Mechanics of Dysfunction

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Beneath The Massacre
Nom de l'album Mechanics of Dysfunction
Type Album
Date de parution 20 Fevrier 2007
Produit par Yannick St-Amant
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album124

Tracklist

1. The Surface 02:41
2. Society's Disposable Son 03:28
3. The System's Failure 03:29
4. The Stench of Misery 02:57
5. Untitled 00:59
6. Modern Age Slavery 03:22
7. The Invisible Hand 03:08
8. Better Off Dead 02:36
9. Long Forgotten 03:34
10. Sleepless 03:46
Total playing time 30:00

Chronique @ Fabien

14 Mai 2008
Réputé pour ses groupes d’une complexité à toute épreuve, tel Voivod, Gorguts ou Martyr, le Québec compte depuis 2004 le redoutable Beneath The Massacre, formé autour de Dennis & Christopher Bradley, influencés par la nouvelle mouvance du brutal death technique, initiée par Necrophagist ou Origin quelques années auparavant. Le groupe enregistre dès l’année suivante le EP Evidence of Inequity, lui permettant de décrocher une signature avec le label Prosthetic Records, et de rejoindre l’ingénieur Yannick St Amand pour les sessions de Mechanics of Dysfunction, commercialisé en début d’année 2007.

Dès les premières notes de The Surface, Beneath The Massacre frappe avec son death incroyablement carré, dominé par le couple basse batterie millimétré de Justin Rousselle & Christopher, les riffs syncopés de Dennis, et le guttural très grave d’Elliot. Loin de rythmes middle tempo et de structures monolithiques, Mechanics of Dysfunction présente en outre nombre de plans particulièrement techniques, lâchant des accords de folie qui partent très souvent dans les aigus, tout en conservant un côté résolument brutal et sans concession.

Beneath The Massacre reste ainsi pied au plancher durant ses trente minutes, bombardant à coups de double pédalage meurtrier, multipliant salves de riffs incisifs & plans impossibles, à l’image des écrasants Stench Of Misery & Invisible Hand. Toutefois, Mechanics of Dysfunction manque de variété, comme quelques breaks bien sentis ou soli vertueux, qui lui permettraient pourtant de colorer ses morceaux. Dès lors, ses titres restent hélas interchangeables, possédant parallèlement un côté plastique et trop surfait.

D’une démonstration technique désarmante, mais aussi parfaitement calibré par le mixage limpide de Pierre Rémillard (Cryptopsy, Krisiun, Kataklysm), Mechanics of Dysfunction impressionne par son pilonnage rythmique, sa puissance et la dextérité de ses musiciens, larguant un brutal death aux sonorités particulièrement novatrices. En revanche, coincé entre des influences Necrophagist ou Origin encore trop évidentes, Beneath The Massacre manque d’identité, lâchant de surcroît un death trop mécanique, pour véritablement s’imposer. En tout cas, les jeunes québécois font déjà forte impression dès leur premier album, possédant un potentiel et une maîtrise paraissant illimités.

Fabien.

5 Commentaires

10 J'aime

Partager
eulmatt - 15 Mai 2008: Effectivemment, l'effet 'Origin-clone' est très présent. C'est très très impressionnant. Et un peu trop froid et déshumanisé aussi.
Arachnid - 01 Août 2009: Bon ben avec une telle chronique, je n'ai plus qu'à aller me rhabiller, je ne sais plus quoi dire ^^

Bien sûr, je ne suis pas du même avis que la note et n'admet toujours pas leur manque d'identité, je pense qu'ils font ce qu'ils aiment et ce qu'ils aiment ben... c'est nous bourriner la gueule avec ce premier album tout bonnement monstrueux ! =P

Encore bravo Fabien ! :D
 
donthatethecore - 17 Décembre 2011: j'aime beaucoup ce coté froid moi.
C'est le genre de brutal death que j'aime bien, un peu comme defeated sanity.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire