King of the Grey Islands

Liste des groupes Doom Metal Candlemass King of the Grey Islands
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Candlemass
Nom de l'album King of the Grey Islands
Type Album
Date de parution 22 Juin 2007
Enregistré à Nomad Recording Studio
Style MusicalDoom Metal
Membres possèdant cet album203

Tracklist

1. Prologue
2. Emperor of the Void
3. Devil Seed
4. Of Stars and Smoke
5. Demonia 6
6. Destroyer
7. Man of Shadows
8. Clearsight
9. The Opal City
10. Embracing the Styx
Bonustracks (Digipack Edition)
11. At the Gallows End
12. Solitude

Commentaire @ Julien

21 Mai 2007
Chez Candlemass on n’aime pas rester en place et l’on aime bien se mettre en danger. C’est en tout cas l’impression que donne le groupe, Messiah Marcolin étant une vrai arlésienne. Un coup je suis la, un coup je me casse et au final que reste-il à l’orée de ce nouvel album ? Des compos finalisées et pas de chanteur emblématique. Ça part quand même mal, surtout lorsque l’on connaît le talent de Messiah. C’est donc l’excellent Robert Lowe (Solitude Aeternus) qui va se charger de cette lourde tache.

Le mieux c’est de dire que le bougre s’en sort admirablement bien. Les fans feront la différence bien sûr mais le fossé qui le sépare de Messiah est bien mince. Ce n’est guère qu’une mini fissure. Tant mieux car on trouve dans ce King Of The Grey Island quelques petites pépites du meilleur effet.
Tous les éléments qui ont fait la renommée du groupe sont présent. On y retrouve des rythmiques aussi pesantes que déprimantes mais surtout on retrouve une véritable patte. Le Candlemass des débuts est de retour a son quasi meilleur niveau. Je dis quasi car si certains titres sont assez monstrueux on y retrouve aussi des titres beaucoup moins inspirés. On peut dire que c’est bien dommage car si l’on y regarde de plus près un titre comme « Destroyer » est ce que Candlemass peut faire de mieux. Typique mais en même temps moderne ce titre est l’apogée de ce que l’on pourrait qualifier de renouveau. Au contraire un titre « Man Of Shows » ne sait pas trop où il va et à la deuxième écoute, il sera zappé sans hésitations. On va dire qu’il y a 40% de titres passables ce qui au final est quand même un bon score compte tenu des déboires du groupe juste avant l’enregistrement.
Indépendamment de cela, la production est très léchée et l’on identifie rapidement le son lourd et pesant (ou inversement) du groupe. Trois suffisent à comprendre le message du groupe. Rock’n Heavy à souhait.

Bon nous voilà quand même rassurés sur l’avenir du groupe. Il faudrait simplement voir a arrêter de changer le line-up tous les 2 mois afin de ne pas tomber dans un syndrome Dallas. Reste que cet album est de bonne qualité dans son ensemble et que la prestation de Robert Lowe est impressionnante de maîtrise.


2 Commentaires

5 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
coroner - 07 Octobre 2008: Après une vingtaine d'écoutes, je suis en droit de dire que cet album est une vraie bombe. Toutes les compos sont du feu de Dieu, et inspirées. Toutes recellent des perles et des surprises. Même si les morcifs sont longs, ils passent comme une lettre à la poste. Et ce nouveau chanteur est vraiment extraordinaire, aussi capable d'agressivité que de lyrisme, très expressif. Il en fait oublier Messiah (que j'adore, pourtant). La version Löwe de Solitude qui figure sur mon cd est franchement bestiale. Un grand grand grand album. J'ai mis 20/20.
 
David_Bordg - 14 Juin 2016: Énorme effectivement tout comme le suivant pourtant différent!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ doomaniac

02 Août 2007
Après le départ (l'éviction ?) de son imposant (à tous les sens du terme) chanteur Messiah Marcollin, beaucoup ne donnaient pas cher de la peau de Candlemass. C'était oublier que l'âme du groupe n'était pas le charismatique vocaliste mais le discret Leif Eidling, fondateur et compositeur de la quasi-intégralité des titres de la féconde discographie du combo suédois. D'ailleurs, rappelons que Messiah ne figure pas sur le culte "Epicus Doomicus Metallicus", album pionnier du genre, même s'il sut s'approprier les titres en Live.

Bref, le devenir du groupe reposait finalement sur les frêles épaules de son bassiste. Et comme Leif s'est surpassé sur ce "King of the Grey Islands", nous pouvons annoncer haut et fort qu'il y a bien une vie après Messiah.

D'abord, musicalement, jamais Candlemass n'a maîtrisé aussi parfaitement son sujet. Les compos, fort bien structurées, ne se révèlent jamais ennuyeuses, bien qu'elles dépassent toutes les 4:30' (jusqu'à plus de 8:00' pour le monumental "Embracing The Styx"). Leur variété est aussi un atout, de l'oppressant "Demonia 6" au plus aéré "Of Stars And Light" en passant par le "rapide" (on parle de Candlemass quand même !) "Clearsight", digne successeur de "Born In A Tank" et autre "The Bell Of Acheron".

Et le chant, me direz-vous ? No problem ! Le père Eidling a sorti un atout maître de sa manche en recrutant l'expérimenté Robert Löwe, vocaliste en titre de Solitude Aeturnus. Et s'il est moins lyrique que Messiah, Robert Löwe délivre néanmoins une superbe performance, son timbre un poil plus agressif se révélant également très expressif (pour ceux qui pouvaient trouver les vocalises de Messiah parfois un peu monotones). Son adaptation à des compositions qui n'avaient pas été écrites en pensant à lui est de ce point de vue proprement bluffante.

Preuve s'il en était encore besoin de la qualité de cet opus, on retrouve l'identité du groupe dès la première écoute, malgré le changement de voix.

Un grand album pour un grand groupe qui a été bien inspiré de persévérer en dépit des frasques de son ex-moine chanteur...

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Candlemass


Autres albums populaires en Black Ambient