Tarja et ré-agencés avec la batterie de Terrana. Dvorák, Bach, Mozart, Rossini, Offenbach... Ici, Terrana et Tarja piochent dans les registres des plus grands afin de nous livrer une œuvre d'une qualité incroyable.

L'on connaissait déjà la capacité lyrique de Tarja du temps où elle officiait avec Nightwish avec des morceaux comme "Sleeping Sun" par exemple. Sur "Beauty & The Beat", Tarja nous livre une époustouflante prestation remplie d'émotions, d'intensité et nous démontre l'ampleur de la maîtrise de sa voix. Sur "Song To The Moon", œuvre de Dvorák, Tarja s'élance dans des lignes lyriques à couper le souffle et sa voix semble s'élever si haut qu'on ne peut que se demander : "Mais jusqu'où va-t-elle aller ?". Sur "Vilja Lied", de Franz Lehár, la dernière note monte tellement qu'elle nous transperce de part en part pour aller se perdre dans le néant. Outre cette incroyable capacité lyrique, Tarja manipule également toutes les langues de l'anglais à l'allemand en passant par l'italien. Chanter de l'Offenbach, du Strauss ou du Puccini n'est pas le genre de défi effrayant Tarja et celle-ci remplit à merveille son office. Aucun accent d'aucune sorte ne se fait entendre dans son interprétation et c'est là toute l'excellence de la prestation que réalise Tarja.
Afin d'épauler sa voix, Tarja est souvent accompagnée par des chœurs, comme sur "Vilja Lied", qui rend la chose ô combien encore plus épique et intense.

Malgré les années, il est des pièces d'opéra tellement épiques que nous en parlons encore des siècles après leur écriture. Qui n'a jamais entendu au moins une fois "William Tell Ouverture" de Rossini, "New World Symphony" de Dvorák ou encore "Eine Kleine Nachtmusik" de Mozart ? Si, généralement, ces titres n'évoquent rien, la première note de ces œuvres fait très vite se rappeler à tous de quel morceau il s'agit.
A ces œuvres déjà épiques en soi, Terrana y ajoute sa batterie d'une telle manière qu'on a l'impression que cette dernière a toujours fait partie intégrante de l'œuvre. En produisant cet effet, Terrana nous montre toute l'ampleur de son talent : le rythme est soutenu, cadencé et frappe juste. Chaque coup que Terrana donne sur son instrument trouve sa place dans la composition et se marie parfaitement bien avec l'ensemble. Aucune fausse note n'a sa place ici et c'est un pur régal.

Il ne faut pas oublier que "Beauty & The Beat" est un double album. Sur la deuxième partie de la composition, on y trouve du Queen, un medley de Led Zeppelin et même deux morceaux de Tarja elle-même, le tout remanié avec de l'opéra. Les deux compères se payent même le culot d'aller titiller du côté du Jazz en reprenant "Fly Me To The Moon" de Bart Howard.
Les deux morceaux à qui le renouvellement "opéra-esque" fait le plus grand bien sont les morceaux "Into the Sun" et "I Walk Alone". Déjà relativement magiques à la base, la sauce opéra apporte une nouvelle dimension à ces deux titres et c'est loin d'être désagréable.

"Beauty & The Beat" n'est pas à mettre entre toutes les mains. Il fait partie de ce type d'album faisant office d'OVNI dans la discographie des artistes opérant dessus. Il peut difficilement y avoir un juste milieu avec cet album. On aime ou on n'aime pas. Afin d'éviter une nouvelle affaire comme celle de "Lulu", il convient de repréciser que cet album est une collaboration entre Tarja et Mike Terrana et non l'album de l'un ou de l'autre. Félicitons également les musiciens composant l'orchestre accompagnant les deux compères qui parviennent à retranscrire à merveille les œuvres de ces grands, éternels et inoubliables compositeurs.

5 Commentaires

15 J'aime

Partager
ericb4 - 09 Juillet 2014: J'avais déjà l'impression d'une oeuvre magistrale à l'écoute de quelques morceaux. Mais, là, on dirait qu'on commence à tutoyer les étoiles! Une excellente note justifiée par une analyse approfondie et finement écrite, voilà de quoi me donner envie d'écouter le reste et sûrement de me procurer le cd rapidement. Merci pour tes éclairages!
raistlin - 09 Juillet 2014: Je viens de le recevoir en dvd bluray, magnifique chronique d'un splendide concert, je rajouterai que Tarja et Mike s'amusent comme des fous, font un peu d'humour et se permettent même d'intervertir leur rôle (j'aime d'ailleurs beaucoup la voix de Mike). Si vous êtes friand de musique classique, jetez vous dessus comme la misère sur notre pauvre monde.
LeLoupArctique - 10 Juillet 2014: CF65 : on dit "Objet Metallique Non Identifié" :D Sinon bonne chronique, ça va peut-être me pousser à réécouter du Tarja ...
MrDamage57 - 12 Juillet 2014: Une très bonne chronique de ta part. Je pense que dans les jours prochains je vais me procurer le CD et le DVD. Et comme j'aime le classique et le metal cet Objet Musical Non Identifié devrait me plaire.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire