Epicus Doomicus Metallicus

Liste des groupes Doom Metal Candlemass Epicus Doomicus Metallicus
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Candlemass
Nom de l'album Epicus Doomicus Metallicus
Type Album
Date de parution 10 Juin 1986
Style MusicalDoom Metal
Membres possèdant cet album417

Tracklist

Re-Issue in 2001 by Powerline Records
1. Solitude 05:34
2. Demon's Gate 09:10
3. Crystal Ball 05:21
4. Black Stone Wielder 07:34
5. Under the Oak 06:52
6. A Sorcerer's Pledge 08:20
Bonustracks (Re-Issue 2001)
Recorded live in Birmingham, England, 1988
7. The Well of Souls
8. Demons Gate
9. Crystall Ball
10. Solitude
11. Bewitched
12. A Sorcerer's Pledge
13. Black Sabbath Medley
Bonustracks (Re-Issue in 2011 by Peaceville Records)
Recorded in Thunderload Studios, Sweden)
7. Epicus Doomicus Metallicus with Commentary by Leif Edling
Total playing time 42:53

Chronique @ GunFlower

15 Septembre 2009
Si vous êtes intéressé par l’histoire du Métal et de son évolution, il est impératif de posséder cet album que l’on peut considérer comme fondateur dans l’histoire du Doom Metal.

Non que Candlemass ait inventé le Doom Metal. En effet, il n’est qu’à écouter le titre Black Sabbath, de Black Sabbath, pour comprendre que ces derniers ont ouvert un chemin que d’autres ont ensuite emprunté. Citons parmi les meilleurs Saint Vitus et Trouble (premiers albums respectivement en 1984 et 1985), ou encore Pentagram (1984) et même Cirith Ungol sur certains titres (premier et second albums en 1980 et 1984).

Mais voilà : Candlemass, reprenant toutes les vieilles recettes et les développant à sa sauce, leur donnant une puissance jusqu’ici inégalée, érige ce style musical au rang de genre à part entière et lui donne un nom. Le Doom Metal existe désormais officiellement.

Bien sûr, cet album ne saurait être considéré comme un pilier fondateur dans l’histoire du Doom Metal, s’il n’était pas en même temps une référence en la matière. Et c’en est une. Sans erreur, cet album peut être qualifié de sinistre. Sinistre et ne laissant pas beaucoup de place à l’espoir.

Chacun des éléments est ici maîtrisé, et leur somme nous donne un album de grande qualité.

Les guitares ont des sonorités lourdes, grasses et ronflantes, et créent une atmosphère écrasante, sirupeuse, sur la base de riffs lents et répétitifs. Riffs si bien écrits d’ailleurs qu’ils collent au cerveau : après l’écoute de cet album, on se surprend forcément à les fredonner, ailleurs, plus tard, et au travail notamment.

Les solos sont brillants, et s’ils ajoutent des notes de lumière dans la lourdeur ambiante, ils restent plaintifs avec des sonorités torturées et n’apportent guère d’espoir dans ces compositions.

La batterie est bien présente. Bien que l’on ait affaire ici à du véritable Doom Metal, variant entre lent et mid-tempo, elle n’hésite pas à partir dans de grandes envolées, et l’on notera également l’utilisation judicieuse de la double grosse caisse. Cette batterie finalement ne fait qu’ajouter une touche supplémentaire à la lourdeur d’une ambiance déjà grasse, et à l’aspect dépressif de l’ensemble.

Et enfin le chant, magistral. Une voix claire, ce qui mérite d’être souligné. Et tellement triste, tellement sinistre qu’elle est parfois, à elle seule, capable de vous coller le cafard. Sans parler de quelques montées dans les aigus propres à vous mettre la chair de poule.

Nous n’en sommes, en 1986, qu’au début de l’aventure du Doom Metal, et nous verrons naître dans ce genre d’autres grands groupes , nous verrons sortir de très bons albums. Mais en vérité, peu seront à la fois aussi simples et directement efficaces, à la fois aussi puissants et accessibles dès la première écoute.

Bref, un très bon album à écouter d’urgence, dont les mélodies, les textes, les riffs, vous hanteront longtemps.

3 Commentaires

12 J'aime

Partager
 
zvlorg - 29 Décembre 2014: un album en tout point excellent, chaque morceau me prend aux tripes, un vrai récital du genre comme tu dis, et qui a fait école en Suède à travers le mouvement death/doom de Tiamat, Hypocrisy etc!
LeMoustre - 13 Septembre 2016: Un disque fondateur. Si la perfection n'existe pas, ici chaque titre s'envole haut, très haut dans le lyrisme et les mélodies entêtantes hanteront longtemps l'auditeur. Candlemass forge ce qui sera source d'inspiration pour nombre de groupes avec une classe folle et un impact certain sur toute une scène.

La version remastérisée (pour une fois bien faite sans dénaturer l'original) avec les lives de 1988 (Birmingham avec M. Marcollin, bien sûr) sur le second CD vaut l'achat, ne serai-ce que pour comparer les versions vocales suite à l'arrivée du "moine".

Un grand album.
mechant - 29 Décembre 2019:

Cadeau de noel....je suis impressionné par ce 1 er album. Il degage tantot 1 noirceur malsaine, tantot 1 ambiance glauque... je comprends à posteriori l'influence majeur que represente ce groupe aujourd'hui...le dernier album en date m' avait "envouté"...celui ci risque de me "posseder"...!

Les commentaires au dos de la pochette contenant le vinyle sont edifiants....

 

 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Heavens

02 Septembre 2006
Certes le nom de l'album peut faire envisager le pire...et son verso encore plus (où l'on voit le groupe avec des brushing dignes de caniches mal lavés).
Mais c'est une petite perle qu'on tient là. Beaucoup de personne disent aimer Candlemass mais bien peu ont vraiment écouté ce fabuleux groupe.
Ce disque est simple,efficace, il est comme l'OM, il va "droit au but" (bon ok, pas comme l'OM). Clavier? Electro? Artifices divers et variés? Que nenni!
Cela n'a pas sa place ici.

Tout commence avec "Solitude". Chanson moult fois reprise, elle est transcendée par un tempo bien lent, des bouts de heavy bien mélancolique et un riff simple, efficace et ravageur.
Le chanteur (Johan Langquist et non Messiah Marcolin, personellement je trouve que Langquist exprime mieux la tristesse des chansons)se retrouve à chanter (un chanteur qui chante...c'est plutôt rare dans le metal) des paroles de suicidaire avec un voix triste au possible. Inutile de dire que des années après Solitude est resté un "hit" et qu'il fut repris des centaines de fois.
En sa qualité de précurseur du doom épique des familles arrive "Demon's Gate", c'est long (9 min), mais qu'est-ce que c'est bon. Juste après se pointe "Crystal Ball". C'est plutôt lourd (je ne le répèterais jamais assez,le doom est vraiment une musique de suicidaires) et le solo est fucking bandant!
Ensuite vient "Black Stone Wielder",je n'ai pas retenu grand chose de cette chanson à par ce riff sympa (façon de parler) et entrainant, du genre de ceux qui reste dans la tête même en pleine réunion avec le comité de direction.
Puis c'est le tour de "Under the Oak", ma petite préférée.
D'abord ce début violent, aux notes à notes qui dure quelques secondes puis immédiatement ce mini solo ou déboule une gratte pour continuer en choeur. La voix se pointe ensuite pour raconter l'emprise et le pouvoir de satan. La (ou plutôt les) grattes sont vraiment magnifiques dans ce morceau. La voix apparait un moment nue, sans instrument puis le reste du groupe déboule en 2 secondes plus fort, plus puissant. Enfin un magnifique solo clos l'affaire.
La pièce finale est "A Sorceror's Pledge", ca se termine en douceur avec de la gratte acoustique et toujours ce fabuleux chant mélodique, on termine le cd dans le calme, histoire de réfléchir un peu et d'essayer de ramasser sa mâchoire qui s'est surement décrochée pendant l'écoute. Bref si vous aimez le doom mâtiné de heavy sans toute une ribambelle de saloperies electro, alors achetez ce disque et vous ne regretterez par votre investissement.

5 Commentaires

8 J'aime

Partager
Krokodebil - 28 Juillet 2008: Ah Epicus Doomicus Metallicus ... Ma découverte du genre avec St Vitus du groupe éponyme ... J'ai fait du chemin depuis, dit-il en écoutant Sorrow de Reverend Bizarre ... Un must du must cet album, suicidaire certes, mais moins que le moindre petit MDB de l'époque doom ...

And please let me die in Solitude ... ♫
Demencia - 17 Janvier 2010: Pas de claviers !!? Tu l'as écouté au moins cet album ?
On dirait pas car même s'ils sont discrets, les claviers sont bien là.
 
Leviathan777 - 12 Juin 2011: Pour moi Candlemass est LE premier groupe de doom (et non St-Vitus ou Trouble au cause de leur manque d'atmosphère mélancolique).

Vous voulez vous initier au doom-metal? Garochez-vous sur celui-ci!

Epicus, Doomicus, Metallicus... CLASSICUS!
David_Bordg - 17 Juin 2016: C'est un chef d'œuvre absolu du métal tout comme le suivant. DEATH DOOM MAGIC est terrifiant également mais je les aime tous!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire