King Animal

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Soundgarden
Nom de l'album King Animal
Type Album
Date de parution 13 Novembre 2012
Style MusicalGrunge
Membres possèdant cet album50

Tracklist

1. Been Away too Long
2. Non-State Actor
3. By Crooked Steps
4. A Thousand Days Before
5. Blood on the Valley Floor
6. Bones of Birds
7. Taree
8. Attrition
9. Black Saturday
10. Halfway There
11. Worse Dreams
12. Eyelid's Mouth
13. Rowing
Bonustracks ("King Animal Plus" Edition)
14. Taree (Live at the Wiltern, Los Angeles, CA)
15. Blind Dogs (Live at the Wiltern, Los Angeles, CA)
16. Rowing (Live at the Wiltern, Los Angeles, CA)
17. Non-State Actor (Live at the Wiltern, Los Angeles, CA)
18. A Thousand Days Before (Live at the Wiltern, Los Angeles, CA)
19. Halfway There (Acoustic from 89X CIMX Detroit/Windsor)

Chronique @ Hacktivist

06 Octobre 2013

Avec cet album, ils auront su montrer que même le temps n'affecte pas la qualité de leur musique.

Soundgarden, le retour.

1996, à peine venait-on d'inventer la clé USB, le téléphone à clapet ou encore les toutes premières voitures hybrides, tout ça aux États-Unis bien sûr, que Soundgarden délivre son cinquième et dernier album des années 90' du nom de "Down on the Upside" avant un repos bien mérité de quatorze ans. Finalement, le quatuor se retrouvera en 2010, ainsi reformé sous l'anagramme Nudedragons, après un premier show-réunion à Seattle.

Inutile évidemment, de revenir sur l'échec fracassant du dernier album solo de Cornell, voguant entre des sons électro-pop pour une collaboration tout aussi monstrueuse avec Timbaland. Ainsi, les non-initiés au metal et au grunge auraient presque pu confondre Cornell avec une star du hip-pop américain. Puis, avec la sortie du film "The Avengers" en 2012, Soundgarden enregistre ce qui sera son premier morceau studio, "Live to Rise" - signant son retour depuis 1996.

Sur "King Animal" - on reprend les anciennes recettes "Superunknown" et "Down on the Upside" pour faire du neuf. Ce pourrait tout à fait être la devise de ce nouvel album, placé sous la volonté de reprendre là où le groupe s'était arrêté en 1996. La tendance semble se confirmer avec le morceau d'ouverture "Been Away Too Long" ou encore avec "A Thousand Days Before" et ses sons à l'ancienne comme une sorte d'old-Soundgarden.

En effet, même si les premiers titres ne font pas vraiment décoller l'album, et ce, malgré le fait qu'on reste surpris par l'authenticité des compositions, "Bones of Birds" viendra s'imposer comme un des morceaux les plus poignants de ce nouveau méfait, sinon du groupe. On est ici, bien loin de la mélancolie artificielle provoquée par certains titres mielleux : le quatuor nous livre ainsi un mélange triste et touchant, pour un titre ayant visiblement, son mot à dire dans l'album.

Bien sûr, cet opus contient également de bons moments groovy comme sur "Rowing" qui en reste le meilleur exemple. Car, le charme d'une mélodie passe aussi par la retenue du chant et par le fait, de ne pas systématiquement passer par des notes exagérées, pour au final, un rendu bien maigre. Le son des grattes, se rapprochant presque d'une sorte de noisy stoner apportera lui-même la puissance et l'énergie nécessaire à ce morceau.

Bien que lorsqu'on évoque des formations de grunge, on les compare souvent avec des artistes de la même scène (Alice In Chains, Pearl Jam, Nirvana...) ou de registres légèrement dérivés (Seether, Queens Of The Stone Age...) - on pourrait presque parler d'un clin d'oeil rollingstonien sur le morceau "Attrition" usant à la fois d'une structure relativement simple, et d'un petit côté rock'n'roll des années 70'.

Quoi qu'il en soit, avec cet album, le génie de Soundgarden est bel et bien conservé. Après plus de vingt ans de carrière, une compilation et un album live sortis après la reformation du quatuor en 2010, l'attente aura été particulièrement longue. Ils auront su montrer, que même le temps n'affecte pas la qualité de leur musique. Désormais, ils pourront donc, comme quelques années déjà, se prétendre l'un des piliers du grunge et détrôner la quasi-totalité des déchus et autres oubliés du genre en sortant "King Animal" : un sixième album rassurant et bien composé, signé chez Universal Republic Records.

2 Commentaires

5 J'aime

Partager
DevilDevil - 07 Octobre 2013: merci pour cette très bonne chronique et je suis d'accord avec toi
Hacktivist - 07 Octobre 2013: Merci :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire