Maximalism

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Amaranthe
Nom de l'album Maximalism
Type Album
Date de parution 21 Octobre 2016
Style MusicalMetal Moderne
Membres possèdant cet album46

Tracklist

1. Maximize
2. Boomerang
3. That Song
4. 21
5. On the Rocks
6. Limitless
7. Fury
8. Faster
9. Break Down and Cry
10. Supersonic
11. Fireball
12. Endlessly

Chronique @ LeLoupArctique

12 Fevrier 2017

On imaginait mal comment faire plus mainstream avec plein de paillettes et sans aucun respect : voici Maximalism

Quand le phénomène Amaranthe a débarqué, il n'y a même pas six ans, qui aurait pu prédire l'ampleur qu'il a prise aujourd'hui ? Qui aurait même pu deviner qu'on en parlerait comme « phénomène » ? À la sortie du premier album, éponyme, quelqu'un m'en avait conseillé l'écoute : « tu devrais jeter une oreille là-dessus, toi qui aimes Sonata Arctica, ça pourrait te plaire » (véridique). Depuis, trois autres albums sont sortis, avec un groupe soudé et un succès sur une pente fortement ascendante. Mais ce qui est magique avec Amaranthe, c'est l'insolence avec laquelle ils réussissent à s'imposer dans un paysage musical à la confluence du metal le plus moderne et des musiques mainstream alliant pop et électronique. D'un côté le groupe assume à fond les clichés commerciaux, mais d'un autre l'hypocrisie du succès est bien présente. Dans un Rock Hard d'il y a quelques années qui doit traîner chez moi, l'un des membres déclarait « si on cherchait le succès, on ne jouerait pas cette espèce de dance metal bizarre ». Et prends-nous pour des ****.
Si la facilité peut nous faire dire que toutes leurs chansons se ressemblent, et que la recette du groupe n'a pas changé d'un iota, il faut tout de même reconnaître une certaine évolution au fil des albums. Les deux premiers opus peuvent aujourd'hui sembler plus naïfs, avec une petite dose de candeur adolescente d'un groupe qui cherche à se faire plaisir sans se prendre la tête. Avec Massive Addictive est venu le temps du groupe qui veut percer, qui veut sa place au soleil, qui en veut plus, toujours plus. Rien d'étonnant ainsi à voir poindre un nouvel album à l'automne 2016, exactement deux ans après son prédécesseur, mais avec le même genre de visuel qui en dit long sur ses prétentions.

Avec Maximalism, le groupe pousse sa pop metal aguicheuse à son paroxysme. Tout est fait pour trouver le refRain qui claque, qui va rester en tête sans jamais en sortir, après des couplets de plus en plus courts pour caser le plus de refrains possibles dans un format réduit. Du coup nous avons bien droit à une magnifique brochette de refrains hyper formatés balancés à la vitesse de la lumière. « We're not ironic, wer'e supersonic » : tu l'as dit … Ce Maximalism est très clairement dans la lignée de Massive Addictive, avec un penchant beaucoup plus marqué pour la pop qu'un vague « metal mélodique » ou même qu'un metal électronique. Amaranthe est évidemment loin d'être le premier groupe à effectuer le mix metal et électro, mais on est ici loin d'un Neurotech ou d'un Herrschaft. Exemple avec « That Song », qui n'a définitivement plus rien de metal, mais avec une grosse influence pop queenesque (que l'on retrouve aussi sur « Supersonic ») dans les vocaux et le p'tit piano qui fait bien. On est d'ailleurs bien plus proche de Beyoncé que de quoique ce soit en rapport avec le metal. Le clip est symptomatique de ce virage mainstream : il montre des futurs rock stars travaillant dur pour se faire plaisir dans la musique, tout en jouant une pop formatée qui n'aura aucun problème à se vendre. Mais bien sûr.

Amaranthe pousse les mélodies cajoleuses (ou putassières, c'est selon) à leur summum sur deux ballades hyper langoureuses, qui feraient passer Mariah Carey pour du Rammstein. Elize chante remarquablement bien, Jake sait moduler son chant pour passer pour le parfait prince charmant, et sans beaucoup plus d'efforts le groupe nous sort des monuments de tendresse (ou naiserie, c'est selon).

On sent dans l'écriture des morceaux que Elize et Olof ont clairement pris la direction du groupe, et que l'influence metal mélodique, voire power, de Jake est peu à peu mise de côté. Ce que l'intéressé a confirmé récemment. Attention, cela ne veut pas dire pour autant que la face death mélo disparaît elle aussi ; elle a été réduite, mais est toujours présente. Henrik (chant extrême) est en quelque sorte la caution « metal » qui reste au groupe, histoire de jouer encore un peu les méchants. On l'entend évidemment sur les quelques titres qui se veulent plus pêchus et bourrins, à la « Fury » ou « Boomerang ».

Inutile d'en rajouter, vous l'aurez compris, cet album pourrait être la honte absolue du metal, mais en devient presque un chef d’œuvre de pop. Après Massive Addictive, on avait déjà du mal à voir comment on pouvait faire plus dans le genre mainstream avec plein de paillettes et sans aucun respect ; la réponse s'appelle Maximalism. Jamais un groupe n'avait à ce point inclus dans un disque tous les stéréotypes commerciaux, avec un taux de concentration tel que ça en devient presque malsain. Ou génial.
A ce moment-là, rien ne semble pouvoir arrêter Amaranthe. Sauf qu'après deux mois de retrait du groupe, le chanteur Jake vient d'annoncer son départ, en déclarant « ce n'est plus la vision d'Amaranthe que j'ai, ce n'est pas vrai avec moi ». Bravo mon grand. Jusque là, les membres du groupe ont affiché sur quatre albums une attitude soudée de rock stars flegmatiques, complètement étanches à l'hypocrisie de leur musique et sans limites. Oui, mais jusqu'à quand ?

5 Commentaires

5 J'aime

Partager

LeLoupArctique - 12 Fevrier 2017: Oui, enfin le virage commercial il y était dès le début, hein ;)
 
winger - 24 Mars 2017: C'est sûr, le titre "that song" ne respire pas le metal mais le groupe reste sur sa lancée pop rock metal electro et ca reste cohérent et bien fait jusqu'a présent. Faudrait juste pas moins de guitares et de chant extrême sinon ca le ferait plus !!
 
MaxMad - 08 Juin 2017: Hi,

Bah pas trop d'accord avec LeLoup.
D'après le peu que j'ai pu entendre, accessoirement, désormais, Amaranthe s'apparente davantage à Rihanna, qu'à Beyoncé.
Quelle déception, trahison,
forme d'escroquerie markétisée
et planifiée, après ces "mises en bouches" ô combien séduisantes. Moi qui suis fan de "Metal à chanteuses", après les défections successives de Within Temptation et Delain vers la "pop musclée", voilà que notre meilleur espoir se barre avec la caisse :(
Ne reste plus à ma connaissance que Lacuna Coil que j'ai mis trop de temps à découvrir.
C'est comme les pubs à la TL, faut bien manger, je suppose ...

Ceci dit LeLoup 2000% d'accord à mon plus grand désarroi :(
LeLoupArctique - 09 Juin 2017: Salut Max. Alors à savoir si ça ressemble plus à du Rihanna ou du Beyoncé, je t'avoue que je ne suis pas le plus compétent sur ce sujet. A tout hasard, j'ai entendu récemment un morceau du rappeur américain Flo Rida, qui ressemblait beaucoup au titre Boomerang ; c'est une piste à creuser. Je suis cependant surpris de lire tes comparaisons avec Within Temptation et Delain, qui à mon sens s'éloignent justement de la musique formatée avec leurs derniers albums respectifs. Même chose pour Lacuna Coil.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire