Legion Helvete

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Tsjuder
Nom de l'album Legion Helvete
Type Album
Date de parution 14 Octobre 2011
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album159

Tracklist

1.
 The Daemon Throne
Ecouter03:40
2.
 Fra en Råtten Kiste
Ecouter05:19
3.
 Dauðir
Ecouter03:37
4.
 Voldsherskeren
Ecouter04:49
5.
 Slakt
Ecouter03:47
6.
 Black Shadows of Hell
Ecouter03:29
7.
 Blod og Aske
Ecouter04:59
8.
 Vårt Helvete
Ecouter10:14

Durée totale : 39:54

Acheter cet album

Tsjuder



Chronique @ Razort

17 Octobre 2011

Le retour d'une formation diabolique, mais à quel prix ?

C'est en ce doux matin d'octobre, alors que je me rendais dans la lointaine et isolée ville de Clermont-Ferrand, à l'occasion d'un rassemblement de cheveux longs, venus acclamer Blacklodge et Temple of Baal entre autres, que je découvris une nouvelle bête noire de notre magnifique - bien que très fermé - monde musical bruyant. "Legion Helvete" (traduisez "La Legion de l'Enfer"), un nom qui peut faire trembler (d'impatience) certains à son évocation. Cette nouvelle arme de guerre fut forgée durant tout l'été par ceux que l'on nomme, non sans une certaine emphase, les "Bouchers du Black Metal norvégien", alias Tsjuder. Véritable référence qui a su s'imposer rapidement, d'un revers de hache, avec trois opus pour le moins diaboliques. Qu'en est-il donc de l'évolution de cette formation hérétique qui ont, pour la grande joie de certains d'entre vous, pu se manifester dans des contrés malfaisantes, telles que la germaine cité de Wacken, ou la prude et antique Clisson ?

Pour une première écoute, je fis le choix de découvrir chacun des huit présents titres de façon aléatoire. Et quelle ne fut pas ma surprise de constater qu'il faudra, dans les heures qui suivent, me les diffuser à nouveau, en augmentant sensiblement les ondes sonores. Car, vous l'aurez remarqué avec la parution du premier titre "The Daemon Throne", ce que nous connaissions des véritables Tsjuder semblait s'être nettement calmé. Une perte en puissance due en partie au fait de gratter peut-être un peu trop frénétiquement les cordes de leurs instruments. Non pas que ce premier titre soit mauvais (un riff d'une rapidité scotchante aisément identifiable, et dont la mélodie saura se loger dans votre esprit), mais un certain volume sera nécessaire pour pouvoir profiter pleinement d'un Black Metal réellement barbare.

Premier constat donc : un épuisement sur certains titres, qui risqueront par la suite de se ressembler s'il on reste sur une première écoute, en particulier de cette ouverture. Heureusement, certains explosifs ont été interposés entre ces morceaux trop "classiques". Ainsi, nous retrouvons ces lignes coordonnées de basse lourde et guitare écrasante dans le milieu de l'album. Autre détail (néanmoins important) que je remarquais tout de suite : un chant autrement plus perceptible q'autrefois, plus grave, qui nous permettrait presque de comprendre les paroles. Notons d'ailleurs une présence plus importante de titres en langue norvégienne, envahissant la liste de lecture, telle une horde païenne débordant sur les troupes ennemies (seulement deux titres en anglais.)

Revenons en à la sonorité de "Legion Helvete"... S'il on peut retenir deux titres en particulier, ce sont bien "Dauðir" (signifiant "la Mort" en islandais - corrigez moi si je fais erreur), aux riffs profondément noirs, entrecoupés d'un unique solo de guitare infernal qui nous rappelle sans hésitation "Ghoul", ainsi que "Slakt", d'une violence sadique, accentuée par l'intrusion d'une tronçonneuse (effet garanti !)

Alors que j'admirais les magnifiques montagnes entourant la ville de Tulles, recouvertes d'innombrables feuillus aux teintes variées de l'automne, je fus de nouveau intrigué par la particulatiré de "Blog og Aske" (mélangez "Blod og Minne" de l'ex-Gorgoroth et "Aske" de Burzum et... vous n'obtiendrez rien de semblable, sinon un titre facilement traduisible : "Sang et Cendre". *trollface*) Particularité qui est d'accélérer le riff d'introduction progressivement, pour amener à un ensemble assez proche de "Helvete", suivi d'un pont plus lent dans la composition. Stoppons-là la dissection de ce seul titre. Nous rejoingnons déjà la fin de l'album qui se veut, elle aussi, assez proche du précédent "Desert Northern Hell", mais malheureusement pas à la hauteur de ce dernier.

Si vous espériez une nouvelle boucherie, un titre original et entraînant, mélangeant Thrash et Black Metal, telle que la désormais célèbre "Mouth Of Madness", passez votre chemin. Ici, la Diabolique Trinité nordique semble avoir voulu déchaîner sa rage de façon désordonnée, ce qui pourra en surprendre certains, ou déplaire à d'autres, mais tout cela fait de ce "Legion Helvete" un album pour le moins bon, toujours à la hauteur de Tsjuder, à écouter cependant, comme je l'ai conseillé, très fort !


++
-R-

31 Commentaires

16 J'aime

Partager

Eaque - 26 Octobre 2011: D'après les avis dont je me range le plus souvent, j'ai franchement peur ! Car je l'ai commandé pris au dépourvu, ils n'avaient rien en stock et je me rappelai du terrible 3eme Desert N.H ! J'espère qu'on auras pas la même approche. Par contre les 2 premiers sont pour moi clairement impersonnels et bruitiste dans le mauvais sens (oui je sais : ouuuhhhh).
Eaque - 28 Octobre 2011: Et bien aptès une première écoute me voilà de suite rassuré ! Là sincèrement, je ne vois pas ce qui est jeter la dedans, c'est pas forcement des plus inspirés mais ça tient hautement la route, entre certines rythmiques "standard" si je puis dire, il y a vraiment des riffs devastateurs et dans la bonne lignée du précedent. A mon humble avis, ça demande une ou 2 écoutes supplementaires pour bien rentrer dedans car c'est evident d'innover tout en restant soi même, c'est du Tsjuder et du bon !
bojart - 08 Novembre 2011: Je trouve cet album par moment intéressant puis le manque d'inspiration (qui n'est pas grave en soi)gâche le plaisir au fur et à mesure de l'écoute. Certes, on s'embête difficilement en écoutant ce nouveau skeud mais l'oeuvre la plus aboutie de Tsjuder restera DNH qui nous entraîne avec technicité dans un maelstrom de noirceur et de froideur.
widomar - 18 Août 2012: Je trouve cet album plutôt bon... on est pas dans un skeud indispensable ou même historique, mais il se laisse écouter. Y a de bons passages, de bonnes rythmiques, une belle technique... Mais il manque le petit "plus" malgré tout.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ ArchEvil

18 Décembre 2011

Tsjuder, un groupe comme les autres...

C'était écrit, ils allaient tomber dedans.

Tsjuder n'était pas celui qui bouleversait les codes, jouait avec les paradoxes ou assemblait quelque chose d'étonnant. Il n'a même rien inventé. Il a juste magnifié une très bonne recette, une orgie entre Celtic Frost, Slayer et Darkthrone par laquelle il injectait une dose de testostérone noire s'activant à la manière d'un électrochoc. On écoutait ce groupe car le riff de Sodomizing the Lamb nous restait dans le crâne une semaine durant, car le géant Morbid Lust était une épreuve olympique, car le riff occulte traditionnel bien agencé de Draugluin était propulsé à la vitesse de la lumière par ce côté thrash coupé au rasoir décidément si bien assumé et car Anti-Christian avait ce jeu si cadencé dans les breaks qu'il en aurait éjecté un paraplégique de son siège.

Et voilà que le groupe splitte, après un Desert Northern Hell survitaminé signant un testament de toute beauté. On pensait ce petit mythe clôturé par la formation de Tyrann et Krypt... sauf que Tsjuder est un groupe comme les autres. Ayant connu un fort regain d'intérêt après sa disparition, il en vit naturellement l'opportunité de créer de nouvelle attentes et de se faire de la pub. Bien entendu, hors de question de faire comme Tom G. Warrior avec Monotheist. Il ne faut prendre aucun risque et servir ce que ce public attend... ce groupe n'est ni le premier ni le dernier à nous faire le coup.

Legion Helvete n'est déjà plus une déception. Celle-ci est arrivée en même temps que l'annonce de sa sortie. Le contenu en lui même ne laisse que des yeux goguenards et de légers soupirs d'exaspération. Tsjuder a repris la même formule que par le passé. Gardant son riff thrash, blasteux à volonté, le skeud est construit pour être énergique selon un schéma éculé, pour suivre cette ligne thrash black à l'apparence planifiée à l'avance... Legion Helvete est un album qui semble sorti d'un distributeur à canettes... Pire encore, cette nouvelle mouture n'a rien du pouvoir de DNH...

A commencer par sa rugosité du son. La production de DNH était impeccable. Assez clean mais encore pourvue d'un souffle rêche et agressif. Legion Helvete est propre, léché, se rapproche du mix d'un Dark Fufu récent. Voici la première razzia sur l'aura diabolique du groupe, sapé désormais d'une cape claire, chose accentuée par la couleur du riff beaucoup moins opaque. Et dire que je reprochais un son noyé à Kill for Satan...

Legion Helvete a gagné en boucan ce qu'il a perdu en haine et en radicalisme. Si dans l'ensemble ça a l'air de blaster davantage, l'album est cette fois-ci contrôlé, calculé, standardisé, au détriment de ces montées d'adrénaline anthologiques et de ces matraquages impies. Par conséquent, il est concrètement moins violent, moins jusqu'au boutiste. Ce point est particulièrement marqué chez les musiciens. Anti-Christian à l'air de travailler à la chaîne, Draugluin n'a plus vraiment d'idée, Nag a amplifié sa voix et baissé d'un ton. Ah, merci l'ère numérique.
Pour le reste, si l'on vous donne la méthode habituelle mais exécutée machinalement, elle prend tout à coup une forme moins séduisante. Et y éparpiller quelques bons plans à droite à gauche, c'est un peu chier dans une crêpe.

Et enfin, pour saborder une bonne fois le navire, Legion Helvete est l'album d'un groupe qui s'autoparodie. Le squelette est là, les épices et le mouvement du chef absents. Et c'était leur point fort... Legion Helvete sous sa couverture noire et hostile, est mou, redondant, prévisible, bienséant, trop carré et trop monotone... le groupe n'a même pas pris la peine de réchauffer son plat. Et de l'inspiration et la fougue des précédents, il ne reste plus grand chose.

Mais ce constat amer ne doit pas pour autant laisser dans l'ombre les indéniables qualités de ce skeud. Legion Helvete reste a des années lumières du neurasthénique et de la bouillie audio simpliste surmixée, son thrash black est peut être plus ténu mais toujours présent, on décèle un riffing bien au dessus de la moyenne ( celui de Vart Helvete rappelle le meilleur du groupe ), une clarté dans le propos qui ne lésine pas sur une débauche de puissance inférieure mais dont il reste encore quelques épices à déguster. Legion Helvete aurait été produit sous un autre nom, l'indulgence aurait certainement pointé son nez.

Pourtant, on parle bien de Tsjuder et ca fait quand même mal au cul quand on se remémore les claquasses des trois précédents... On aurait tout de même espéré mieux qu'un retour aussi tiède de la part de ce groupe. Surtout quand on voit les récents Spearhead cogner si fort, Tsjuder n'arrive qu'à avoir un train de retard.
Que dire de plus... La page est de toute façon tournée. Circulez, y a rien à voir.

Helvete er farget plast...

12 Commentaires

9 J'aime

Partager

Ma2x - 12 Janvier 2012: Bah justement, je ne trouve pas vraiment que l'esprit Tsjuder ait changé, toujours cet aspect Draugluinien indéniable dans les riffs, ce jeu raffiné (pour du BM s'entend !) d'Anti-christian...



Bon je pense que l'enrobage (promo, attente,...) et la production au millimètre n'aide pas l'esprit Tsjuder à sortir du disque, et là je crois comprendre ce que tu veux dire !
ArchEvil - 12 Janvier 2012: Ben c'est surtout le fait qu'il se soit ramolli aussi... c'est surtout dans les plans que ça joue ( et dans la prod aussi ). C'est surtout là que je bloque. Ce groupe ne faisait pas de black brutal mais se montrait d'une violence sans commune mesure. Et ça puait la sincérité jusqu'à l'os ( ou alors ces mecs connaissent la scène au bout des ongles ). Dans le BM, ça compte énormément pour moi.
Ma2x - 12 Janvier 2012: C'est sûr, mais tu sais, je ne pense pas qu'ils soient moins sincères.
Un groupe comme Tsjuder est certes une référence, mais s'ils se reforment, je pense que c'est une histoire d'amour pour cette musique, après, je suis d'accord qu'ils le font sûrement moins sentir dans leur son.

Je pense que c'est vraiment l'énergie que l'on peut recevoir (ou non...) qui décide du jugement d'un auditeur pour cet album
Ma2x - 13 Janvier 2012: Bah justement, je ne trouve pas qu'ils aient enclenchés tant que ça le mode pilotage automatique comme Black Witchery l'a fait (et chez eux, c'est carrément flagrant, voir limite foutage de gueule...)

Le mode de composition est pour moi différent de DNH, et je ne considère pas que Legion Helvete soit une pale copie loupée de DNH. Il est pour moi différent.

Après, je ne critique pas, et Archevil est apte à percevoir ce qu'il ressent lui-même dans cette galette. Je réédite simplement mon désaccord.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire